Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques
 
Blog - Chroniques

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer lyrics Video

Déplier Fermer Videos

Déplier Fermer Théâtre

Déplier Fermer The Voice 2

Déplier Fermer Sortie d'albums

Déplier Fermer Santé

Déplier Fermer Reprises

Déplier Fermer Promo

Déplier Fermer Promo Weangstles Avenue

Déplier Fermer Photos

Déplier Fermer Petites Annonces

Déplier Fermer Livres

Déplier Fermer Live

Déplier Fermer LRAM

Déplier Fermer Infos-News

Déplier Fermer Humour

Déplier Fermer Hommage

Déplier Fermer Court métrage

Déplier Fermer Coup de coeur

Déplier Fermer Copinage

Déplier Fermer Concerts

Déplier Fermer Chroniques

Déplier Fermer Caritatif

Déplier Fermer Billet dh'umeur

Derniers billets
26/07/2016 @ 10:45
The jukebox ...
18/06/2016 @ 16:08
En streaming ...
13/06/2016 @ 16:22
Lucy, Racquel and me ...
Derniers commentaires
Chroniques

Whitesnake - Forevermore  -  par sucrepop

Whitesnake.jpgWhitesnake - Forevermore

Et voilà la bande à David Coverdale qui revient dans une Nième configuration (cette fois les guitaristes sont restés) pour un onzième album. Visiblement - audiblement - les récents problèmes vocaux du David sont loins, et on retrouve le chanteur de la grande époque, s'époumonant sur un hard bluesy tendance FM tel Steal your heart away qui ouvre le disque est calibré single, le refrain accrocheur, quoique probablement déjà entendu des dizaines de fois. J'avais quelque peu lâché le Serpent Blanc ces dernières années et c'est une bonne surprise que de les retrouver en forme. Côté guitares, ça décoiffe, Doug ALDRICH, qui co-signe la totalité des titres avec Coverdale, manie la 6 cordes comme personne, et les riffs et les solos virtuoses - Love Will Set You Free  - de s’enchaîner à qui mieux-mieux sans faiblir, sur des compos qui prennent leurs aises (une demi douzaine sont au dessus des 5 minutes et jusqu'à 7 minutes pour le titre éponyme). Du hard donc, de haute volée, même si le tout manque singulièrement d'imagination, n'est pas Blackmore qui veut. Et comme tous groupes de ce style, on ne coupe pas aux ballades, 4 ici, sans génie mais pas sans talent, bref si, comme moi, vous être friand de hard mélodique, ce cru 2011 a les atouts pour vous séduire.    


Whitesnake.jpgWhitesnake - Forevermore

Et voilà la bande à David Coverdale qui revient dans une Nième configuration (cette fois les guitaristes sont restés) pour un onzième album. Visiblement - audiblement - les récents problèmes vocaux du David sont loins, et on retrouve le chanteur de la grande époque, s'époumonant sur un hard bluesy tendance FM tel Steal your heart away qui ouvre le disque est calibré single, le refrain accrocheur, quoique probablement déjà entendu des dizaines de fois. J'avais quelque peu lâché le Serpent Blanc ces dernières années et c'est une bonne surprise que de les retrouver en forme. Côté guitares, ça décoiffe, Doug ALDRICH, qui co-signe la totalité des titres avec Coverdale, manie la 6 cordes comme personne, et les riffs et les solos virtuoses - Love Will Set You Free  - de s’enchaîner à qui mieux-mieux sans faiblir, sur des compos qui prennent leurs aises (une demi douzaine sont au dessus des 5 minutes et jusqu'à 7 minutes pour le titre éponyme). Du hard donc, de haute volée, même si le tout manque singulièrement d'imagination, n'est pas Blackmore qui veut. Et comme tous groupes de ce style, on ne coupe pas aux ballades, 4 ici, sans génie mais pas sans talent, bref si, comme moi, vous être friand de hard mélodique, ce cru 2011 a les atouts pour vous séduire.    


Fermer Fermer

Publié le 22/03/2011 @ 13:09   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Archives
09-2020 Octobre 2020
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques