Vous êtes ici :   Accueil » Novembre - Ca ne ressemble à rien
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Quatre ans.
Quatre années déjà que Marijane était absente de Sucrepop, depuis Foutu d’avance pour être exact. Contact était gardé, puisque je suis le webmaster de son site, mais la préparation de ses deux albums, et tout bêtement l’idée de le faire avaient mis le projet en stand-by. C’est réparé ce mois ci avec Ca ne ressemble à rien, le 97ème titre de Sucrepop, qui voit également le retour de Maître Benoît à la guitare, après une interruption de près d’un an pour cause de paternité wink.

Un titre placé donc sous le signe des retrouvailles. Une popsong au tempo plutôt tranquille, 4’13 en écoute ici. Marijane aux vocaux, guitare solo, Benoît, le reste du bruit votre serviteur.

Je rappelle aux petits nouveaux que, comme pour la quasi totalité de mes titres, les versions instrumentales mp3, midi karaoké et les grilles d’accord sont disponibles dans la rubrique téléchargements.

Pour ce qui est de la compilation du mois de novembre, que vous ai-je donc trouvé à fondre entre vos oreilles ?

Lunar Puisque la nostalgie des retrouvailles est le signe sous lequel est placé ce mois, ma présence récente sur myspace m’a permis de retrouver Simon, l’une des 5 ou 6 personnes qui assistèrent, live en direct, à la naissance de Sucrepop en 1998, nous étions alors sur une mini liste de discussion commune depuis de nombreux mois lorsque j’ai lancé ce projet. Lui-même émérite musicien, ayant connu un important succès avec le titre My Suitor et le groupe belge Berntholer. Son nouveau groupe Lunar Tiki’s , qualifié de Surf pyschédélique (si si, ca existe eek) a récemment été rejoint par une jeune chanteuse, Leo, accentuant le côté sixties.

 

Côté super pop, The Gostins propose une musique d’influence indéniablement anglaise, ce quartet français à le chic pour écrire de petites mélodies addictives et le Alright que je vous présente ici devrait vous convaincre sans coup férir. Si vous êtes sur Paris, ils sont en concert la semaine prochaine le 7 novembre, rendez-vous sur leur site pour en savoir plus.
Quitte à parler de pop, l’un de ses maîtres sort, enfin, son nouvel album, le 3ème, nommé Triangle. Linus of Hollywood est de retour, sonnez le tocsin, réveillez les morts, il est de retour. Sorti le 24 octobre , j’ai commandé son album sur Not lame (pour les bonus japonais), pas encore reçu évidemment, mais les titres en écoutes confirment qu’il n’a pas perdu la main. Pour ceux qui ne connaissent pas, l’idée d’un croisement entre Gilbert O’ Sullivan et les Beach Boys, Les Wings et les Zombies devraient vous mettre sur la voix. Plus pop que lui, aujourd’hui, il n’y a pas. Chronique à suivre, évidement.

 

Sur le même label japonais, Philter’s record, que le sus-nommé Linus, le trio suédois de The Man sévit dans le même domaine, Pop seventies et harmonies vocales. Mêmes influences conduisent au même résultat. Ca fond sous la langue, de la crème chantilly musicale.
Restons dans le grand nord avec une norvégienne, Ane Brun (merci Pierre). Un timbre de voix bien particulier, des chansons intimistes et singulières font de cette artiste folk une combinaison gagnante. Elle a crée sa propre maison de disque, enregistré deux albums dont l’un de duo, bref une autoproduite qui se prend en main et qui montre la voie ?
Toujours côté féminin de la force, mais retour en France avec Stidy Jane. De la pop avec une touche d’électro, voilà comment elle qualifie sa musique. En tout cas, à coup sur un univers attachant, original, un album est en cours de réalisation, à suivre donc.
Dans un registre tout à fait différent, Youlia Djeddi m’a envoyé un de ses nouveaux titres, une reprise en l’occurrence, the Thrill is gone. Et je n’ai pas résisté au plaisir de partager avec vous cette version décapante, ou la guitare est sublime et ou la voix n’est pas en reste, L’ombre de Janis Joplin plane au dessus, Youlia, le prochain album, c’est pour quand ?
Anthony Fletcher a eu l’excellente initiative de m’envoyer son album, Atlantique. De prime abord, j’ai trouvé le disque un peu uniforme, seul l’heureux et peu commun, dans la pop francophone en tout cas, alliage de cordes et de guitares acoustiques m’ont donné envie de réécouter plusieurs fois l’album. Et, insidieusement, il a fait son chemin, laissant son charme opérer, comme une femme que l’on aurait jugé quelconque au 1er regard pour se révéler ensuite envoûtante. S’il manque, à mon avis, un single fort pour porter l’album, ne passez pas à côté d’une occasion de vous faire du bien.
Exactement dans la même situation, mais nettement plus connu, le dernier album d’Henri Salvador est sorti, et pour un amateur de bossa nova tel que moi, impossible de faire l’impasse. L’ayant chroniqué ici même, je ne reviendrais pas dessus, sachez simplement que la bossa devrait être obligatoire ;o)
Jean Marc Fustier(merci Véronique), m’a l’air bourré de talent. Dans une tradition chanson française qui prend ses racines du côté de Gainsbourg pour aboutir à Gérald de Palmas, guitare acoustique en avant, une voix bien posée, des titres qui parlent du quotidien, comme un Miossec pourrait le faire, mais en plus pop, plus accessible. Un outsider avec lequel il faudra compter.
Pascal Heuillard lui, offre des chansons tente le grand écart entre Chopin et Gainsbourg. Avec parfois une certaine réussite, même s’il s’égare parfois, à mon goûts, dans des textes provocants, mais qui peuvent trouver leur public. Probable que c’est sur scène que son univers prend toute sa dimension.
Je suis tombé sur Swan Dive car leur nom est l’homonyme exact d’un groupe américain que j’apprécie tout particulièrement. A vrai dire je connais au moins 4 groupes qui portent ce nom. Le quintet dont il est question aujourd’hui est plus rock que pop, le titre en écoute est extrait de leur nouvel EP 6 titres. Ils font régulièrement des concerts sur Paris, les dates sont sur leur site.
A la source m’a également envoyé son album, Charmante soirée chez Mademoiselle Fleur. 14 chansons sentimentales et fraîches avec juste la pointe d’humour nécessaire pour accrocher l’attention. Entre folk et pop, Pas pour moi est représentative de l’album, si vous craquez pour celle là, le reste devrait vous emballer.
Pour terminer cette sélection musicale, Myriam Kastner. Une voix qui vous attrape de suite pour ne plus vous lâcher. Du feeling à revendre, une énergie non dissimulée, des compos qui font mouche, dans la grande famille variété rock des Godman, Obispo et consort. L’humeur à l’anglaise à tout pour la faire passer de l’ombre à la lumière, c’est tout le mal que je lui souhaite.
Un peu de lecture ?
Il était une fois un groupe, Aura, aujourd’hui dissous, dont j’aimais bien la musique. JMC, l’un de ses membres, en plus de maintenir un site sur Laurent Voulzy, les gens d’avril, et de participer à moultes aventures musicales est aussi écrivain à ses heures. Et, comme de nombreux amoureux de l’écriture, il a ouvert son blog, Comme j’aime bien son style et son humour (et sa Rickenbaker ;o) je vous invite à y faire un tour, voir à lire l’une de ses nouvelles, récemment mise en ligne.
Un nouveau site sur Electric Light Orchestra,Discovery vient d’être mis en ligne, dédié entre autre aux bootlegs et covers de titres signés Jeff Lynne. Un de plus à porter la bonne parole.
Et pour clôturer cette newsletter, Revolution Sound Record vient de sortir The featuring album, Un album enregistré un peu à la manière de Sucrepop, c'est-à-dire en permettant à des artistes de différents univers de travailler sur un projet commun via l’échange de fichiers par mails. Bref du collaboratif encore plus poussé que je ne saurais le faire, c’était bien le moins que de signaler la sortie réalisé en à peine un an.



Un peu de ciné ?
Un site canadien, le court en web, propose pour sa seconde édition un concours de courts métrages au thème imposé, s'inspirer de films issus du cinéma québecquois. Le rapport avec Sucrepop ?
Sur l'un d'entre eux, Gino, je fournis une partie de la bande son. Pour qui, comme moi, ne connais pas le film original, Gina, la parodie perd une bonne partie de son sel, mais je suis content que Benoit Desjardins, le réalisateur, ait pensé à moi.

Contrairement à mon habitude, je vous donne rendez-vous non pas le 1er décembre mais le jeudi 30 novembre à 20h00 pour une émission de radio spécial Sucrepop. En effet je serais l'invité de Christophe sur Radio plus émission que vous pourrez écouter soit par Internet sur le www.radio-plus.fr soit en live en sud Essonne sur 89.2 FM.



That’s all folks, la suite en décembre, d’ici là, portez vous bien et gare aux courant d’air.


Les newsletters précédentes sont accessibles ici


Date de création : 02/02/2008 @ 14:38
Dernière modification : 14/06/2008 @ 21:21
Catégorie : Notes de musique - Editoriaux-2006
Page lue 6001 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Novembre - Ca ne ressemble à rien