Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques
 
Blog - Chroniques

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer lyrics Video

Déplier Fermer Videos

Déplier Fermer Théâtre

Déplier Fermer The Voice 2

Déplier Fermer Sortie d'albums

Déplier Fermer Santé

Déplier Fermer Reprises

Déplier Fermer Promo

Déplier Fermer Promo Weangstles Avenue

Déplier Fermer Photos

Déplier Fermer Petites Annonces

Déplier Fermer Livres

Déplier Fermer Live

Déplier Fermer LRAM

Déplier Fermer Infos-News

Déplier Fermer Humour

Déplier Fermer Hommage

Déplier Fermer Court métrage

Déplier Fermer Coup de coeur

Déplier Fermer Copinage

Déplier Fermer Concerts

Déplier Fermer Chroniques

Déplier Fermer Caritatif

Déplier Fermer Billet dh'umeur

Derniers billets
26/07/2016 @ 10:45
The jukebox ...
18/06/2016 @ 16:08
En streaming ...
13/06/2016 @ 16:22
Lucy, Racquel and me ...
Derniers commentaires
Chroniques

Francis Cabrel - Vise le ciel  -  par Sucrepop

Cabrel.jpgQue Cabrel finissent par se coleter avec la montagne Dylan n'a rien d'étonnant, pour qui suis le bonhomme depuis longtemps, cet amour n'a rien de secret et l'influence du Zim revendiquée et affirmée haut et fort. Et donc, longtemps après Hugues Auffray, premier passeur de la poésie du troubadour ricain, voilà notre homme tranquille qui y va de son hommage, panne d'inspiration pour ses propres chansons oblige. De mon côté, avant écoute, je suis partagé. La pléthorique discographie de Dylan recèle, de mon point de vue, bien plus de daubes que d'éclairs de génie, sa voix m'est la plupart du temps insupportable  et je n'apprécie au mieux le bonhomme qu'interprété par d'autres - Byrds, Baez et consorts - ce qui du coup tombe bien. Ma maitrise de la langue anglaise m'empêche probablement d'apprécier toute la finesse de ses textes, on est clairement loin de la pop Beatles dans ce domaine. Monsieur Cabrel s'est attelé à la dure tâche d'adapter - et non de traduire, mission quasi impossible - la poésie du Bob et résultat, un album moins bon que ce à quoi il nous a habitué mais très correct néanmoins. Moins bon car la patte mélodique de Dylan reste tout de même l'un de ses points faibles et comme le bon goût a voulu qu'ici des titres très connus voisinent avec d'obscures chansons, il est aisé de s'apercevoir que, mélodiquement, ça ne casse pas trois pattes à un canard. Par contre voix et orchestration, son général de l'album, sont en droite ligne de ce que propose l'homme d'Astaford habituellement, confort Pullman à tous les étages. Côté textes, faut croire que je suis franchement allergique à l'écriture Dylanienne, même passée par le prisme de Cabrel. Une succession d'images qui ne me touche que rarement, confirmation que j'ai peu d'affinité avec cet artiste. Vise le ciel est le titre de ce disque, et, comme cela le laisse entendre, viser le ciel, c'est avoir de forte probabilité de ne rien toucher. Si l'on en croit Francis Cabrel, cet album aura au moins eu le mérite de le remettre  sur les rails de l'inspiration, et, rien que pour cela, il est le bienvenu.  

Cabrel.jpgQue Cabrel finissent par se coleter avec la montagne Dylan n'a rien d'étonnant, pour qui suis le bonhomme depuis longtemps, cet amour n'a rien de secret et l'influence du Zim revendiquée et affirmée haut et fort. Et donc, longtemps après Hugues Auffray, premier passeur de la poésie du troubadour ricain, voilà notre homme tranquille qui y va de son hommage, panne d'inspiration pour ses propres chansons oblige. De mon côté, avant écoute, je suis partagé. La pléthorique discographie de Dylan recèle, de mon point de vue, bien plus de daubes que d'éclairs de génie, sa voix m'est la plupart du temps insupportable  et je n'apprécie au mieux le bonhomme qu'interprété par d'autres - Byrds, Baez et consorts - ce qui du coup tombe bien. Ma maitrise de la langue anglaise m'empêche probablement d'apprécier toute la finesse de ses textes, on est clairement loin de la pop Beatles dans ce domaine. Monsieur Cabrel s'est attelé à la dure tâche d'adapter - et non de traduire, mission quasi impossible - la poésie du Bob et résultat, un album moins bon que ce à quoi il nous a habitué mais très correct néanmoins. Moins bon car la patte mélodique de Dylan reste tout de même l'un de ses points faibles et comme le bon goût a voulu qu'ici des titres très connus voisinent avec d'obscures chansons, il est aisé de s'apercevoir que, mélodiquement, ça ne casse pas trois pattes à un canard. Par contre voix et orchestration, son général de l'album, sont en droite ligne de ce que propose l'homme d'Astaford habituellement, confort Pullman à tous les étages. Côté textes, faut croire que je suis franchement allergique à l'écriture Dylanienne, même passée par le prisme de Cabrel. Une succession d'images qui ne me touche que rarement, confirmation que j'ai peu d'affinité avec cet artiste. Vise le ciel est le titre de ce disque, et, comme cela le laisse entendre, viser le ciel, c'est avoir de forte probabilité de ne rien toucher. Si l'on en croit Francis Cabrel, cet album aura au moins eu le mérite de le remettre  sur les rails de l'inspiration, et, rien que pour cela, il est le bienvenu.  

Fermer Fermer

Publié le 08/11/2012 @ 21:25   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Archives
09-2020 Octobre 2020
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques