Vous êtes ici :   Accueil » Février - Everything - Status Quo
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

English version A quick english tour English version Spanish version Pequeña presentación en Español Spanish version


Tous les artistes cités dans cet éditorial peuvent être écoutés sur mon SucrePod, ce podcast étant mensuel (mise à jour de nouveaux artistes le 1er de chaque mois).

Par ailleurs,Tous les textes et musiques made in Sucrepop sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons by-nc-nd

.ce qui signifie que vous pouvez librement les télécharger, les copier,diffuser, partager tant qu'aucune commercialisation ne leur est liée. Dans le cas contraire, il suffit de demander ;o)

Contrat Creative Commons




Sucrepop
Pas de titre collaboratif ce mois ci, c'est du Sucrepop 100% pur sucre que je vous propose. Mais dès le mois prochain, reprises du participatif avec quelques jolies surprises à la clef.
Laissez moi seul aux commandes et c'est bossa garantie biggrin. L'année Sortez Covers se poursuivant, C'est du côté de Status Quo, groupe fétiche pour moi s'il en est, que je me suis dirigé.
Du Status Quo en bossa, le mélange parait pour le moins contre nature. Je n'ai pas opté pour un boogie des familles dont ils sont les ambassadeurs, mais pour un de leurs très anciens titres (1970) une ballade mélancolique nommée Everything extraite de l'album Ma Kelly's greasy spoon.
Le résultat de cet improbable croisement est disponible sur cette page.

Si le chant m'incombe désormais, je n'en ai pas pour autant abandonné les échanges avec mes Sugarpop Girls. Une autre reprise est donc disponible depuis quelques jours, This never happened before originellement de Sir Paul Mc Cartney sur l'album Chaos and Creation in the Backyard. Sylvie et moi même, tous les deux fondus du bassiste, avons choisi quelques titres que nous aimions, croisés nos listes, et voici le 1er titre d'une, j'espère, longue série.


vynil.jpgLes chroniques disques et spectacles de ce mois ci concernent Vincent Delerm pour son live, le groupe Shine pour la parution de leur premier album, The common Station, David Keler pour son disque Fenêtre ouverte, Lizz Wright pour The Orchard. Un combiné chronique d'albums et concerts pour Phil Pace, Colorblind et Arther. Côté discographie complète, ce sont les Sinceros qui sont à l'honneur ce mois ici. Un extrait de chacun de ses album se retrouve bien entendu sur le SucrePOD.

Ce même SucrePOD est complété par mon habituelle sélection glanée sur le web de groupes/artistes qui valent le détour et qui vous sont accessibles de cette page d'un clic de souris.
Alors en voiture pour la sélection de ce mois de février.

Joss Stone n'a rien d'une autoproduite, et je ne connaissais rien d'elle avant de tomber sur cette fantastique reprise de God Only Knows des Beach Boys. Ce que j'ai écouté ensuite de son dernier album ne m'a pas convaincu, trop djeun's pour moi, mais rien que pour cette version chair de poule, merci. Joss_Stone
Swan Le mois dernier, le clip du mois était d'eux. Et je regrettais que leur album ne soit pas dispo. Et hop, tournicoti tournicoton, je l'ai trouvé sur la plateforme Fnac. Pour 9.99 euros, vous obtenez un album indispensable, bossa mélancolique, ambiance sixties, Les Swan Dive réussissent une fois de plus un disque de chevet. Laissez tomber ce que vous écoutez, foncez acheter, c'est du bonheur en barre. Chronique détaillée à suivre, of course. Molly, Bill, I love you !

Ce groupe à tout juste un an d'existence et ça ne s'entend pas. Sandra, Florent, Philippe et Gilles proposent une musique pop rock élaborée et simple à la fois. Franchement, pas souvent que des titres du niveau de Leave the ground ou I can never stop with my baby tourne sur mon mp3. The Portalis devraient rapidement faire parler d'eux. Leur album est dans les starting block, gardez les oreilles ouvertes, le printemps sera Portalis. The

Eric Eric Ginhac est un acharné, de ceux qui ne lâche pas l'affaire. Un album enregistré en 1997, bloqué pour des problèmes contractuels qui ressort 10 ans plus tard. Il aurait été dommage de le laisser dans les tiroirs. Une belle écriture plutôt littéraire, classique, une voix très "mâle", des chansons histoires, ne laissez pas ce chien seul, titre de son album à l'abandon.

De tant à autres Jan Felipe Beer se rappelle à mon bon souvenir. Habituellement ses chansons sont en portugais, Bresil oblige, pour changer la petite dernière est en français, toujours avec le même talent, un parfum nostalgique, mélancolique entoure toujours sa musique, la fameuse saudade ? janfelipebeer.jpg
NeilCegwen.jpg Vous savez maintenant combien je suis sensible aux voix, féminines de préférence. Dès les premières mesures de la musique de Neil Cecgwen je savais que je n'y couperais pas. Neil Cecgwen ce sont deux personnes Lionel Bansept et Cecile Marpeau qui collaborent sur ce projet commun. Influences celtiques évidente, une touche de classique, une voix à pleurer, des ambiances superbes, difficile de ne pas tomber sous le charme de leur musique.

