Vous êtes ici :   Accueil » Août - I'll follow you into the dark - Death cab for cutie
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

C'est l'été, les vacances pour la plupart d'entre vous, alors que les miennes sont quasiment terminées eekKundalini Primale. La sélection de ce mois ci sera donc légère, ensoleillée et plutôt mid tempo, pour accompagner votre farniente. Entre pop et bossa, mon coeur balance, c'est donc entre ces deux fées que va s'écouler ma programmation.

Alors que mes précédentes reprises avoisinaient les 30 à 40 ans au compteur, c'est un morceau datant de 2005 qui se trouve revisité ce mois ci. Le terme revisité prend ici tout son sens car l'arrangement que Stéphane, l'homme orchestre de Kundalini Primale a réalisé se démarque singulièrement de la version originale. D'un côté donc, Une superbe chanson de Death Cab for Cutie, intitulée I'll follow you into the dark, un groupe indie américain pour un titre initialement acoustique comme une bonne part de ceux que j'ai choisi jusqu' ici, de l'autre une non moins superbe orchestration, des cordes, des claviers, des parties de batteries inventives, bref du Kundalini. Stéphane accompagné de Blandine a déjà 3 albums sous la ceinture, que vous pouvez découvrir sur leur site. Leur premier album, Chanson pour se pendre, chroniqué ici même par mes soins annonce bien la couleur de leur musique en mineur. Une palette de son mixant  la pop, le jazz, le classique, le latino pour un résultat chatoyant. Le résultat du passage de Kundalini en Sucrepopie s'écoute sur cette page.

Par ailleurs, petite annonce, sur les 4 mois restants de  l'aventure Sortez Covers ! Il m'en reste deux sans arrangeur. Donc soit je m'y colle,soit, si le coeur vous dit de participer,  il ne tient qu'à vous, contactez moi.

Le disque du mois ne pouvait être que celui de Laurent Voulzy, Recollection. Si quelqu'un incarne l'été, la douceur et les vacances, c'est bien lui. Le single Jelly Bean est déjà sur toutes les lèvres, petite pépite de magie pop, une intro très Electric Light Orchestra, réminiscente de Xanadu, la ricken qui carillone, les yeah yeah qui s'envolent, des choeurs paradisiaques, une mélodie bleue comme un ciel d'été. L'album est là pour célebrer les 30 ans de la sortie de Rockcollection et donc se présente comme un concept album.  Pour l'album à la loupe, c'est par ici, sachez simplement que si le précédent, 7ème vague, vous avait séduit, vous pouvez vous précipiter sur celui ci les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes, Voulzy y fait du Voulzy et ça fait du bien. LVrecollection.jpg
malinplaisir.jpg Pour la sortie de leur nouvel album (dont je n'ose penser qu'il n'est pas encore en votre possession), les Malin Plaisir ont été invité par Christophe de Radio Plus pour un peu de promo. Quitte à avoir l'antenne pendant deux pleines heures, ils en ont profité pour mettre en avant nombre de copains autoproduits. Une cover live de Laurent Dutrey annonce, scoop,  un concert commun de deux de nos plus talentueux artistes le 15 novembre proposé par votre serviteur. Plus d'infos prochainement dans ces mêmes pages. Un extrait de l'émission est dispo par là mais la totalité est accessible soit sur le site des Malins soit sur celui de Radio Plus.

Qu'un groupe breton sorte une galette, rien que de plus normal smile. La chronique du premier mini album de Nel et les Touristes est dispo sur cette page. C'est tout en pop et en guitares, et des titres tel I want you ou Un ange passe pourraient muter vos journées torrides en nuits du même métal.  La preuve par 5 que le sud n'a pas le monopole de la chaleur et qu'à l'Ouest il y a du nouveau.

neletlestouristes2.jpg
Lunabee-N7.jpg  Lunabee apparait régulièrement dans ces colonnes. En ce mois d'août synonyme pour la plupart d'entre nous de vacances, elle nous propose une ballade sur la Route nationale 7, immortalisée en son temps par Charles Trenet. Participant au  concours de reprises organisé par le festival Tilt et cqfd (les Inrocks) impliquant de reprendre ce titre, elle a rafflé la mise avec sa reprise embouteillée, concerts de klaxons et gazouillis d'oiseaux à la clef. Même sur un titre aussi connu, elle arrive à apposer son empreinte, la marque du talent.

