Vous êtes ici :   Accueil » S'mile - Celle que je suis
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

S'mile



smileCelle que je suis est le 1er et tout récent album de S’mile, un pseudo en forme de clin d’œil au réel patronyme de l’interprète, Sabine Milhl.
S’mile, originaire de Mérignac, n’est donc pas un groupe, mais une jeune femme qui, après avoir été chanteuse dans diverses formations décide de voler de ses propres ailes. Rencontre avec Philippe Duvignac, qui signe 6 des 13 titres de l’album, et en cosigne un 7ème, premiers enregistrements, constat, comme presque toujours, que côté maison de disque, ça ne passera pas et grand saut dans l’autoproduction.

Et voici donc la galette, Celle que je suis. Une pochette reprenant les textes, toujours un plus que j’apprécie, une absence de photos, absence que les sites web, Myspace ou officiel confirment, S’mile semble se préférer en voix plutôt qu’en image.

L’album s’ouvre sur le titre qui lui donne son nom. Et tout de suite, ce qui frappe c’est la similitude, quasi mimétique du timbre de voix avec Véronique Rivière. Etant un inconditionnel de cette dernière, l’impression est étrange, on croirait entendre un inédit. Cette impression perdurera tout l’album, un univers musical similaire, des voix très proches, un plaisir pour moi, Véronique Rivière tendant à se faire rare.

Côté son, ça sonne pro, le mix est nickel, les instruments se détachent bien, bref de l‘autoproduction qui peut sans rougir se comparer à des produits majors.

Am Stram gram, le second titre, plus enlevé, à tout d’un single, les chœurs qui balancent, la basse qui pousse, le petit truc qui fait la différence, tout pour plaire. Tous les maux suit et semble avoir été le premier morceau à être remarqué. A juste titre, le refrain est accrocheur, et est une bonne introduction à l’univers de la jeune femme.

Le 4ème titre, toujours signé Duvignac, s’intitule Message personnel. Alors bien sur, passer derrière Michel Berger et sont sublime titre écrit pour Françoise Hardy est mission impossible. C’est une bonne ballade, la mélodie est agréable et finalement, après quelques écoutes, fait facilement son nid entre nos deux oreilles

J’ai rêvé est le single de l’album si j’en crois ce que j’ai lu sur le net. Elle en signe les paroles, ceci expliquant peut être ce choix. Perso je ne suis pas convaincu. Ce n’est pas un mauvais titre, mais aussi vrai qu’on a qu’une seule chance de faire une première bonne impression, il ne me parait pas avoir le potentiel suffisant pour attirer l’attention sur S’mile.
smile
Avec Aimer, retour vers un titre plus rock, même si les guitares électriques sont un peu enterrées dans le mix, sûrement un moment fort sur scène.

Rêve, très dépouillé, intimiste, piano voix et quelques percussions. Basse batterie rejoignent l’ensemble à mi parcours. Une chanson d’album.

Assez, déjà le huitième titre, retour de monsieur Duvignac aux commandes. Il a clairement le truc pour écrire les mélodies les plus fortes de l’album. Presque funk (j’ai dit presque), en tout cas chargé d’une énergie latente qui ne demande qu’a exploser.

Je serais là. Coincidence ? Après l’homonymie avec Michel Berger, Sanson a également chanté un Je serais là (en réponse au Seras tu là du 1er). Cette fois guitare acoustique pour une douce promesse.

Il doit me manquer. Un des meilleurs titres, celui aussi ou le syndrome Rivière est le plus prégnant. Le refrain fait mouche et est radiophonique à souhait.

Je veux partir. Un titre qui ne m’accroche pas. Pas de faute de goût , bien réalisé mais dans le quel je n’entre pas.

Juste là, avant dernier titre, séquence émotion. Piano voix simplement, et c’est suffisant. Le frisson passe parce qu’on touche le cœur.

Et pour clôturer l’album la seule chanson que S’mile signe en solitaire, Le mendiant . La plus longue aussi, plus de 5’. Une chanson humaniste, pour terminer sur une note plus grave, sur un arrangement moins pop, plus orchestral, en forme d’ouverture vers les autres, après avoir commencé centrée sur soi (celle que je suis), un hymne à l’amour entre les hommes.

Au final, un album homogène, qui pêche peut être par une relative uniformité, excusable pour un premier album mais qui dénote aussi une réelle personnalité. Si l’on fait l’abstraction de la troublante similitude vocale avec l’artiste sus-cité, S’mile, aussi blonde que l’autre est brune, à tout pour se faire sa place au soleil. Il ne manque pas grand-chose, qu’une radio nationale ait la bonne idée de s’enticher d’Am stram gram par exemple.

smile.jpg


1 - Celle que je suis (Philippe Duvignac)
2 - Am stram gram (Philippe Duvignac)
3 - Tous les maux (Philippe Duvignac)
4 - Message personnel (Philippe Duvignac)
5 - J'ai rêvé (Sabine Milh/Jacques Mih)
6 - Aimer (Philippe Duvignac)
7 - Rêve (Patrick Delage)
8 - Assez (Philippe Duvignac)
9 - Je serai là (Sabine Milh / Jacques Milh)
10 - Il doit me manquer (Sabine Milh / Jacques Milh)
11 - Je veux partir (Sabine Milh / Jacques Milh)
12 - Juste là (Sabine Milh / Philippe Duvignac)
13 - Le mendiant (Sabine Milh)

Tous les maux

 


Date de création : 17/02/2008 @ 22:32
Dernière modification : 14/06/2008 @ 19:04
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-S
Page lue 7819 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » S'mile - Celle que je suis