Vous êtes ici :   Accueil » Arielle Dombasle - Glamour à mort
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Glamour à mort

Arielle Dombasle

arielle_dombasle.jpgQuand deux univers se téléscopent ou peut s'attendre à un big bang ou à un big flop. Particulièrement quand ces deux univers n'ont, à priori, pas de chance de se rencontrer. D'un côté la super héroïne (pour l'occasion) Arielle Dombasle, notoire fêlée du bocal, entre poupée barbie, blonde évaporée mais dotée d'un cerveau, habituée des pages people. De l'autre, un autre bien secoué, Philippe Katerine, auteur compositeur entre autres casquettes, celle qui nous concerne ici, puisque la première se retrouve à chanter un album essentiellement écrit et composé par le second. 
Dans la lignée de son précédent - et seul réel - succès,Louxor J'adore, il réalise ce Glamour à mort le bien nommé avec le canadien Gonzales. Si l'on excepte les deux derniers des douzes titres, acoustique,  l'option disco/technoïde à donf a été activé. Du synthé partout, des vocalises plus ou moins judicieuses en veux tu en voilà, c'est le résumé.
Alors dans le lot, parfois la mayonnaise prend, le plus souvent d'ailleurs, d'autres me laisse un peu décontenancé, mais c'est probablement le but.  Monseigneur qui ouvre l'album augure d'un bel opus pop. Le thème de la fausse soumission va comme un gant à la belle et ce pourrait faire un chouette single, mon titre préféré. Le suivant qui donne son nom au disque, Glamour à mort colle évidemment parfaitement à l'image qu'Arielle cherche à répandre. très eighties dans le traitement , un autre bon titre. En Saint Laurent accentue la futilité apparente de l'interprète (Quitte à mourir, autant mourir en Saint Laurent), Katerine a parfaitement cerné, sinon la personnalité en tout cas, la people attitude qui aggace et charme tout à la fois.  A la Néanderthal semble plus proche de lui que d'elle, un texte sexe sans être trash, une proposition indécente directe. sans plus, Extraterrestre, premier single choisi, a ce côté facile et répétitif qui explique ce choix, avec ces vocalises très Klaus Nomi, simili classique en toc, domaine ou elle a déjà sévi. Comme  Philippe Katerine s'y colle aussi en une sorte de duo, je reste dubitatif.  Petit chaton est ma grosse déception. Ca démarre comme une superbe popsong,  boite à rythme façon cheap, nappe de synthés low fi, mélodie ensorceleuse, et voilà qu'elle se met à miauler en plein milieu. Pas de suggestifs feulements félins, non, elle miaule. Sabotage et désolation ! cry  Poney rose finit de m'achever. Comptine ridicule, Barbie attitude, un piano voix auquel je n'adhère pas un instant, zapping direct. Saint Sébastien ressort l'artillerie synthétique avec un texte un poil provocateur et qui devrait heurter quelques catholiques bien pensant. pas plus d'intérêt que cela. Rue Saint Benoît  et sa mélodie hachée est attachante, le son de la pluie en arrière plan donne envie de se balader dans Paris, enfin, à moi, c'est l'effet que cela fait. Dans la trilogie sainte, El santo, catastrophe de chansons. Harangueur commentateur de catch pour lui, supportrice déchaînée pour elle,  
le style de morceau qui n'a rien d'étonnant de leur part mais dont on se demande ce qu'il fout sur un album. Et soudain, panne de courant dans le studio ?  fin des synthés, une guitare acoustique et la voix d'Arielle pour Seule à seule. Un petit moment d'intimité bienvenue, ou le duo prouve qu'il peut , aussi, faire un truc plus standard sans y perdre sa différence. Le titre dure 5' mais presque une entière est consacrée à écouter le chant des oiseaux. Reposant. Le disque se termine sur Sor Juana, le prétexte initial à l'écriture de ce disque. Toujours acoustique avec quelques choeurs angéliques. et toujours les oiseaux.
un site web est dédié au monument, http://www.glamouramort.com/
En définitive, un disque un peu barré, comme prévu, mais pas trop, histoire de ne pas perdre tout le monde en route, la bande son d'une bande dessinée pour grand enfants. 
 


Date de création : 16/05/2009 @ 11:25
Dernière modification : 16/05/2009 @ 12:22
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-D
Page lue 6026 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Arielle Dombasle - Glamour à mort