Vous êtes ici :   Accueil » Equus - Julien Alluguette
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Equus

Equus.jpgJe suis allé hier soir voir la pièce Equus au Théâtre Marigny, une piece datant de 1973 de Peter Shaffer dont le succès ne se dément pas depuis sa sortie. Mais, plus que la pièce c'est Julien Alluguette que je souhaitais voir.

Vous trouverez sur Sucrepop nombre de chansons ou son père joue de la guitare avec moi puisque presque quasi depuis le départ et la préhistoire de Sucrepop, (voir par ici)  Hervé était là.

De l'eau a coulé sous les ponts depuis, nous communiquons par mails de temps à autre et Julien ne doit plus se souvenir de moi, mais, d'avoir connu dans son berceau quelqu'un qui, 25 ans après commence à se faire un sérieux nom  dans le monde du théâtre, ça donne d'abord un coup de vieux wink mais également une grande curiosité, de voir ce que devenait le petit bonhomme ou l'ado qui chantait (et fort bien d'ailleurs).

Indépendamment de la qualité de la  pièce, je dois donc saluer la superbe performance d'acteur de Julien pour un rôle tout sauf simple, ou presque deux heures durant sans quitter la scène, il joue le rôle d'Alan Strang, victime d'un coup de folie qui le conduit à crever les yeux de 6 chevaux du haras ou il travaillait

Le thème de la pièce est d'arriver à comprendre ce qu'il l'a poussé à commettre ce crime. Un psyschiatre, joué par Bruno Wolkowitch (entre autre rendu populaire par son rôle  dans la série télévisée PJ), doit démêler cet écheveau. Bref une sorte d'enquête non policière ou apparaissent tout à tour, la juge, les père et mère dAlan Strang, sa petite amie, son patron ... chacun amenant une ou plusieurs  pièces du puzzle.  

La mise en scène, originale, pour autant que je puisse en juger n'étant pas un spécialiste du théâtre, est faite de décors amovibles, et l'ensemble des personnages est presque tout le temps sur scène, dans l'ombre ou la lumière, l'intrigue progressant à la manière d'un film, par flashback .

Je n'ai franchement pas vu les deux heures passer. Quelques traits d'humour, beaucoup de scènes de tensions. Pour autant je n'ai pas été convaincu par la pièce, contrairement à ma chère et tendre qui a, elle, été emballé.  
Je suis resté extérieur au sujet. Rien a reprocher aux acteurs, qui sont tous excellents, même si durant les premières minutes j'ai trouvé que le jeu de Bruno Wolkowitch était un peu mécanique, récitatif.  

Non c'est le thème lui même, La relation érotique et mystique d'un adolescent avec les chevaux, le traitement de la folie et la possibilité que celle ci soit source d'une vie plus exaltante qu'une vie "ordinaire", tout cela m'est passé au dessus des oreilles. je n'ai pas été ému, touché par l'évidente détresse affective de l'ado ou de ses parents. Le dilemme du psy m'a semble totalement abstrait. Le moment le plus convaincant, pour moi, fut celui ou la mère tente de se déculpabiliser de l'acte de son fils. Est ce la pièce qui supporte mal le poids des ans ?

Bon, à la base, je ne suis déjà pas trop client de Freud et de sa nombreuse descendance, ceci explique cela, et pourtant même dans cet état d'esprit, encore une fois, je n'ai pas vu le temps s'écouler, ce qui est quand même un signe.
Alors voir ou ne pas voir ? 
Voir indéniablement, si j'en juge par les commentaires élogieux du public à la sortie, saluant la performance. Julien est sur les rails d'un vrai beau succès qu'il ne devra qu'à son talent.



Date de création : 26/10/2008 @ 12:19
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-Concerts
Page lue 6880 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par patallu le 29/10/2008 @ 21:41

J'avoue que j'ai vu la pièce et que j'ai été emballée, par la pièce mais aussi par tous les acteurs qui donnaient le meilleur d'eux-même. Cependant je ne savais si j'étais objective puisque  julien est mon fils. C'est pourquoi je remercie Philippe de ce bel article qui me touche profondément, et aussi Corinne pour avoir fait la démarche d'aller voir celui qui devait avoir quelques jours la dernière fois qu'ils l'ont vu. Il y a des personnes comme ça que l'on voit pas pendant quelques années mais qui sont restés les mêmes passionnés et des amis de coeur. Grosses bises.

Pat.


Vous êtes ici :   Accueil » Equus - Julien Alluguette