Vous êtes ici :   Accueil » Mars
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Après la 100ème, encore plus difficile, la 101ème !

Pour citer Musset, Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. Et j'en sais d'immortels qui sont purs sanglots ... Je ne sais pas si le titrede ce mois ci, emmené par Nathalie est beau, à coup sur il n'a rien d'immortel, mais il contient son quotient de spleen. Et comme je suis plutôt adepte, vous l'aurez remarqué,du mélange musique sucrée sur texte cyanure, Tracez moi ma vie, thème de ma névrose de mars, ne failli pas à la règle.
Sur une musique à 3 vitesses, j'achève ici l'hiver avant d'annoncer le printemps. Rendez vous sur cette page pour en savoir plus.


Je l'avais brièvement évoqué le mois dernier pour marquer le coup de la 100ème, un concert organisé par mes soins aura donc lieu à Paris.
J'ai bien écris organisé, pas joué. Pas l'ombre d'une Sucrepoperie lors de cette soirée, mais vous n'y perdez pas au change, loin de là. Les artistes qui m'ont fait le plaisir d'accepter mon invitation sont Malin Plaisir et leurs délicates compos à côté desquelles, si vous me lisez régulièrement, vous n'avez pu passer.Ce sera leur grande première scénique, tout en acoustique. Emmanuel Weil, son piano, ses mélodies enchanteresses et sa voix de velours, accompagné par son groupe au grand complet vous donne ensuite rendez-vous, et Mathyld, propulsée par Mushi, et son Funk-rock en fusion termineront la soirée en beauté.

 

Mais ou, mais quand ? je vous entends trépigner d'impatience ... L'affiche officielle du concert est téléchargeable ici.
En résumé, le samedi 17 mars à 19h45 au Studio Raspail, 216Bd Raspail, 75014 Paris, métro Vavin ou Raspail, L'entrée est à 7 euros.
Pour vous mettre en appétit, vous trouverez ici le premier clip des Malin, la vidéo du sublime titre de vous à moi d'Emmanuel, Mushi comptant sur vous pour tourner un clip incendiaire ce soir là.

Passons à l'actualité musicale de ce mois-ci, pléthorique, il va sans dire.

