Vous êtes ici :   Accueil » Septembre
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Un nouvel interprète pour Sucrepop, masculin cette fois, Guillaume rejoint donc la bande pour ce titre de septembre, d'inspiration rock pour la musique, dans mon idée, c'est l'esprit de Squeeze que je convoque ici, même si les guitares de Benoît ont légèrement durci le discours et un texte à vocation métaphysique, ou mégalomaniaque au choix. Je ne saurais vous dire pourquoi je l'ai écrite, un truc freudien surement. Le texte de Je suis celui là justifie si besoin en était, la photo ci-contre, L'oeil de Dieu, superbe photo de la nébuleuse de l'helice prise par par la Nasa via le téléscope Hubble. Le tout se lit et s'écoute par ici Oeil de dieu god's eyes Nasa


Sucrepop logo
Quoi de neuf sur le site ?
Quelques chroniques de disques (Michel Borla, Alice S'émerveille, Jil Caplan et Dreamy), chroniques qui parraissent conjointement sur Sincever et deux discographies commentées viennent compléter la série, Michael Frankset, dans un style diamétralement opposé, Status Quo.
C'est la rentrée, et l'été pourri a au moins permis à nombre d'artistes de s'enfermer sans regrets qui dans son home studio, qui dans sa cave pour nous concocter de quoi nourrir le Podcast de ce mois ci

 

Les ducs -  Anita Même pendant ses congés, toujours sur la brêche le vieux Phil. J'ai assisté à plusieurs prestations du groupe Les Ducs. en électrique, en acoustique. Si leur style de musique n'est pas ma tasse de thé, il faut leur reconnaître une belle aisance sur scène, un chanteur carrément habité, toutes proportions gardées, et pour vous le situer, entre Jim Morrison et Christian Descamps (respectivement chanteurs des Doors et d'Ange. Bon c'est sacrément énergique, le groupe déménage sévère et les zicos sont loin d'être des manchots. Si le rock à texte vous parle, ceux là devraient faire tilt chez vous.
Son prénom et son nom sont déjà les promesses de voyages délicieux. Marine Boreale, toute nouvelle tête sur la toile, déboule avec 4 titres concoctés avec amour par Joaquim Jannin dont j'ai déjà dit ici même le plus grand bien (et dont l'album sort ce mois ci, nous en reparlerons surement). Ce ne sont que des démos, mais qui laissent plus qu'entrevoir le talent. Pour vous aider à vous faire une idée, mettons que nous sommes là moins dans un univers bossa propre habituellement à ce compositeur mais dans un registre plus pop teinté de jazz ou le clavier prédomine. Allez vite, l'album ! Marine Boreale
Kinishao Kinishao nous propose quand à lui une pop esthétique, production léchée, voix à part, superbe, dont le timbre fait parfois penser à America, orchestration fouillée, pour une pop classieuse. Le gars en question fait aussi du hip-hop (???) et tient un blog remarquable par son humour et sa qualité d'écriture, bref une personnalité bien affirmée à suivre de près.
Le mois dernier, je vous parlais de Dreamy tout en diffusant un titre de Close le groupe précédent d'Andrewskij, faute d'avoir encore reçu leur premier album, Scandinavian Nonsense, arrivé depuis et chroniqué ici même. Pour ceux qui auraient craqué sur cette bossa nova nordique, les titres de Close sont dispo sur la page de leur label Jungfruskar. Dreamy reprend les mêmes ingrédients en y ajoutant une touche électro, un plaisir pour les oreilles. Dreamy
Clare and the reasons Le premier album de Clare and the reasons, The movie, paraît ce mois ci. Ce pourrait être une raison suffisante pour en parler, s'y ajoute une autre excellente raison, ce que j'en ai écouté sur leur myspace est diablement bon. Un mail à la belle, réception du single Pluto et confirmation avec ses pizzicatos en intro, ses contrechants, son parfum jazzy c'est à fondre. Une version française, Pluton, dans une orchestration différente est dispo sur leur site. Les parisiens pourront vérifier de visu la qualité scénique puisque vous pourrez les retrouver ce 21 septembre à la Flèche d'or. The movie promet en tout cas d'être un sacré bon album, proche dans l'esprit de The Fairground attraction .
Une reformation inattendue, qui nous renvoie fin des années 80, Jil Caplan retrouve Jay Alanski et ensemble ils nous ont proposé, peu avant l'été, un album nommé Derrière la porte (chroniqué ici par mes soins). L'album n'atteint pas les sommets d'A peine 21, leur chef d'oeuvre commun, mais reste un honnête album contenant des chansons à la tonalité tristounette, d'humeur plutôt automnale. J'en profite pour glisser dans le radioblog un titre de Jay, esthète pop plus que sous estimé, dont je vais finir par me décider à chroniquer son époustouflant Price of love. Le titre que je vous propose est extrait d'Honey on a razor Blade, deux albums probablement introuvables aujourd'hui. Jil Caplan - Derrière la porte
Doune Ils sont parisiens, font de l'electro pop, et ils le font bien. Pour commencer, Doune est dotée d'une chanteuse dont le timbre de voix est de ceux qui me font immanquablement craquer. On y entend la soul, on y entend une âme, c'est du velours. Les compos, ou les claviers prédominent, ne manquent pas de piquant, se dégageant aisément de leurs influences. In 2222 prend parfois des accents de Véronique Sanson chantant pour Pink Floyd (si, si ;o), Sweet Super hero en écoute ce mois ci, à tout d'un single efficace. Allez, je n'y résiste pas, ils sont doux, Doune ;o). Ils sont actuellement en studio, à suivre avec la plus grande attention.
Je l'ai diffusé il y a tout juste un an. Reza Sajadi est actuellement en studio pour l'enregistrement du second. Suisse, il revendique entre autres influences Lennon et Souchon. Pour le morceau qu'il nous propose ce mois ci, c'est clairement le second qui a été convoqué. le texte, humoristique et désabusé, certains accents dans la voix ne renient pas leur filiation. A noter que les bénéfices des ventes de son 1er album iront à Médecins sans Frontières. Il ne tient qu'à vous que bénéfices il y ait. Reza Sajadi
SugarPills Ils ont également l'air d'aimer le sucre, mais en pilules plutôt qu'en bonbecs, les Sugarpills, comme leur nom ne l'indique pas, sont quatre et originaires de Montargis, chantent indifférement en anglais ou en français ,leur musique reflétant le melting pot d'influences qui est le leur, entre agressivité et trip hop, entre énergie et ambiant, les guitares prennent le dessus sur un morceau, les synthés règnent en maître sur un autre. Ne cherchez pas la guimauve ici, il n'y en a pas.
Des français qui chantent en anglais, à la pelle vous en trouvez, mais le contraire ? Un anglais qui déciderait de faire de la pop dans la langue de Molière, ca paraît suréaliste, et pourtant, c'est Tcharlz qui s'y colle. Guitare acoustique sous le bras, textes décalés, esprit sixties, fan de Dutronc déclaré, voici un bref tour d'horizon du personnage. Tcharlz
Clouman La démarche est sympathique. Arrivée la quarantaine, vie bien rangée, installée confortablement, marié, papa, Clouman se dit qu'il serait tant de ressuciter son ancienne passion, faire le chanteur. et donc, écriture, copains musiciens convoqués, famille et voisins réquisitionnés, enregistrement, clip vidéo, making of et hop, un album tout neuf : Clouman se lance, tout le monde s'en fout. Comme les stars. Ecrit comme cela ça paraît simple, ça à du être loin de l'être. Bilan ? il n'a pas tort. De se lancer, et que probablement tout le monde va s'en foutre. Rien de révolutionnaire, ça n'était d'ailleurs pas le propos, juste quelqu'un qui s'est fait plaisir et qui essaie de le faire partager.
Retour au coeur de la pop. Avec les Static Octopus bienvenue dans un mode de guitares carillonnantes, 12 cordes au vent, d'harmonies vocales empilées, de mélodies catchy, un condensé de Squeeze et Dwight Twilley, de Shoes ou des Db's, d'Herman's Hermit ou des Rubinoos. Tous ceux à qui ces noms parlent devraient se précipiter sur les pieuvres statiques. Les titres tournent sous les 3', droit au but sans fioritures. The Static Octopus
The Mother hips - Kiss the Crystal Flake Un poil plus rock, mais si peu, voici The mother Hips Un zeste d'Eagles pour les harmonies vocales, harmonies salies par des guitares tranchantes, incisives. Le groupe, en une quinzaine d'années et une poignée d'albums n'a jamais réussi à franchir le palier ammenant du succès local au national. Fournissant pourtant de plutôt bonnes rocksong, il y manque toujours ce petit truc qui fait les classiques. Les amateurs y trouveront tout de même largement de quoi en avoir pour leur argent.
Eux viennent de Hollande. The A balladeer ont sorti leur 1er album, Panama il y a plus d'un an, il aura fallu tout ce temps pour que leur musique atteigne mes oreilles totalement par hasard, comme quoi, la vitesse du son ... Après une brève recherche sur le net, visiblement, hors de leur pays, peu d'info. Les popsongs distillées par le groupe sont pourtant de bonne facture, rien d'exceptionel certes, mais, dans le flot continue de musique qui nous est proposé quotidiennement, ils tirent correctement leur épingle du jeu. La ballade Robin II par exemple, avec son intro mélancolique au piano puis le décollage avec le reste du groupe pourrait accrocher l'oreille d'un programmateur radio intelligent. A balladeer - Panama
Alexandre Varlet Une première écoute superficielle de son album m'avait laissé sur ma faim, allez savoir pourquoi, question d'humeur, question d'atmosphère, de moment pas d'envie d'en parler, a failli passer à la trappe. Et puis, hier, in extremis, sur mon walkman à tirage aléatoire de chansons, le titre Montre moi. Et là, tilt. Le sieur Alexandre Varlet en ayant fait son 1er clip et son 1er titre sur son Myspace, ont peut supposer que lui aussi a perçu le potentiel de ce titre. Du coup, j'a été réécouter. Un rock fin, nerveux entrecoupé de ballades acoustiques tendances folk. Montre moi est clairement au dessus du lot mais d'autres titres tirent également leur épingle du jeu. Dont acte, Monsieur Varlet est donc Sucrepopé.

Le clip video de ce mois ci est celle du groupe Shine, dont j'ai déjà parlé il y a peu, l'album est prévu pour le 5 novembre, pour nous préparer au choc, Shine à la gentillesse d'annoncer la couleur avec un premier clip Rest your head on me. Bon, c'est du lourd, la chanteuse est a tomber, les compos lorgnent vers un Moorchebaa qui se remettrait à écrire de bons titres, bref, j'en reparlerais certainement lors de la sortie, mais,faites moi confiance, vous pouvez plonger les yeux fermés, ces Shine risquent fort de briller longtemps.


Et voilà pour cette rentrée. Une sélection spécialement conçue pour vous faire oublier que les vacances sont derrière nous. Rendez-vous en octobre, pour une programation spéciale été indien
à suivre ...

PS: Les newsletters précédentes sont accessibles ici

 

Phil
www.sucrepop.com
des bonbons pour les oreilles
Sucrepop,

Sucrepop sur Myspace

sans oublier Whenim64.info


Date de création : 03/12/2007 @ 22:27
Dernière modification : 14/06/2008 @ 21:23
Catégorie : Notes de musique - Editoriaux-2007
Page lue 6081 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Septembre