Vous êtes ici :   Accueil » Etienne Daho - L'invitation
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

L ' invitation


Etienne Difficile, pour un aficionado de la pop, francophone de surcroît, de faire l’impasse sur Etienne Daho. Auteur de quelques pépites indispensables à tout amateur, d’albums marquant leur époque de leurs empreintes, voilà que le dandy officiel nous revient avec un 9ème album sous le bras, L’invitation.

Daho, c’est un son, une voix surtout, enfin, un timbre de voix, les limitations de celles-ci l’obligeant à parler murmurer plutôt qu’à chanter. Co-produit par lui-même et Edith Fambuena, dont la palette sonore m’enchante à chaque fois, les 11 titres composants cet album, qualifié de personnel, comme chaque fois que l’évidence universelle de la musique n’est pas présente sont dans la droite ligne de l’album Corps et âmes qui m’avait déjà laissé de glace.

C’est clairement un album intimiste, intime même, ou l’auteur Daho se découvre, oubliant au passage de s’intéresser aux musiques.
Car de ce côté, l’invitation pêche, et pas qu’un peu. La luxueuse production tente bien de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, mais impossible d’être dupe, Daho a choisi d’être musical à défaut d’être mélodique. Point ici de popsongs mémorables, de single magique mais du vide, bien habillé certes, mais du vide quand même où la forme tient lieu de fond

Du morceau titre l’invitation, qui peine ne serait ce qu’à éveiller l’intérêt, ponctué, que dis-je miné par des claquements de mains digne des Gypsy King au Cap Falcon qui clôture l’album, toute la traversée en sa compagnie n’est qu’ennui. Jamais touché par la grâce, le tout s’enchaîne, et nous assomme.

Paradoxalement, il est un des rares à conserver sans effort cette image rock, liée à ses débuts Rennais je suppose et à sa culture musicale, image qu’il consolide ici en ajoutant dans la version deluxe quelques reprises bien senties d’Hank William, Smokey Robinson et autre Pink Floyd, affirmant ainsi ces racines, que sa musique n’indique plus depuis belle lurette, et son bon goût pour les covers, ce dont je ne peux que le féliciter.

Mettre autant de talents divers au service d’un disque aussi dépourvu d’intérêt suscite en moi toujours autant d’interrogation et une seule certitude, c’est une invitation à attendre l’album suivant.

1 L'Invitation
2 Cet air étrange
3 Obsession
4 L'Adorer
5 Les Fleurs de l'Interdit
6 Boulevard des Capucines
7 Toi jamais toujours
8 Un Merveilleux été
9 Sur la Terre comme au ciel
10 La Vie Continuera
11 Cap Falcon



Date de création : 09/12/2007 @ 11:06
Dernière modification : 14/06/2008 @ 18:56
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-D
Page lue 6765 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Etienne Daho - L'invitation