Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Concerts
 
Blog - Concerts

Nombre de membres 2 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
   


Rubriques

Déplier Fermer lyrics Video

Déplier Fermer Videos

Déplier Fermer Théâtre

Déplier Fermer The Voice 2

Déplier Fermer Sortie d'albums

Déplier Fermer Santé

Déplier Fermer Reprises

Déplier Fermer Promo

Déplier Fermer Promo Weangstles Avenue

Déplier Fermer Photos

Déplier Fermer Petites Annonces

Déplier Fermer Livres

Déplier Fermer Live

Déplier Fermer LRAM

Déplier Fermer Infos-News

Déplier Fermer Humour

Déplier Fermer Hommage

Déplier Fermer Court métrage

Déplier Fermer Coup de coeur

Déplier Fermer Copinage

Déplier Fermer Concerts

Déplier Fermer Chroniques

Déplier Fermer Caritatif

Déplier Fermer Billet dh'umeur

Derniers billets
26/07/2016 @ 10:45
The jukebox ...
18/06/2016 @ 16:08
En streaming ...
13/06/2016 @ 16:22
Lucy, Racquel and me ...
Derniers commentaires
Concerts

Viktor Lazlo - Billie Holiday  -  par Phil

Lazlo.jpgHier soir, j'avais rendez-vous avec Vicktor. Viktor Lazlo. D'elle, j'ai souvenir d'une très belle femme taille mannequin sussurant Pleurer des rivières ou Canoë rose au milieu des années 80. Peut-être quelques incursions des dans séries télé, c'est tout.

Et la voici qui point le bout se ses cordes vocales - et sa plastique sur laquelle le temps n'a pas prélevé sa dîme - dans un exercice pas si commun sur les planches, mi-théatral mi-musical, le biopic. Elle y incarne Billie Holiday, chanteuse de jazz s'il en est, au destin tragique façon Piaf, sur laquelle d'ailleurs Miss Lazlo à écrit un livre, c'est dire si le sujet lui tient à coeur.

Sur la gauche de la scène, façon club, un quartet, piano, contrebasse, sax et batterie. Elle sur scène, joue le rôle de Lady Day qui raconte, de façon très - trop ? - succincte sa vie. Le tout entrecoupé d'une vingtaine de titres emblématiques.

Alors ?

Vous le savez, le jazz et moi, ce n'est pas l'amour fou, et j'avoue sans peine que la quasi totalité des titres interprétés m'étaient totalement inconnus. Etant placé sur un strapontin à gauche, à moins de trois mètres des musiciens, ceux ci avaient un peu tendance à couvrir la voix de la chanteuse. Qui de son côté se garde bien de se lancer dans une imitation et se "borne" à restituer le plus fidèlement possible l'atmosphère et les mélodies. Un duo, par le miracle de la technique, se met en place sur Georgia On My Mind et ma foi, c'est un des plus jolis moments du spectacle. Certes la voix de Viktor Lazlo est peut-être un poil trop lisse pour coller le grand frisson, mais elle a indéniablement aisance et prestance et même pour un néophyte comme moi en ce domaine, la grosse heure de spectacle s'écoule sans ennui, une bonne introduction à un jazz de qualité.

Un bonus pour le batteur, Mark Lehan, visiblement investit à fond dans le jeu et qui est un régal à regarder jouer.

L'idée est bonne, déclinable à l'infini, et d'Otis Redding à Mike Brand en passant par Buddy Holly, il y a certainement des trucs à faire.

Lazlo.jpgHier soir, j'avais rendez-vous avec Vicktor. Viktor Lazlo. D'elle, j'ai souvenir d'une très belle femme taille mannequin sussurant Pleurer des rivières ou Canoë rose au milieu des années 80. Peut-être quelques incursions des dans séries télé, c'est tout.

Et la voici qui point le bout se ses cordes vocales - et sa plastique sur laquelle le temps n'a pas prélevé sa dîme - dans un exercice pas si commun sur les planches, mi-théatral mi-musical, le biopic. Elle y incarne Billie Holiday, chanteuse de jazz s'il en est, au destin tragique façon Piaf, sur laquelle d'ailleurs Miss Lazlo à écrit un livre, c'est dire si le sujet lui tient à coeur.

Sur la gauche de la scène, façon club, un quartet, piano, contrebasse, sax et batterie. Elle sur scène, joue le rôle de Lady Day qui raconte, de façon très - trop ? - succincte sa vie. Le tout entrecoupé d'une vingtaine de titres emblématiques.

Alors ?

Vous le savez, le jazz et moi, ce n'est pas l'amour fou, et j'avoue sans peine que la quasi totalité des titres interprétés m'étaient totalement inconnus. Etant placé sur un strapontin à gauche, à moins de trois mètres des musiciens, ceux ci avaient un peu tendance à couvrir la voix de la chanteuse. Qui de son côté se garde bien de se lancer dans une imitation et se "borne" à restituer le plus fidèlement possible l'atmosphère et les mélodies. Un duo, par le miracle de la technique, se met en place sur Georgia On My Mind et ma foi, c'est un des plus jolis moments du spectacle. Certes la voix de Viktor Lazlo est peut-être un poil trop lisse pour coller le grand frisson, mais elle a indéniablement aisance et prestance et même pour un néophyte comme moi en ce domaine, la grosse heure de spectacle s'écoule sans ennui, une bonne introduction à un jazz de qualité.

Un bonus pour le batteur, Mark Lehan, visiblement investit à fond dans le jeu et qui est un régal à regarder jouer.

L'idée est bonne, déclinable à l'infini, et d'Otis Redding à Mike Brand en passant par Buddy Holly, il y a certainement des trucs à faire.

Fermer Fermer

Publié le 16/01/2013 @ 21:32   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Archives
09-2020 Octobre 2020
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Concerts