Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques
 
Blog - Chroniques

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer lyrics Video

Déplier Fermer Videos

Déplier Fermer Théâtre

Déplier Fermer The Voice 2

Déplier Fermer Sortie d'albums

Déplier Fermer Santé

Déplier Fermer Reprises

Déplier Fermer Promo

Déplier Fermer Promo Weangstles Avenue

Déplier Fermer Photos

Déplier Fermer Petites Annonces

Déplier Fermer Livres

Déplier Fermer Live

Déplier Fermer LRAM

Déplier Fermer Infos-News

Déplier Fermer Humour

Déplier Fermer Hommage

Déplier Fermer Court métrage

Déplier Fermer Coup de coeur

Déplier Fermer Copinage

Déplier Fermer Concerts

Déplier Fermer Chroniques

Déplier Fermer Caritatif

Déplier Fermer Billet dh'umeur

Derniers billets
26/07/2016 @ 10:45
The jukebox ...
18/06/2016 @ 16:08
En streaming ...
13/06/2016 @ 16:22
Lucy, Racquel and me ...
Derniers commentaires
Chroniques

Juliette - No parano  -  par sucrepop

Juliette.jpgJuliette - No parano

Parfois, je suis bourré d'à priori sur un artiste, sans pourtant être très familier de sa discographie. Quelques titres entendus de ci de là, des chroniques lues, une interview entre aperçue, bref, Juliette est clairement pour moi dans cette catégorie. Cataloguée chanson française vieillotes à textes aux parfums surannés, Barbara de bazar. Première écoute, l'ouverture de l'album No parano, La lueur dans l'oeil n'est pas pour me convaincre du contraire. Un rythme latin option tango, une orchestration qui date des années 50, je sens qu'arriver au bout de l'album va être une corvée. Un petit vélo rouillé, bis répetitas, accordéon et percus. Dans ma rue, au texte façon chanson réaliste entre Frehel et Piaf, orchestré manière fanfare me perd définitivement. Bref je laisse tourner l'album en vaquant à d'autres occupations. L'entrée d'une boîte à rythme, d'un texte à l'humour glaçant et d'une mélodie accrocheuse sur le 5ème titre, Une chose pareille me rattrape par les bretelles, et les 5'20 de ce morceau passent comme une lettre à La Poste avec un goût de revenez-y prononcé. Rhum-pomme renoue avec l'option latino mais humour toujours et refrain imparable m'incitent à reprendre une écoute plus attentive. Le tendre et nostalgique Rue Roger Salengro qui suit , doucement ternaire, me séduit, je zappe l'espagnolade qui suit La chanson de Dea et ne raccroche les wagons qu'avec la reprise Des dessous chics (Gainsbourg Via Birkin bien sur), traité assez simplement, mais pas besoin d'en faire plus avec un titre de ce calibre. Dernier titre à m'accrocher la satire reggae/rock Le single, au clip rigolo, au texte égratignant gentiment les aspirants chanteurs. Les nombreuses réécoutes qui ont suivit n'ont fait que confirmer une chose, cette femme à bien du talent et que souvent je suis un âne.

Juliette.jpgJuliette - No parano

Parfois, je suis bourré d'à priori sur un artiste, sans pourtant être très familier de sa discographie. Quelques titres entendus de ci de là, des chroniques lues, une interview entre aperçue, bref, Juliette est clairement pour moi dans cette catégorie. Cataloguée chanson française vieillotes à textes aux parfums surannés, Barbara de bazar. Première écoute, l'ouverture de l'album No parano, La lueur dans l'oeil n'est pas pour me convaincre du contraire. Un rythme latin option tango, une orchestration qui date des années 50, je sens qu'arriver au bout de l'album va être une corvée. Un petit vélo rouillé, bis répetitas, accordéon et percus. Dans ma rue, au texte façon chanson réaliste entre Frehel et Piaf, orchestré manière fanfare me perd définitivement. Bref je laisse tourner l'album en vaquant à d'autres occupations. L'entrée d'une boîte à rythme, d'un texte à l'humour glaçant et d'une mélodie accrocheuse sur le 5ème titre, Une chose pareille me rattrape par les bretelles, et les 5'20 de ce morceau passent comme une lettre à La Poste avec un goût de revenez-y prononcé. Rhum-pomme renoue avec l'option latino mais humour toujours et refrain imparable m'incitent à reprendre une écoute plus attentive. Le tendre et nostalgique Rue Roger Salengro qui suit , doucement ternaire, me séduit, je zappe l'espagnolade qui suit La chanson de Dea et ne raccroche les wagons qu'avec la reprise Des dessous chics (Gainsbourg Via Birkin bien sur), traité assez simplement, mais pas besoin d'en faire plus avec un titre de ce calibre. Dernier titre à m'accrocher la satire reggae/rock Le single, au clip rigolo, au texte égratignant gentiment les aspirants chanteurs. Les nombreuses réécoutes qui ont suivit n'ont fait que confirmer une chose, cette femme à bien du talent et que souvent je suis un âne.

Fermer Fermer

Publié le 05/02/2011 @ 11:56   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Archives
07-2020 Août 2020
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques