Vous êtes ici :   Accueil » Juin 2008 - Rock and roll fantasy - The Kinks
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Même le moins attentif des visiteurs l'aura remarqué , Sucrepop se dote d'une nouvelle robe. Après 2 ans d'une blancheur quasi virginale, bronzage express pour l'été, accompagné d'un changement de version du CMS Guppy. Pour vous, hormis le look, une nouveauté, la possibilité de mettre des commentaires sur chaque article, pour moi, une simplicité accrue de l'administration du site. Ces nouvelles couleurs sont l'œuvre du talentueux webmaster de Meric Graphisme, chez qui vous pourrez trouver de quoi faire également un lifting de façade classieux de votre site.
Mais si la forme a changé, le fond reste le même. Musique à tous les étages, autoproduite de préférence, mais pas exclusivement.Sucrepop
Dans la droite ligne des mois précédents, une reprise de plus à mon actif donc, en fort belle compagnie puisque c'est 50% de Malin Plaisir qui s'y colle. Que dis-je 50% ! Bien plus, puisque en sus d'Eric à la batterie-basse-guitares-choeurs et j'en passe s'est joint Guitare Jacques, qui est à Malin ce que Ian Stewart était aux Stones, un membre du groupe hors du groupe ;o). Au menu, un Rock and Roll fantasy signé initialement de Ray Davies des Kinks, datant de 1977, album Misfits. Une perle, peu connue, leur période de gloire couvrant principalement les sixties. Réorchestré de main de maître par Eric, ce titre m'a permis de pousser la chansonnette dans son studio, ce qui, dommage collatéral, m'a fait sombrer dans une profonde dépression ;o), mesurant le gap entre ma voix et celle d'un chanteur, mes maquettes de maquettes et les chansons d'un orfèvre. Le résultat s'écoute sur la page nommée, coïncidence, Rock and Roll fantasy . Pour les ceusses qui auraient raté les épisodes précédents, j'ai ajouté pour l'année 2008 un nouveau lecteur mp3 qui va vous permettre d'écouter les 6 titres de ces 6 premiers mois tout en poursuivant votre lecture. c'est par ici que ça se passe.

Comme les Malin Plaisir sont très forts, non content de jouer les hommes orchestre pour mon compte, ils profitent de la pub inespérée qu'est la sortie de Rock and Roll fantasy pour sortir un nouvel album. Un album de Malin Plaisir c'est simple, c'est comme les Jeux Olympiques, tous les 4 ans.Il y a moins de pékins dedans pour le faire mais il bénéficie à quelque chose près de la même couverture médiatique.Attendez vous donc à un tsunami télé/radio/presse/webzine dont cet article n'est que la première vague, à côté duquel le nouveau Madonna va paraître ridicule (d'ailleurs il l'est). L'album s'intitule Prenons le large. J'en ai déjà dit beaucoup de mal ici, inutile donc d'en rajouter. Sachez juste que c'est beau, que c'est l'accessoire tendance indispensable pour frimer cet été sur les plages, que Domino y est divine, Eric majestueux, que l'album est achetable ici, écoutable ou sur myspace. C'est le parfait anti-stress, l'utime refuge de douceur dans ce monde de brutes. Voilà. Voulzy, Eagles, America, si ces artistes vous parlent, Malin Plaisir vous enchantera. Prenons
The Dans le même ordre d'idées, le nouveau Weepies est parmi nous, Hideway est son nom. Comme Malin, un duo, ici, Steve Tannen et Deb Talan.Comme Malin, la voix lead passe alternativement, suivant les morceaux de lui à elle, d'elle à lui. Un côté folk plus que prononcé, même si cet album se révèle un peu plus produit, plus riche que les précédents. Toujours un gros travail sur les harmonies et les mélodies, l'abum a l'air de rencontrer un franc succès de l'autre côté de l'Atlantique, et les Weepies sont en passe de migrer de l'underground à la lumière si ce n'est déjà fait. S'ils n'y perdent pas leur âme, c'est peut être la chance de les voir débarquer un jour par ici. Ils étaient déjà dans ces pages en janvier 2005 c'est vous dire si je les suis.
Un que je n'ai pas vu arriver c'est JJ Lemonne . 5ème album pour le bonhomme. J'étais déjà passé à maintes reprises sur son site, et, allez savoir pourquoi, jamais été plus loin. Et là, un mail annonçant la sortie, direction la page téléchargements et je me suis injecté le petit dernier dans mon mp3. Et figurez-vous que c'est un sacré bon album. D'un éclectisme forcené qui peut surprendre, le bougre passe d'un jazzy Tant pis - en écoute ce mois ci - à une java, La femme du boulanger, un blues à la Nino Ferrer, le Blues maudit, un titre celtique, De retour d'Irlande, voir un hommage à Brassens C'était comme çà. Mais la mayonnaise prend à tous les coups. Des textes intelligents, une voix à la hauteur, me reste plus qu'à écouter les 4 premiers qui sont également à disposition. JJ
Maloh Maloh est tout jeune, 21 ans, et sort déjà (enfin dans 15 jours) un album 7200 minutes.Ce n'est pas la durée, c'est le titre. Il se présente comme étant de la famille chanson folk. La prédominance de la guitare acoustique ne dément pas son propos. D'un autre côté, il a pas mal écouté Raphael aussi, difficile de ne pas y penser en l'écoutant, c'est particulièrement vrai dans le timbre de voix. Ceci dit, on a vu pire comme influence. Donc, résumons, jolie p'tite gueule de saint (je sais, facile celle là surtout qu'il revendique son appartenance bretonne), un brin de plume prometteur, laissons mûrir le jeune homme - j'ai écrit mû hein pas mou -, s'aguerrir un peu pour voir ce qu'il nous réserve dans le futur.
. C'est un trio parisien que je vous présente maintenant. Mashins fait du rock electro pop. Du rock via les guitares mordantes et la basse ronronnante. De l'electro de part la batterie doublées de sons de boite à rythme et des synthés très new wave. Côté pop, je suis plus dubitatif, les Mashins ne cherchent pas le hit, même si UfOsa en a les attributs. Leur musique est plutôt cérébrale (ce n'est pas un gros mot), élaborée, tout en restant accessible. Les arpèges de guitares s'entrelacent pour s'accoupler avec des volutes de synthés. Le tout est en anglais. Le 5 titres qui leur sert de carte de visite laisse entrevoir un groupe de scène où la couleur rock prendra probablement le dessus. Mashins
Peppermoon Les 3 groupes précédents n'avaient même pas une fille au chant, je dois être malade ;o) . Hop, je rétablis l'ordre des choses avec Peppermoon un trio parisien. Déjà, un groupe qui cite Claudine Longet dans ses influences ne peut qu'entrer dans mes bonnes grâces. Iris, la chanteuse, nous emmène d'un souffle de voix, dans une pop murmurée, susurrée, une pop folk douce et fraîche. C'est léger comme un nuage de lait dans une tasse de thé anglais, aussi féminin qu'il est possible de l'être, comme si une Françoise Hardy rencontrait aujourd'hui une Margo Guryan. Leur premier album paraîtra à la rentrée 2008, réservez vos oreilles.
Non content d'être bourrés d'humour, (voir leur site) Nel et les touristes font aussi de la zic avec sérieux. Pour reprendre leur définition, ils font de la musique en anglais avec des paroles en français. Rien que ça. Avec un 5 titres tout récemment sortis pour nous prouver que c'est possible. Il y a de la Ricken à tous les coins de rue, des textes qui parlent de filles - beaucoup - et de sexe - un peu - bref de choses futilement primordiales. A faire les touristes sur les plages de Saint Nazaire, ça sonne plus rock que pop, et si on doit parler Boys plus Bitch que Beach . Ils font partie de la rué vers l'Ouest organisée par http://www.musikalouest.com et tout le mal que je leur souhaite c'est que leurs vacances se prolongent vers un album complet.. Nel