Voyez comme  le hasard fait les choses.  Je tape sur Google, Leela,  pour y trouver  le site de la demoiselle ci-dessous, dont je fus un temps le webmaster, pour y écouter sa progression.  Et voilà que je tombe, avant elle,  sur un groupe dans Wikipedia ?? (Dont ils ont été viré à l'heure ou j'écris ces lignes faute de notoriété suffisante semble t'il). Pas grave leur myspace lui leur est fidèle. Originaire de Clermont Ferrand, c'est pop, plutôt doux, en anglais ou en français et ma foi fort plaisant. Arpèges de piano et  guitares acoustiques  tissent une jolie  toile ou une voix masculine, plutôt haut perchée fait son nid. Ils revendiquent une part de féminité indéniablement présente dans leur musique, à suivre avec attention.

Leela.jpg
leschansonsdeleela.jpg Donc elle, ce n'est pas Leela mais les chansons de Leela. J'étais curieux de noter l'évolution de ses chansons, elle que j'observe de loin depuis déjà un bail. Oeuvrant toujours dans un folk acoustique, avec son timbre de voix si particulier, la maturité dans l'écriture fait son chemin et les chansons, au fil du temps gagnent en finesse et en efficacité. L'album se fait attendre, même si un EP est annoncé pour 2008 mais vous pouvez régulièrement la voir et  l'écouter sur scène sur Paris. Lentement elle se fait sa place et sa persévérance finira bien par payer.
Coller une Rickenbaker sur la pochette de son album est l'un des moyens les plus efficaces pour attirer mon attention. Kai Reiner, en direct de Hamburg ou d'autres petits scarabées à ricken on déjà sévit nous propose son premier album, après 4 ans de gestation. Evidemment c'est du côté pop de la force que Kai est allé chercher l'inspiration. De son Cold Summer en ouverture , premier single extrait,  à Shine qui cloture le disque, l'ombre des Teenage Fan club ou Mathew Sweet plane. Une pop  à fredonner, sans agressivité aucune, une carresse pour l'été frisquet annoncé qui risque d'être plus chaud que prévu pour Kai. KaiReiner.jpg
RickAltizerScripture.gif C'est au détour d'un message sur le forum francophone consacré à ELo,  EloDiscovery que j'ai découvert Rick Altizer dont le nouvel album Scripture Memory Pop symphonies est paru récemment. Comme son nom l'indique, nous restons dans le domaine de la pop. Un zeste d'ELO, un autre de Queen, deux doigts de Beatles , des orchestrations empilant allégrement cordes, cuivres, piano guitares et harmonies vocales,bref toute la  panoplie du gars qui a un peu beacoup écouté les glorieux ainés et s'essaie à son tour à la conception de popsongs entêtantes. En l'occurence avec un certain brin de réussite. Sans jamais égaler les suscités, mais qui le peut ?, ses astucieuses ritournelles trouvent rapidement le chemin de nos tympans.

Comme un été sans bossa dans ma bande son n'est pas un véritable été, je me suis tourné vers mes chouchous de Tom's Club qui me ravissent à chaque fois. Et je n'ai bien sur pas été déçu. Une Astrud Gilberto d'aujourd'hui, rien de moins. Chacune de leur chanson fait mouche, entre Françoise Hardy et Claudine Longet et même s'ils annoncent avoir des velleïtés de se diriger vers une pop vintage moins marquée Brésil, je leur fais confiance, ces deux là on du talent à revendre. Allez, vite, la suite !