Métamorph’Oz sera le titre du 1ère album d’Eva Garciaprévu pour mai 2008. La demoiselle prend un malin plaisir à mélanger les genres et les langues. Français, anglais espagnol, soul, rock, classique et une p... de voix, si la mayonnaise prend, et les titres sur son myspace permettent de n'en point douter, cela pourrait bien être détonnant. eva

les Revendiquant une identité chanson française, ratissant de Brassens à Thiéfaine, comprendre que les textes ne sont pas là que pour faire jolis, les Mâles heureux distillent des titres acoustiques légèrement électrisés et percussionnés. Par la fenêtre est le nom de leur disque et s''ils sont heureux, leur ambition est que vous le soyez aussi.

Sur une mailing lsite que je fréquente passe un mail indiquant que Jim Morrison est vivant ! et un lien vers le groupe Nova Art Tone. Je me dis beau teasing, et je vais écouter. Bon indéniablement Impulse, l'un des titres en écoute fait irrésistiblement penser aux Doors. Pas en pâle copie, non, comme un original qu'on aurait retrouvé. Puissance, violence, impressionnant. Du coup, je m'écoute le reste. Just a crossing, dans un style incantatoire à les mêmes racines, chute de LA Woman, Walk, plus electronique prouve qu'ils ne sont pas de simples clones et feet stuck under the send se dégage un peu de cette encombrante filiation. Si leur performance scénique est à l'aune de ce que ces maquettes présentent, ça va faire très mal, on reparlera nécessairement d'eux ou, à tout le moins du chanteur. nova

petitraisin.jpg Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas de musique mais de photos dont il va être question. L'ami Pierre, qu'il m'est arrivé de citer dans ses pages pour sa contribution à la découverte de musiciens inconnus, est entre autres vies, photographe, videaste, et surtout plein de talent et de ressources. Après moultes tergiversations, son site est enfin en ligne, tout beau tout neuf, ça sent la peinture et donc, si après vous être gavé les oreilles sur Sucrepop, une pause visuelle vous parait nécessaire, pas de meilleur endroit qu'une ballade sur petit raisin. C'est frais, c'est tendre, si ma musique était photographiable elle ressemblerait à ça

Chronique express du dernier Bernard Lavilliers Un samedi soir à Beyrouth. Ses albums sont généralement inspirés par les différents lieux ou il traine ses guêtres. Parfum d'amérique du Sud sur le précédent, très reggae sur celui ci.Son idée était de réaliser un croisement entre Kingston et Memphis. Sur ses dernières productions, nous étions rarement déçus, rarement surpris. Samedi soir à Beyrouth n'échappe pas à cette règle immuable. Un son monstrueux, un groove tranquille permanent, musicalement une franche réussite, un album qui fait plaisir à découvrir, côté textes il reste égal à lui même, rarement creux, un poil verbeux, Lavilliers fait du Lavilliers, personne ne le faisant mieux que lui, pourquoi se gêner. Bref un bon moment à passer en sa compagnie et un album attachant. bernard

Frederic Pour clôturer cette sélection, le nouveau Frederic Lerner Ca passe ou ca casse. Je me rappelle avoir vraiment aimé un titre il y a plusieurs années. C'est donc avec un a priori favorable que j'abordais son écoute. en résumé, ça ne passe pas, ça casse. Il a définitivement trop écouté Jean Jacques Goldman, jusqu'à en prendre ses tics vocaux. Les titres sont bien réalisés, sans jamais atteindre les sommets du patron, mais l'ombre du géant écrase totalement toute sa personnalité. Goldman étant retiré, il pourrait éventuellement faire office de succédané, mais nous ne sommes pas en manque à ce point là, il y a tant d'autres talents.






Allez, deux clips ce mois ci à mettre en avant. Shrink, qui avait pris contact avec moi à l'occasion du lancement de When I'm sixty four sort son nouvel album, Jam sessions. Leur clip I say Hey est rock and roll en diable, plein d'humour et le type même de morceau qui met la banane pour la journée, la prescription du docteur Phil, à regarder matin midi et soir.




Dans un style a des années lumières, le 1er clip de Lizzy Ling. Sensuel, féminin, ce tigre dans un bungalow méritait un peu d'attention.



Notre prochain rendez-vous verra la fin de l'hiver approcher. Je ne sais pas encore quel sera le titre qui sera en une, mais simplement qu'il vous amènera tout doucement vers le printemps. Et en parlant de printemps, Arnaud Simon sera en concert les 25-26-27 mars au Zèbre de Belleville à Paris. S'il y a un concert à ne pas rater, c'est bien l'un de ceux là, réservez, il n'y en aura pas pour tout le monde !

Arnaud--Banniere-Concert.jpg



à suivre ...

PS: Les newsletters précédentes sont accessibles ici
Phil
www.sucrepop.com
des bonbons pour les oreilles
Sucrepop,

Sucrepop sur Myspace

sans oublier Whenim64.info


Date de création : 30/01/2008 @ 22:38
Dernière modification : 09/08/2008 @ 23:33
Catégorie : Notes de musique - Editoriaux-2008
Page lue 6083 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Février - Everything - Status Quo