The Dans la famille projet de fêlés, voici les Virtuals Beatles. Deux mexicains qui décident de reprendre le boulot ou Jeff Lynne l'a laissé lors de la sortie de l'anthologie des Beatles en 94 avec Free as the Bird et Real love. Ils reprennent donc des démos des fab fours ou la voix est audible et ajoutent les instruments dans l'esprit Jeff Lynne. D'ou une série de titres le plus souvent méconnus des 4 de Liverpool. Bon, on ne tient pas là la suite d'Abbey Road, pas de perles qui nous auraient échappé mais Save our soul ou Goodbye , respectivement Lennon et Mc Cartney font resurgir tout un passé. Chapeau les gars. L'album est dispo en totalité sur leur site, ainsi qu'un autre ou ils se sont efforcés de sonner exactement comme les originaux. Des fêlés je vous dis, mais de ceux qui nous séduisent.
Je ne sais pas ce que font les artistes durant l'automne et l'hiver mais quand vient le printemps, pleins de petits albums viennent au monde. Prenez moi, de Guillo est l'un deux. Un album démo en attendant le vrai prévu pour 2009. Demo, ok, mais pas cheap. C'est d'inspiration rock, indéniablement, Adios amigos ou Pas la lune par exemple ou la dimension scénique est omniprésente. Il y a le superbe Si j'étais Martin Mc Fly , tube en puissance, l'acoustique Une maison sans toit. Bref de la belle ouvrage. Il semble tourner de manière régulière du côté de Tarbes, garder un oeil et les deux oreilles sur lui ne sera pas superflu. Guillo
Francine Entre jazz et chanson, Francine et ses beaux esprits promène sa voix sur des musiques toutes en douceur qui collent à merveille à un bijou de sensualité comme Dessus dessous. Evidemment dans ce style, les rivages de la bossa sont abordés (Le petit d'homme) avec une franche réussite. Pour les étiquetteurs de tous poils, je rapprocherais Francine d'une Diane Tell à ces débuts, la récente reprise d'un morceau d'Uzeb me confortant dans cette idée. Reste à l'entendre sur des morceaux plus enlevés pour mesurer la palette complète de son talent. Quant à moi, je reprendrais bien de la bossa. un 5 titres (décidément, c'est à la mode le 5 titres) est dispo par ici
Elle s'appelle Chat. Je ne sais pas qui à eu l'idée de ce pseudo, mais faire son trou sur le net avec ce choix, merci les recherches sur Google. En teasing d'un album plus habillé, musicalement parlant, à la rentrée, cette jeune demoiselle propose un CD 4 titres piano voix. Une reprise d'Hendrix pour la caution rock, des compos perso pour le reste. Influences affichées, Radiohead, Björk, Doors, Velvet, absolument imperceptibles ici. Des cascades d'arpèges entourent une voix sans relief particulier. Pour se faire une réelle idée du potentiel, l'album Folie douce, annoncé à l'été et orchestré lui, va être nécessaire. En l'état, ce Chat au joli minois ne convainc pas. Chat
Poney Le duo Poney Express par contre lui n'a eu aucun mal à emporter mon adhésion. Passons sur la pochette, laide au possible, pour s'intéresser au contenu, un album de 15 titres, nommé Daisy street, rue de Cardiff où il a été enregistré. De la pop matinée de folk, des rythmes plutôt enlevés, un sens du truc qui accroche. Parrainés par des pointures pop type High Lamas, ils ont beaucoup d'atouts pour aller loin. Paris de loin fait déjà les beaux jours des radios branchées, Les petits matins devraient suivre le même chemin. Leurs chansons sont autant de petits films, nombre de cinéastes figurent d'ailleurs dans leur arbre généalogique. Une chouette surprise du bassiste de Louise Attaque. L'album après lequel cours Jil Caplan depuis des lustres.
Comme souvent, un mail dans ma boite pour m'inviter à découvrir un nouvel album. Cette fois Loin du paradis de Gauthier Paturo. Ici, c'est l'option chanson qui est privilégiée, pour une variété efficace quoiqu'un peu convenue. Le fait que Christophe Marie (Malin Plaisir connexion) cosigne l'ensemble des titres n'est certainement pas pour rien dans la qualité du résultat final. Toujours finement écrit et composé, doté d'une voix qui devrait avoir du succès auprès de la gente féminine, ce Gauthier pourrait se tailler un petit succès si le destin voulait l'y aider. Un titre comme Je prends rien à personne pourrait aisément décrocher la timbale. Gauthier
Arno Une définition possible d'une bonne chanson pourrait être sa capacité à résister à n'importe quel traitement, n'importe quelle déstructuration. C'est le belge Arno qui se charge de nous en donner la meilleure preuve. Son nouvel album, Covers coktail reprend 20 titres à sa sauce. Quand on connaît un peu le personnage et sa discographie, on se doute que, passés par sa moulinette, les titres vont prendre des couleurs inattendues. Pari facilement gagné. Réappropriation totale de classiques tel le Drive my car des Beatles, ou Knowing me Knowing you d'Abba (si si). Quelques invités prestigieux à ce coktail, Jane Birkin, Stephan Eicher ou Beverly Jo Scott, pour des reprises de Nougaro, Queen !!, Brel, Gainsbourg, les Stones, Les Kinks, Bowie (2 fois) et j'en passe , bref un régal. Surprendre, toujours, tel semble être son credo, Bravo M'sieur Arno.
Dans la catégorie nom de groupe improbable, le gagnant de ce mois ci est For her and the snow qui, comme son nom ne l'indique pas, est le pseudo choisi par Joe Presti, Austin, USA. L'album, Hot girl in the limo est paru mi-2006, il aura fallu tout ce temps pour traverser l'Atlantique et atterrir sur ces pages. Du clavier, des guitares, des mélodies, son myspace est saturé de messages enamourés de jeunes femmes, si ce n'est pas un signe de qualité ça, je ne m'y connais pas ;o). Pop made in America donc, ça tourne tout seul, ne révolutionne rien, mais ça n'est pas le but non plus. De l'infectieux Love is wicked deadly au premier (et unique ?) single Waiting for you, Pour elle et la neige nous fait passer un agréable moment, que demander de plus ? For
