Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques
 
Blog - Chroniques

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer lyrics Video

Déplier Fermer Videos

Déplier Fermer Théâtre

Déplier Fermer The Voice 2

Déplier Fermer Sortie d'albums

Déplier Fermer Santé

Déplier Fermer Reprises

Déplier Fermer Promo

Déplier Fermer Promo Weangstles Avenue

Déplier Fermer Photos

Déplier Fermer Petites Annonces

Déplier Fermer Livres

Déplier Fermer Live

Déplier Fermer LRAM

Déplier Fermer Infos-News

Déplier Fermer Humour

Déplier Fermer Hommage

Déplier Fermer Court métrage

Déplier Fermer Coup de coeur

Déplier Fermer Copinage

Déplier Fermer Concerts

Déplier Fermer Chroniques

Déplier Fermer Caritatif

Déplier Fermer Billet dh'umeur

Derniers billets
26/07/2016 @ 10:45
The jukebox ...
18/06/2016 @ 16:08
En streaming ...
13/06/2016 @ 16:22
Lucy, Racquel and me ...
Derniers commentaires
Chroniques

The Beach Boys - That's Why God Made the Radio  -  par Sucrepop

The_Beach_Boys.jpgLargement plus de 3 siècles à eux 5. Pas d'albums depuis plus de 20 ans, ils se sont brouillés, déchirés en justice, deux sont décédés, les infos annonçant un Brian Wilson ayant retrouvé toutes ses facultés faisant régulièrement surface sans qu'il y ait personne pour y croire. Ils ont raté plus d'albums et de titres qu'il n'est permis à un artiste, se sont souvent perdus, rarement trouvés, bref personne pour croire que cette réunion pour fêter les 50 années d'existence du groupe puisse avoir une autre raison d'être que d'empocher une dernière fois un pactole. Pour faire plus authentique, ils ont été jusqu'à convoquer David Marks, guitariste entre 1962 et 1963. Et puis il y a le disque. et là ... Voilà que les Beach Boys se mettent à faire un disque des Beach Boys, celui que les fans attendaient. Plongée dans les sixties, retour à la case départ. Oh, bien sur, pas de Pets sounds ici, Good vibrations ou Caroline no ne sont pas au rendez-vous. Mais tout de même, leur meilleur album depuis une éternité et demi. D'entrée de jeu, a capella, juste pour rappeler qui sont les patrons,  Think about the day. Et j'entends Laurent Voulzy sangloter d'ici. A peine 1'30 au compteur et ils frappent au coeur. Et d'enchaîner sur le titre qui donne son nom à l'album That's why God made the radio. Direction American Graffiti, le rêve américain, un pur moment de magie. Quelque soi celui qui prenne le lead vocal, ç'est la chair de poule assurée. Shelter, Daybreak over the ocean auraient pu se trouver sur n'importe quel album de l'époque bénie ou ils étaient les seuls à même de faier la nique aux Beatles. From there to back again renoue avec les chefs d'oeuvre façon In my room et le disque se termine sur une plage signée, évidement, Brian Wilson, Summer's gone, composée je cite, pour être l'ultime chanson de l'ultime disque des Beach Boys. Un point final à la hauteur de la légende, le bruit des vagues pour se séparer définitivement. L'été est de retour.

The_Beach_Boys.jpgLargement plus de 3 siècles à eux 5. Pas d'albums depuis plus de 20 ans, ils se sont brouillés, déchirés en justice, deux sont décédés, les infos annonçant un Brian Wilson ayant retrouvé toutes ses facultés faisant régulièrement surface sans qu'il y ait personne pour y croire. Ils ont raté plus d'albums et de titres qu'il n'est permis à un artiste, se sont souvent perdus, rarement trouvés, bref personne pour croire que cette réunion pour fêter les 50 années d'existence du groupe puisse avoir une autre raison d'être que d'empocher une dernière fois un pactole. Pour faire plus authentique, ils ont été jusqu'à convoquer David Marks, guitariste entre 1962 et 1963. Et puis il y a le disque. et là ... Voilà que les Beach Boys se mettent à faire un disque des Beach Boys, celui que les fans attendaient. Plongée dans les sixties, retour à la case départ. Oh, bien sur, pas de Pets sounds ici, Good vibrations ou Caroline no ne sont pas au rendez-vous. Mais tout de même, leur meilleur album depuis une éternité et demi. D'entrée de jeu, a capella, juste pour rappeler qui sont les patrons,  Think about the day. Et j'entends Laurent Voulzy sangloter d'ici. A peine 1'30 au compteur et ils frappent au coeur. Et d'enchaîner sur le titre qui donne son nom à l'album That's why God made the radio. Direction American Graffiti, le rêve américain, un pur moment de magie. Quelque soi celui qui prenne le lead vocal, ç'est la chair de poule assurée. Shelter, Daybreak over the ocean auraient pu se trouver sur n'importe quel album de l'époque bénie ou ils étaient les seuls à même de faier la nique aux Beatles. From there to back again renoue avec les chefs d'oeuvre façon In my room et le disque se termine sur une plage signée, évidement, Brian Wilson, Summer's gone, composée je cite, pour être l'ultime chanson de l'ultime disque des Beach Boys. Un point final à la hauteur de la légende, le bruit des vagues pour se séparer définitivement. L'été est de retour.

Fermer Fermer

Publié le 03/06/2012 @ 18:37   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Archives
10-2020 Novembre 2020
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques