Vous êtes ici :   Accueil » Discographie
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 Michel Berger

Ce qui m'a étonné lorsque j'ai rebalayé et réécouté l'ensemble de la discographie de Michel Berger pour les besoins de cette discographie commentée, c'est l'énorme somme de musique que cela représente. Sa carrière englobe en gros deux décennies, 1971-1992 (j'exclus volontairement les titres périodes yéyé ) 10 albums en son nom propre, sans compter les live, 3 musiques de films, 3 comédies musicales, un album anglais et celui d'Hallyday plus bien entendu la carrière de France Gall (voir la disco de celle ci ici) et quelques compos et production de ci de là - Sanson bien entendu ou Françoise Hardy). En lisant les articles et livres qui lui ont été consacré, c'est le terme de drogué du travail qui revient le plus souvent, et comme souvent l'abus de drogue, c'est probablement ce qui l'a tué si tôt. Michel Berger reste à mes yeux l'un des, sinon le, meilleurs mélodistes francophones et quoique son influence sur la musique made in France paraisse aujourd'hui très sous-estimée je le tiens pour le fer de lance de ceux qui amenèrent un son, un souffle nouveau dans la variété du début des années 70, pour ouvrir la voie à une chanson française plus concernés par sa musique, le son, la production de ses albums et pour enfin rivaliser avec les anglo-saxons.
Il est clair que la musique de Sucrepop lui doit beaucoup et que cette page est l'occasion non dissimulée de rendre hommage à l'homme, éminemment complexe autant qu'à l'artiste.  

1966.jpg 1. Je reviens seul
2. Amour et soda
3. Tu n’y crois pas
4. La camomille
5. A quoi je rêve ?
6. Vous êtes toutes les mêmes
7. Me débrouiller
8. Tu as tous les torts
9. Jim s’est pendu
10. Thierry
11. Mathusalem
Bon, ça démarre mal. Période 1963-1966. un Michel de 14 ans se lance dans le yé-yé pour chanter des chansons toutes plus anecdotiques les unes que les autres, tout à fait dans l'air du temps de cette époque. Compilation de ses 45 tours, empilement de titres sans saveur. Je ne saurais dire s'il en était l'interprète ou s'il les signait déjà, juste qu'elles ne valaient pas tripette. Période d'apprentissage, comment aurait il pu en être autrement si jeune, mais qui lui permet de mettre un pied dans l'industrie musicale, et de s'y faire une place de directeur artistique (à 17 ans ! cry) et de signer quelques succès en tant qu'arrangeur ( Adieu Jolie Candy, Jesus pourJimmy Faith ...)
1971-Puzzle.jpg
1. 1er mouvement
2. 2ème mouvement
3. 3ème mouvement
4. 3ème mouvement
5. Enfantillages
6. Rêve du concerto
1971.  5 ans sans sortir de musique sous son nom, le temps de s'affirmer ? et voici Puzzle. Et qu'est ce qui peut bien se passer dans la tête du garçon ? Il bosse - et vit - avec Véronique Sanson, avec laquelle il prépare un premier album révolutionnaire sur le plan sonore à l'aune de la musique française de cette période, Amoureuse, il travaille dans une Major, produits des succès et pourtant s'embarque dans un concept fumeux et instrumental pour piano, orchestre symphonique et formation pop. Rien que ça. Un album que ne renierait  pas un William Sheller 30 ans plus tard. Puzzle est complexe, hermétique, et c'est, comme il fallait s'y attendre, un bouillon commercial. Aujourd'hui, l'album à le mérite d'être totalement intemporel, impossible de le relier au début des années 70, mais tout aussi chiant, enfin pour un amateur de pop. A noter qu'un autre Michel, Bernholc, arrangeur de talent, qui le suivra longtemps est lié à ce disque.
1973-Michel_Berger.jpg 1. Donne-moi du courage
2. Si tu t’en vas
3. Ni reine, ni princesse
4. Oublie-moi de sitôt
5. Je reviens de loin
6. Ce que la pop music a fait d'une petite fille
7. Attends-moi
8. Personne n’écoute
9. Demain
10. Je trouverai autre chose
11. Je t’aime vachement fort
12. Pour me comprendre
La musique, l'amour, c'est en compagnie de Véronique Sanson, son jumeau astral qu'il en a fait l'apprentissage. Les deux avancent ensemble, murissent ensemble et leurs musiques se mêlent et s'entremêlent pour ne faire qu'une. 2 albums à la clef pour Véro en 1972. et puis la demoiselle s'évapore du jour au lendemain pour partir vivre avec Stephen Stills. Et lui est dévasté. Cette rupture est le fondement de l'album Michel Berger, son cri d'amour à celle qui est partie. Principalement piano voix, à la pochette qui évoque clairement le thème de l'album (et si étrangement prémonitoire). Deux titres, sans atteindre le grand succès ont traversé les années, Attends moi et Pour me comprendre. Mais Si tu t'en vas ou Ce que la musique pop a fait d'une petite fille sont également marquante. Un album de facture somme toute classique, mais personnel, ce qui restera une constante, Michel écrit sur lui, ses rencontres, sa vie.  