Yasmine C'est au Canada, Vancouver pour être précis que je suis allé vous dénicher Yasmine. Le style de voix qui liquéfie n'importe quel être masculin normalement constitué. Si la notion de world musique à un sens pour vous, Yasmine en est la représentante parfaite. Les sitars, djembe et autres tablas y côtoient des instruments habituels de la panoplie pop/rock. Les 3 titres dispo sur son myspace sont envoûtants (écoutez moi ce Mercy street) , sa page perso en propose 5 de plus, tous de la même eau. Ses racines indiennes mariées à la soul music font merveilles. Je doute qu'elle reste longtemps dans ce relatif anonymat.
Une autre grande voix qui n'oublie pas de l'informer de la sortie de chacun de ses titres, Youlia Djeddi. Sa petite dernière Temple love, dans un style flirtant avec l'electro groove grave, sa voix surfe sur la ligne de basse, et pourrait faire un carton sur les pistes de danse (enfin je m'imagine que ca pourrait, je ne mets jamais les pieds sur un dancefloor) . Un peu schizo la demoiselle à deux personnalités, l'autre plus folk et en français cette fois est accessible ici. Le même talent, exprimé différemment. Et avec ça jolie comme un coeur. Youlia
Olivia Allez, on reste chez les filles. Nouvel album pour Olivia Newton John. Celle de Grease et Xanadu (dans mon cas surtout Xanadu) Euh, oui bon, et alors ? Alors c'est pour la bonne cause, le combat contre le cancer, c'est l'occasion d'écouter un nouveau titre de Barry Gibb et de plein d'autres vu que c'est un album de duos et ça fait de la pub au site de Pierre ;o). Si ce n'est pas d'excellentes raisons tout ça ! Bon je ne connais que le single et le semi Bee Gees, c'est de la variété à l'américaine, pardon à l'australienne, beaucoup plus de sucre et de bons sentiments que de pop et d'énergie si vous voyez ce que je veux dire, mais elle chante sacrément bien et rien que ça c'est un bonheur.
Glawdys fait partie de cette nouvelle génération d'interprètes, éduqués entre variété et rock starac, musique commerciale et énergie, dans la droite ligne des Obispo Calogero. Sur des orchestrations léchées, la voix de quelqu'un de doué, à l'évidence. Ce jardin d'Eden ou le récent Ton héroïne, sont calibrés radio FM, guitares acérées, rythmique bien marquée, avec des accents rocks à la Kyo sur Délivre moi. Le problème c'est qu'il y a du monde sur ce créneau et que s'y faire une place de doit pas être une simple affaire. Sortir le bon single au bon moment, plus affaire de timing que de talent, elle a le second, reste à trouver l'instant. Glawdys
Paris Longtemps que je ne vous avais pas proposé de la bossa. C'est Paris DC (alias Daniel Cambier) qui m'en donne l'occasion. Ce n'est d'ailleurs qu'un prétexte car hormis le titre Michele, le reste de l'univers du bonhomme est un poil plus déjanté. Entre l'inénarrable Valse des pétards, spécial brigade des stups, l'ode aux seins ou il laisse libre court à une obsession largement répandue, ou l'hymne à Bacchus, on devine que ce qui a dirigé avant tout les sessions de cet album c'est de se faire plaisir. Une bande de potes qui jouent ensemble et en profite pour faire sérieusement un album pas sérieux.
Dans mes chroniques, je mets les artistes en avant, mais rarement les sites qui leur permettent d'avoir un peu de cette cruciale visibilité qui leur fait tant défaut. Petite coup de projo sur l'un d'entre eux, Pop Only Knows. Le principe, proposer une plateforme de téléchargement aux autoproduits non signés (et ce n'est pas ça qui manque). Ce qui les différencie des nombreux sites similaires ? La volonté de choisir les groupes distribués, en revendiquant une subjectivité de bon aloi pour une cohérence éditoriale, et de se limiter à une cinquantaine de groupes afin de ne pas les perdre dans un magma musical. Un fonctionnement proche d'un éditeur en quelque sorte. Une telle démarche n'est évidemment pas celle de golden boys espérant se faire des coucougnettes en or dans les plus brefs délais mais celle de passionnés pour qui musique et artistes ont un sens. Hey, les majors, regardez un peu par ici, c'est ce mode de fonctionnement qui pourrait vous sortir de la mouise dans laquelle vous vous êtes mis. Pop
Georges Il me reste pour finir cette sélection du mois à vous parler de deux monuments de la chanson qui sortent simultanément un nouvel album. Honneur aux anciens, Georges Moustaki, 74 ans, avec Solitaire. J'avoue que je ne connais presque rien de sa discographie, hormis ses grands classiques, de lui ou ceux écrit pour Reggianni et je ne pense pas avoir jamais écouté l'un de ses albums. C'est donc avec curiosité que j'écoutais ce disque. Et ce fut une belle surprise. Un timbre de voix comme familier, porté par un souffle, des compositions plus qu'agréables, des textes ou perce la nostalgie, bien tournés, à l'ancienne quoi. Sacrifiant sur l'autel du marketing nous avons droit aux duos obligatoires, ici Delerm, Cali et China Forbes des Pink Martini qui s'y collent, et à une reprise de Ma solitude immortalisé par Reggiani. Au final, un bel album qui me donne envie découvrir les 40 années précédentes.
8 ans depuis le dernier album de compositions originales, voici le retour de Maxime Leforestier avec Restons amants. Sans être un fin exégète de sa musique, je connais mieux son oeuvre que celle du pâtre grec. Et là, je suis resté sur ma faim. Cet album est assez inégal, à mon goût. De belles choses bien entendu, comme la chanson éponyme, composée par Julien Clerc, ou L'ére étrange qui ouvre le disque, un son tourné vers l'acoustique, des textes, dans le même esprit que le dernier Cabrel, qui parlent de notre monde , de nous, des autres. Mais des ratages complets, à l'image du Juge et la blonde sa fanfare de bazar et ses lalalala ridicules. Le bluesy Tuer le temps, ou le presque pop Grain d'sel sans être mauvais sont quelconques, pires ordinaires. Restons amants est un parfait album pour notre époque, ou il est possible de n'acheter que les titres qui nous plaisent. Maxime


