Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques
 
Blog - Chroniques

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer lyrics Video

Déplier Fermer Videos

Déplier Fermer Théâtre

Déplier Fermer The Voice 2

Déplier Fermer Sortie d'albums

Déplier Fermer Santé

Déplier Fermer Reprises

Déplier Fermer Promo

Déplier Fermer Promo Weangstles Avenue

Déplier Fermer Photos

Déplier Fermer Petites Annonces

Déplier Fermer Livres

Déplier Fermer Live

Déplier Fermer LRAM

Déplier Fermer Infos-News

Déplier Fermer Humour

Déplier Fermer Hommage

Déplier Fermer Court métrage

Déplier Fermer Coup de coeur

Déplier Fermer Copinage

Déplier Fermer Concerts

Déplier Fermer Chroniques

Déplier Fermer Caritatif

Déplier Fermer Billet dh'umeur

Derniers billets
26/07/2016 @ 10:45
The jukebox ...
18/06/2016 @ 16:08
En streaming ...
13/06/2016 @ 16:22
Lucy, Racquel and me ...
Derniers commentaires
Chroniques

Alice Cooper - Welcome 2 My Nightmare  -  par sucrepop

Alice_Cooper.jpgAlice Cooper - Welcome 2 My Nightmare

Allons y pour du grand Alice. En prétexte, la suite de Welcome to my nightmare, enregistré 35 ans auparavant. Il reprend les zicos de l'époque, y ajoute quelques pointures comme l'immense Dick Wagner, le même producteur complice, Bob Ezrin (Pink Floyd, Peter Gabriel, Lou Reed) et en route pour 14 titres. Comme à son habitude, Alice aborde une foultitude de styles avec bonheur le plus souvent. I was made of you qui ouvre l'album est une power ballad au parfum de hit prononcé, il commence fort le bougre, Caffeine qui suit, option rock, guitares qui rapent, ok sans plus,  A runaway train continue sur le même tempo, sans plus me convaincre. Last man on earth est l'une des franches réussites, un zeste jazzy, superbe, I'll bite your face off, le premier single extrait, lorgne du côté des Stones, efficace mais sans frisson. Arrivé au milieu du gué, l'Alice se plante en beauté avec Disco Bloodbath Boogie Fever, le morceau le plus faible de l'album sans conteste, uniquement sauvé par une vicieuse guitare solo qui cherche malgré tout à en découdre. Virage pop avec Ghouls Gone Wild, facile mais sympa, qui ouvre la porte à la ballade Something To Remember Me By. On sait que le Vincent excelle dans cette ambiance - Only women bleed, You and me, Poison, pour n'en nommer que quelques 'unes. sans atteindre ces sommets, il s'en tire avec les honneurs. Viens le cas What Baby wants. Sur le papier, ça fait peur, un duo avec la chanteuse rap/R&B Kesha. Attaque rythmique façon Michael Jackson, solo d'anthologie, le morceau dégage une sacré énergie, le refrain est imparable, et ce devrait être le gros carton. The underture qui ferme le cauchemar reprend les thèmes du vieil album pour en faire un medley instrumental inspiré, clin d'oeil appuyé à la genèse de Welcome 2. Des cauchemar de ce niveau, j'en rêve, l'un de ses tous meilleurs albums.


Alice_Cooper.jpgAlice Cooper - Welcome 2 My Nightmare

Allons y pour du grand Alice. En prétexte, la suite de Welcome to my nightmare, enregistré 35 ans auparavant. Il reprend les zicos de l'époque, y ajoute quelques pointures comme l'immense Dick Wagner, le même producteur complice, Bob Ezrin (Pink Floyd, Peter Gabriel, Lou Reed) et en route pour 14 titres. Comme à son habitude, Alice aborde une foultitude de styles avec bonheur le plus souvent. I was made of you qui ouvre l'album est une power ballad au parfum de hit prononcé, il commence fort le bougre, Caffeine qui suit, option rock, guitares qui rapent, ok sans plus,  A runaway train continue sur le même tempo, sans plus me convaincre. Last man on earth est l'une des franches réussites, un zeste jazzy, superbe, I'll bite your face off, le premier single extrait, lorgne du côté des Stones, efficace mais sans frisson. Arrivé au milieu du gué, l'Alice se plante en beauté avec Disco Bloodbath Boogie Fever, le morceau le plus faible de l'album sans conteste, uniquement sauvé par une vicieuse guitare solo qui cherche malgré tout à en découdre. Virage pop avec Ghouls Gone Wild, facile mais sympa, qui ouvre la porte à la ballade Something To Remember Me By. On sait que le Vincent excelle dans cette ambiance - Only women bleed, You and me, Poison, pour n'en nommer que quelques 'unes. sans atteindre ces sommets, il s'en tire avec les honneurs. Viens le cas What Baby wants. Sur le papier, ça fait peur, un duo avec la chanteuse rap/R&B Kesha. Attaque rythmique façon Michael Jackson, solo d'anthologie, le morceau dégage une sacré énergie, le refrain est imparable, et ce devrait être le gros carton. The underture qui ferme le cauchemar reprend les thèmes du vieil album pour en faire un medley instrumental inspiré, clin d'oeil appuyé à la genèse de Welcome 2. Des cauchemar de ce niveau, j'en rêve, l'un de ses tous meilleurs albums.


Fermer Fermer

Publié le 10/09/2011 @ 16:45   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Archives
09-2020 Octobre 2020
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques