Vous êtes ici :   Accueil » Benoît Doremus - Jeunesse se passe
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Jeunesse se passe



Benoit
Benoît Doremus,il y a longtemps qu’il traîne ses chansons à droite à gauche.
Je me rappelle avoir écouté distraitement quelques titres il y a déjà quelques années, et d’avoir pensé, comme la plupart de ceux qui l’entende, encore un qui à trop écouté Renaud et qui ne s’en est pas remis.

Alors lorsque l’ami Pierre, homme généralement de bon goût, m’a parlé en bien du nouvel opus du Benoît en question, j’ai décidé de voir de quoi il retournait. Et là, est-ce lui qui a tant évolué ou moi qui est vieilli et ait enfin compris, mystère, mais indéniablement, il y a un sacré talent chez ce bonhomme là.

Bon, impossible de couper à la filiation, phrasé, timbre de voix, tout concours à évoquer l’influence majeure, Renaud, sujet qu’il évoque d’ailleurs finement dans le titre Deux dans mon égo trip. Le maître l’adoube d’ailleurs puisqu’il produit cet album.

Donc Doremus fait son Renaud, il le coupe avec du Benabar ou du Grand corps malade, passe le tout au shaker et in fine sort son truc à lui, salement bon. Parce que, pour qu’un gars comme moi, élever à la sauce Beatles, pour qui les She loves you yeah yeah tiennent lieu de littérature, se décide à écouter un mec qui chante juste quand il a le temps, c’est que le mec en question propose quelque chose qui accroche.

Alors je confirme, Benoît Doremus sait, en quelques phrases, évoquer plus de choses que cette chronique ne saura jamais le faire, nous toucher plein coeur l’air de rien, en écrivant faux et en chantant de la main gauche, comme il l’écrit si joliment dans le titre qui ouvre l’album.

Du nostalgique Je m’en rappelle pas qui reprend le fil là ou le Sheller de phoots souvenirs l’avait laissé, au colérique J'apprends le métier, du lapin posé par une belle de l'arracheur de sac à Quand, chanson sur la vieillesse il fait mouche à tous coups

Il faudrait toutes les citer. L’écouter c’est l’apprécier, succomber à son talent et s’il a de quoi tenir quelques albums, on tient là un futur grand de la chanson.

Doremus2.jpg


1. j'écris faux, je chante de la main gauche
2. je m'en rapelle pas
3. j'apprends le metier (acte 1)
4. rien a te mettre
5. l'enfer (acte 2)
6. 17 ans
7. pas à me plaindre
8. deux dans mon egotrip (acte 3)
9. beaupadre
10. un poison
11. un arracheur de sacs
12. les bulles
13. paris (...)


Date de création : 09/12/2007 @ 11:22
Dernière modification : 14/06/2008 @ 18:56
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-D
Page lue 6942 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Benoît Doremus - Jeunesse se passe