Côté video du mois, je profite de la sortie de l'album de Demago, Hôpital pour leur faire un peu de promo. Demago j'en avais parlé il y a quelques années avec leur 1er album autoproduit. Entre temps ils ont fait leur bonhomme de chemin, signés avec une major (Voyez, c'est possible) et sortent donc cet Hôpital avec quelques titres supplémentaires et quelques moyens aussi, dont un clip. Demago fait une musique sans concession, qui appuie ou ça fait mal et leur clip à sacrément de la gueule, donc à eux l'antenne




Rendez-vous le 1er juillet pour un avant-goût estival du slow de l'été made in Sucrepop et d'ici là, Sortez Covers !
PS: Les newsletters précédentes sont accessibles ici
Phil
www.sucrepop.com
des bonbons pour les oreilles
Sucrepop,

Sucrepop sur Myspace

sans oublier Whenim64.info


Date de création : 01/06/2008 @ 08:00
Dernière modification : 14/06/2008 @ 21:24
Catégorie : Notes de musique - Editoriaux-2008
Page lue 6713 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Corriya le 02/06/2008 @ 13:55
Dis-donc, il y en a du beau monde dans la news de ce mois et surtout de la bonne musique !

Malin-Plaisir dont j'ai aussi parlé dans mon blog ;) Francine et tous ses beaux esprits avec ses qualités d'interprétation et oh combien subtils arrangements, dont j'use régulièrement le player et JJLemonne !!! qui est pour moi sans aucun doute l'un des meilleurs auteur-compositeur que je connaisse et que je suis à la trace depuis fort longtemps. D'ailleurs suis en train de le pousser gentiment à venir s'installer sur myspace, mais je sens que ça va prendre du temps LOL il est encore pire que moi.

Pas encore écouté tout le reste, mais je reviendrai au fil des jours.

Corriya

Vous êtes ici :   Accueil » Juin 2008 - Rock and roll fantasy - The Kinks