tomsclub.jpg
manuleprince.jpg Toujours côté bossa mais mâtinée de jazz cette fois, c'est Helena, ma brésilienne préférée qui m'a fait découvrir sa voisine, Manu le Prince. Une voix chaude, sensuelle et vibrante pour une musique qui ne l'est pas moins. Dans un registre ou elles sont peu nombreuses à se risquer, elle pose ses vocalises sur des arrangements sophistiqués, alternant titres originaux et reprises bien senties. Le jazz est un domaine ou la médiocrité ne pardonne pas, et ou cette brésilienne d'adoption ne failli pas.
C'est du Japon que cette bossa langoureuse provient.  Noriko Yamamoto a craqué pour cette musique et a décidé de s'y consacrer. Pas l'ombre d'une seconde un quelconque héritage du pays du soleil levant ne perce dans sa musique. Plus Brésilienne que nature, sa voix légèrement voilée séduit des les premières mesures. Aucune révolution ici, simplement la parfaite assimilation d'un idiome qui n'était pas le sien, une appropriation parfaite. norikoyamamoto.jpg
puffi.jpg

Elles sont japonaises également, absolument craquantes, superstar énormes chez elles, absolument inconnues ici, le duo Puffy AmyYumi surfe depuis plus de 10 ans sur un succès qui ne se dément pas. Elles défendent une pop ado, redoutablement efficace, même chantée dans leur langue natale. Une once de rock, une production au cordeau, des mélodies addictives, que demander de plus. Certes le côté merchandising et un peu formaté est parfois un peu agaçant mais elle balance tellement la gomme qu'on oublie le systeme pour laisser place à la musique.

