Vous êtes ici :   Accueil » Julien Clerc - Ou s'en vont les avions
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Ou s'en vont les avions ?

Julien Clerc et moi, c’est une drôle d’histoire. 40 ans pile qu’il parsème nos humeurs de mélodies accrocheuses, de tubes en or massif, qu’il interprète des textes pas toujours faciles dans cette musique dite de variété. Pourtant, contrairement aux Berger/Gall, Chamfort, Balavoine, Sanson,  Voulzy , Souchon et autre Chedid, dont les albums viennent systématiquement enrichir ma collection, je n’ai pas régulièrement acheté ses albums.

 Julien_Clerc.jpgC’est indéniablement un mélodiste d’exception, il a cette voix charmeuse et si aisément reconnaissable, et, chaque fois que j’ai vu ou lu l’une de ses interviews, le personnage semble intéressant, sensible et posé, mais j’ai rarement pris le temps de me pencher sur autre chose que ces tubes.

C’est avec Fais moi une place en 1990 que j’ai commencé à tendre l’oreille. Utiliser Phil Ramone comme producteur, ça me parlait. L’album m’avait vraiment plu, moins tubesque qu’un Michel Berger, autre pianiste compositeur, mais avec un charme certain. L’album suivant , Utile, me laissait sur ma faim, quelques jolies chansons beaucoup de remplissage. Idem pour Julien, daté de 1997. Du coup, de celui qui suivit, Si j’était elle, je ne connais que le titre éponyme signé Carla Bruni pour le texte. Je ne me suis réconcilié avec lui que sur le superbe Double enfance, qui contenait quelques pépites dont Place Clichy, signé Gérard Duguet-Grasser, inconnu pour moi, contrairement à nombre de collaborateurs de Julien Clerc.

 C’est donc avec l’envie d’être à nouveau séduit et un a priori favorable que j’abordais le petit dernier Ou s’en vont les avions ?, ou le décidément omniprésent Benjamin Biolay se colle à la réalisation en compagnie de Bénédicte Schmitt. Le titre d’ouverture, La jupe en laine, est un autre titre du Duguet-Grasser pré cité et le sens mélodique du compositeur aidant, nous tenons là un morceau qui va s’ajouter à la longue collection des belles réussites du Juju de ces dames. Un arrangement sans grande inventivité mais qui colle bien au titre, ce qui est tout ce qu’on lui demande. Un zeste de Ukulele la dessus, histoire d’être dans l’air du temps, voilà le single qui va faire acheter le disque.
 

biolay_julien_clerc.jpgLe problème c’est qu’ensuite ça se gâte. Non pas que le reste de l’album soit mauvais, loin de là, il a trop de talent pour cela,  mais nous sommes plus dans l’optique des albums Utile/Julien que Double enfance. Les orchestrations manquent de surprises, le piano étant le fil conducteur de l’ensemble mais sans rupture rythmique ni diversité quoique le tout sonne plus pop que variété. Deux titres sont déjà connus, puisque figurant déjà sur les albums récents de leurs auteurs Restons amants de Maxime Leforestier et Déranger les pierres de Carla Bruni.,  traités un peu différent, bien entendu, mais rien qui justifie leur reprise (hormis le fait qu’il en ait signé la musique bien sur), la production un peu terne de l’ensemble plombant un peu le tout. Forcément, sensé évoquer l’affaire Mary Kay Letourneau, cette instit américaine emprisonnée pour viol sur mineur, l’un de ses élèves, élève qu’elle épousera ensuite, est très maladroitement explicitement cité, pour être sur que l’on ne passe pas à côté, la berceuse Dormez atteint son but avoué, je ne vous fais pas le détail, tout est à l’avenant, correctement exécuté mais pas passionnant.

  En fait, que les textes soient signés Manset, Dabadie ou Biolay, ce qui cloche en réalité ce sont les compositions, plutôt fadasses, si l’on excepte le morceau d’ouverture, et si l’interprète est toujours largement à la hauteur, le compositeur a été plus inspiré, plus immédiat. Là, je sens bien que trouver le second single va être une gageure. Je ne sais pas ou s’en vont les avions, mais de toutes façons c’est sans moi pour cette fois.       

1. La jupe en laine         
2. Restons amants         
3. Où s'en vont les avions ?         
4. Sous sa grande ombrelle         
5. Apprendre a lire         
6. Une petite fée         
7. Frère, elle n'en avait pas         
8. Souvenez-vous         
9. Forcément         
10. Le rue blanche, le petit matin bleu         
11. Déranger les pierres         
12. Dormez         
13. Toboggan         
14. Le juge et la blonde
 

Date de création : 16/09/2008 @ 21:59
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-C
Page lue 6957 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par amandine le 09/12/2008 @ 20:20

c'est trob bien continue comme sa tu et le mailleur eIlove you jtm


Vous êtes ici :   Accueil » Julien Clerc - Ou s'en vont les avions