Herb Herb Eimerman est totalement inconnu. Vue que cela dure depuis un bail, peu de chance que cela change prochainement. Il joue quasiment tout les instruments pour nous concocter une pop enracinée dans les sixties, entre Kinks et Beatles, sans jamais certes atteindre leur génie, mais en offrant une bonne alternative. Dès les premières seconde de the inside joke, Herb nous attrape pour ne plus nous lâcher. Un excellent artisan de la pop côté power pop, son parcours commun avec les Shoes étant une référence de plus à son crédit.
Et puisque l'on parle d'artisan, en voici un qui fignole sa musique comme personne. Une nappe de choeurs, de délicats arpèges de guitares, une pluie de violons, quelques touches de piano, le tout ciselant une pop/folk intimiste. Un véritable travail d'orfèvre, de la bijouterie haute précision. Corde sensible n'a pas d'autres choix, avec un tel pseudo, que de nous faire vibrer et y parvient. Une douce mélancolie s'échappe de ce 4 titres que je vous recommande chaudement. Corde
A peine plus électrique, Nel et les touristes officie également dans ce registre mid tempo même si les guitares sont ici plus présentes. Une chappe de tristesse plane sur ses chansons, un spleen insistant, une déprime latente, parfois même patente mais jamais pesante qui ne nuisent pas à la qualité de l'ensemble mais qui demande d'être à l'unisson pour en apprécier pleinement le sel. Et puis, quelles chouettes guitares.
Histoire de se redonner la pèche, une popsong efficace avec le dénommé Mika. Melting pot d'influences, aspirateur à idées qu'il recycle à son propre compte avec une redoutable efficacité. Il y a du James Blunt, de l'Elton, du Freddy Mercury, du Sinead O' Connor, du Bee Gees dans ce gars là. Il y a surtout un sacré talent, une voix d'une flexibilité rare et des compos qui partent dans tous les sens, tout en gardant un fil conducteur. A l'évidence quelqu'un qui a ce petit truc en plus qui fait la différence et qui fait qu'on le remarque de suite. Devrait aller loin celui là.
Miss Il suffit d'une voix féminine pour m'attraper sans coup férir. Avec Miss Ils je suis servi, difficile de faire l'impasse. Et comme les compos ne sont pas en reste , du rock attachant, et chargé d'une énergie rentrée que l'on sent prête à exploser sur une scène. Et puis un groupe qui revendique Debby Harry comme influence ne peut qu'avoir un goût certain. C'est underground, et c'est foutrement bien.
Strawbjorn vit en Pologne. Sa musique semble venir du fin fond des USA. la voix, l'accompagnement guitare font plus penser à Nashville qu'a Varsovie. En tout cas, simple et accrocheur, il en faut peu parfois pour toucher au coeur. Belle réussite.
Ce duo a choisi l'improbable nom de The soviet hare krishnas ce qui, pour faire carrière, ne doit pas aider. Je les ai découvert parce que selectionnés en même temps que Sucrepop dans le N°64 du Homemade hit show. un titre sixties en diable, quoique un peu long pour être vraiment d'époque. Très efficace et puisque nous partagions la même affiche autant continuer à les faire connaître. Et puisque j'en suis à parler de ceux qui prennent la peine de diffuser la parole Sucrepopienne, une interview devrait paraître prochainement (le 3 mars pour être précis) sur ecouter musique, nouveau site sur la toile à l'ambition avouée de faire connaître la musique libre. Longue vie à cette heureuse initiative.
J'écoute peu de musique dans d'autres langues que l'anglais ou le français, principalement parce que ce sont les deux seules langues que je comprenne. Ce fut donc une heureuse surprise quand Stanna m'a contacté sur Myspace. Jolie voix sur une mélodie très douce, qui mute ensuite en rock plus rentre dedans, principe utilisé presque systématiquement et si ces ruptures peuvent être surprenantes, leurs répétitions en atténuent l'efficacité. Dommage à mon sens que ce côté très mélodique, pop, ne soit pas plus mis en valeur. Question de goût évidemment, car la voix est superbe et les moments doux vraiment envoûtant.
Conchis est un groupe suédois, doté d'un sacré talent. Et de chanteur, avec un timbre qui accroche immédiatement l'oreille, et de compositeur avec des titres superbes tout en velours, rondeurs, c'est réalisé de manière très pro, on sent là l'expérience et le métier. Cette voix devrait faire quelques ravages dans la gente féminine.
Une poignée de leurs titres font partie des incontournables du folk-rock made in California, ou comment un groupe sans grand génie mais avec des éclairs foudroyants a réussi à faire d'America, nom dénotant plutôt un manque flagrant d'inspiration une référence. Plus de 20 ans sans label, les voici de retour ave here & Now, secondés par nombre de pointures. Au final, un album attachant, sans réel surprise, mais pas décevant non plus pour qui aime le genre (et j'en suis). Guitares acoustiques, harmonies vocales, ils enchaînent les ballades sur le 1er album, le second reprenant tout leur classiques en live. En attendant le prochain retour des Eagles, un bon moyen de patienter. America
Un autre nouveauté francophone cette fois, Je chante un air de Didier Sustrac. Si la bossa vous branche, c'est in the pocket. Ca coule tout seul entre les oreilles, nous berce doucement, bref du velours. Un vrai chouette disque qu'on a plaisir à réécouter, ce qui n'est pas si courant de nos jours. Si ce Didier pouvait décrocher un gros hit qui nous changerait agréablement de la musak habituelle. Une chronique de l'album se trouve rayon chroniques de votre site préféré.
Toujours en francophonie mais dans un style résolument différent, Etat d'esprit aborde différents rivages. Foin de refrain ici, chaque titre de l'album ressemble à une petite nouvelle, les styles musicaux étant aussi variés que les thèmes. Au confluent d'influence espagnoles, orientales, celtiques et rock, l'ensemble surprend par son anticonformisme.
Bon, déjà, un truc fort avec Kalen, groupe nantais. Le 1er septembre 2005, ils annoncent la mise en route de la production d'un album, blog ou ils annoncent la sortie du disque en janvier 2007 !. En février, celui ci sort ! Pour quelqu'un comme moi qui ne sait pas aujourd'hui quel sera le titre d'avril, cela tient du miracle. Ils l'ont dit, ils l'ont fait, soit, mais cette galette toute fraîche, que dit elle ? Ils qualifient leur musique d'electro rock, sur le titre qu'ils m'ont gentiment adressé, le côté rock est indéniable, l'electro est en standby. La réalisation est soignée, vous pourrez d'ailleurs en juger vous même puisque Garder les Yeux Ouverts !... est en écoute sur leur site, vous pouvez même l'y commander.
Les Apples in stereo (mais ou vont ils chercher ces noms) clôturent cette sélection de mars.Retour au pays de la pop, un kaléidoscope de sons, un bric a brac sonore mais mélodique, arrière petit fils des Beach boys et des Beatles, le prolifique Robert Schneider propose avec new magnetic wonder un assemblage hétéroclite assez sophistiqué tout en restant simple d'accès. C'est souvent surprenant, toujours étonnant, de la pop élaborée. The

Exceptionnellement, je ne vous donne pas rendez vous le 1er avril mais le 17 mars en concert pour les Ile de Franciens, bonne écoute, et n'oubliez pas de soutenir les artistes que vous appréciez, ne serait ce que par un message.
D'ici là, portez vous bien et faite bon usage de la saison des amours.
à suivre ...

Les newsletters précédentes sont accessibles ici


Date de création : 03/12/2007 @ 22:17
Dernière modification : 14/06/2008 @ 21:22
Catégorie : Notes de musique - Editoriaux-2007
Page lue 5685 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Mars