Ce n'est pas qu'à cause du ukulele. Ce n'est pas qu'à cause de la photo. Un sacré buzz entoure ces cocos de Cocoon, duo folk pop magique, buzz mérité. Si l'album n'est pas encore sorti, il ne saurait tarder. C'est frais, c'est doux, c'est classe, à peine 20 ans de moyenne d'âge à eux deux,  et plus de talent dans leurs deux voix réunies que dans la moitié de la production musicale, hexagonale ou non. Ils tournent un peu partout, aucune excuse pour les rater donc. Si un truc peut exploser cette année, c'est eux. Ils sont déjà signés, ça ne prouve rien, mais laisse l'espoir que, parfois, les majors ne soient pas aussi sourdes qu'on le prétend. Cocoon.jpg
kateearl.jpg L'ami des petits raisins est un fin mélomane en sus d'être un photographe émérite. C'est vers l'Alaska et Kate Earl qu'il a guidé mes pas ce mois ci. Le nouvel album de cette jolie américaine, désormais basée à Los Angeles sort incessamment. Une touche jazz, une touche soul, un soupçon de trip-hop, le cocktail est détonnant. La photo me fait un peu penser à la Kate Bushde Lionheart, si elle semble moins aventureuse que cette dernière, une jolie carrière se profile néanmoins si j'en crois le premier titre extrait de l'album à paraître, Melody.
Amis téléphages, la voix de Laetitia Godes ne vous est pas inconnue. Elle est , entre autre, celle de Lucy Liu dans Ally McBeal. Ceci posé, L'univers de Barry White  est très éloigné de celui qu'elle nous propose ici. Derrière une pochette quasi virginale, ou elle indique on ne peut plus clairement qu'elle se livre dans son plus simple appareil, sans fard,  ce prière profane, 1er album, ou du moins ce que j'en connais, révèle un talent d'écriture certain, posé sur un lit de percussions et de guitares acoustiques qui lui donne un cachet original, une flute ponctuant parfois son propos. J'aime beaucoup son univers acoustique ou elle se livre avec élégance et douceur. Sa musique est rare, faite une escale auprès d'elle. LaetitiaGodes.jpg
audriel.gif Soit deux comédiens, Audrey et Gabriel, qui décident d'allier leurs talents d'auteurs et de compositeurs pour fusionner et donner naissance à Audriel. Influences chansons françaises aux accents souvent jazzy, un peu à la manière, toutes proportions gardées, d'un Charles Trenet, textes humoristiques chantés à deux voix, allez savoir pourquoi c'est à une tradition musicale qui passe par les Frères Jacques que me fait penser leurs chansons.  Peut être du à leur parcours théatral qui fait de leurs compositions de petites saynètes qui n'attendent que d'être mis en scène ou en images, tel leur 1er clip, Rencontres.
Hyphen est un trio nantais option rock non facultative. Riffs de guitares pour poser les fondations, un chant en anglais, l'étiquette indies rock alternatif leur colle parfaitement à la peau, et nés aux USA, ils feraient les beaux jours des radios de campus spécialisées dans ce type de musique. Assez sombres par nature ils alternent les moments de déluge électrique et  les ambiances plus torturées. Pas exactement fournisseurs du tube de l'été, si Chokebone et autre Sonic Youth vous parlent, ce trait d'union vous séduira. hyphen.jpg
siamese.jpg Plastic Landscape est un EP paru l'année dernière que je n'ai découvert que récemment, première livraison du groupe nordiste Siamese. Rock, indéniablement, fortement marqué par les seventies, à l'évidence. Un rock qui met en avant les ambiances, l'atmosphère flirtant avec la progressive musique sans jamais tomber dans ses travers prenant le temps de developper ses thèmes sans délayer le propos. La voix est l'élément qui retient immédiatement l'attention. Grave, posée, on pense à un Bowie, rien que ça, la musique ne démentant en rien cette prestigieuse référence. Le groupe est en studio pour la suite, ils m'ont confié qu'elle serait plus vaporeuse. Je suis curieux d'entendre ce qu'ils nous concoctent. 
Le tout nouveau Blackmore's Night , Secret voyage viens de sortir. Le Ritchie est sans conteste l'un de mes guitares héros préférés et j'attends toujours avec impatience ses opus. Que dire de ce nouvel album, 6ème de la série. Que si les 5 précédents ont eu vos faveurs, celui ci ne vous décontenancera pas. Ambiance médiévale à tous les étages, rencontre avec la musique baroque, les influences slaves, le folk à clochettes bref toute la panoplie utilisée depuis sa reconversion de hard rocker, effet de surprise en moins. La belle Candice chante toujours aussi bien, côté 6 cordes, sans esbrouffe, le maître nous en colle plein les oreilles et pourtant je reste sur ma faim. Contrairement aux disques précédents ou ses choix musicaux n'en laissaient pour autant pas les mélodies pop de côté, cette fois, j'ai beau tourner et retourner l'album dans tous les sens, pas un single valable. Du coup un voyage musical qui risque effectivement de rester plus secret qu'il ne le mérite.  Blackmorenight_.jpg
freecham.jpg  J'ai du parler de Freecham il y a bien longtemps, bien trop longtemps pour que vous vous en souveniez. Alors j'y reviens, car, discrètement, le bonhomme propose son univers attachant ou les claviers ont la prédominance. Entre musiques mélancoliques aux harmonies recherchées et textes empreints de spleen, perce une vrai personnalité. Si l'ombre d'un William Sheller n'est pas bien loin,  Freecham nous offre beaucoup plus qu'un succédanné et sa musique pourrait bien vous bercer pour un bon bout de chemin.

Rendez-vous à la rentrée avec une nouvelle collection de musiques à découvrir, profitez bien du soleil pour recharger vos batteries et restez en ligne l'aventure continue.

PS: Les newsletters précédentes sont accessibles ici
Phil
www.sucrepop.com
des bonbons pour les oreilles
Sucrepop,


Date de création : 01/08/2008 @ 09:25
Dernière modification : 05/08/2008 @ 09:45
Catégorie : Notes de musique - Editoriaux-2008
Page lue 7891 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Myriam le 03/08/2008 @ 22:05

super bonne nouvelle, la date du concert Laurent Dutrey/Malin Plaisir enfin annoncée.

Maintenant nous allons devoir patienter jusqu'au  15 Novembre....

Bises

Myriam


Vous êtes ici :   Accueil » Août - I'll follow you into the dark - Death cab for cutie