1974-Chanson_pour_un_fan.jpg 1. A moitié, à demi, pas du tout
2. Quand elle était timide
3. Chanson pour une fan
4. La chanson d’adieu
5. Mon fils rira du rock’n’roll (Avec la participation de France Gall)
6. Quand on danse
7. Le bonheur à tout prix
8. Tarzan
9. Peut-être toi, peut-être moi
10. La petite prière
11. Ecoute la musique
en 1973 Michel écrit et produit Message personnel pour Françoise Hardy. France Gall fait le forcing pour tenter de le convaincre d'écrire pour elle, et fait une première apparition dans Mon fils rira du rock and roll de cet album de 1974, Chansons pour une fan. Le piano reste dominant mais les orchestrations s'étoffent un peu. Un premier mini tube d'une longue série sur le même thème, la musique, point central de sa vie. Ecoute la musique lui permet d'accéder au grand public sous son nom, tandis que la fusée France Gall prend son envol. Comme sur le précédent, l'album est inégal, et seule une poignée de morceaux surnagent du passé. En sus des deux titres pré-cités et de la chanson éponyme,  A moité à demi pas du tout et La chanson d'adieu tirent leur épingle du jeu. Les autres titres, sans être mauvais (ça il ne sait pas faire) sont moins marquant.
1975-Que_lamour_est_bizarre.jpg 1. Médina
2. L’enfant triste
3. Qui m’attend ?
4. Où es-tu ?
5. L’amour est là
6. Ose
7. Seras-tu là ?
8. Si tu écoutes mes doigts
9. Laisse-toi vivre
10. J’aime
11. L’amour existe encore
12. Que l’amour est bizarre
L'énorme succès de France Gall et Françoise Hardy devrait conforter l'auteur compositeur. Mais ce 4ème album, Que l'amour est bizarre ne trouve pas sa place. Bien sur le sublime Seras tu là ? qui sera plus tard un grand succès, et sur lequel Sanson bâtira un film sur des échanges de messages par albums interposés, mythe ou réalité ?  irradie l'album mais le reste des compositions est plutôt faible. Michel Berger se cherche t'il en tant qu'interprète ? 3 chansons sont en  forme de question, la thématique de l'amour est omniprésente mais rarement il arrive à retranscrire cette lumière qui l'habite. La sauce ne prend pas, le tout ne décolle pas, le bateau reste à quai.
1976-Mon_piano_danse.jpg 1. Rendez-vous sur la Cienega
2. Les mots simples
3. Les tramways de Carouge
4. La bonne musique
5. La génération du Sergent Poivre
6. Mon bébé blond
7. Tijuana night
8. Suzanne
9. Suis ta musique où elle va
10. Mon piano danse
Et ce n'est pas Mon piano danse qui va inverser la tendance. Hormis ce titre qui prendra une dimension plus importante en live, l'album souffre du même syndrome que le précédent, même si les compos sont plus enlevées, ça manque cruellement d'efficacité, il semble chercher la recette magique et peine visiblement à la trouver. L'omniprésence dans les paroles de la musique tourne au tic, et démontre simplement qu'il est totalement habité par celle ci. Cette même année, 1976, il écrit une première comédie musicale Emilie ou la petite sirène 76 pour la télévision (l'album ne sortira jamais officiellement), il se marie avec France Gall et est à l'aube de régner en maître sur les charts pendant la prochaine décennie
1978-Starmania.jpg
1. Ouverture
2. Quand on arrive en ville (Daniel Balavoine & Nanette Workman)
3. La complainte de la serveuse automate (Fabienne Thibeault)
4. Le blues du business man (Claude Dubois)
5. Monopolis (France Gall)
6. Un garçon pas comme les autres (Fabienne Thibeault)
7. La chanson de Ziggy (Eric Estève)
8. Travesti (Nanette Workman)
9. Banlieue nord (Daniel Balavoine)
10. Petite musique terrienne (Fabienne Thibeault)
11. Paranoïa (Michel Berger)
12. Ce soir, on danse à Naziland (Nanette Workman)
13. Les adieux d’un sex symbol (Diane Dufresne)
14. Ego trip (Eric Estève)
15. Les uns contre les autres (Fabienne Thibeault)
16. Quand on n’a plus rien à perdre (Daniel Balavoine & France Gall)
17. Le monde est stone (Fabienne Thibeault)
18. Petite musique terrienne / SOS d'un Terrien en détresse (Daniel Balavoine)
19. Le rêve de Stella Spotlight (Diane Dufresne)
20. Besoin d’amour (France Gall)
Le second album de France Gall pulvérise les records et c'est en confiance qu'il aborde son opéra rock. Starmania. Après une première mouture avortée tentée en solo, il fait appel à Luc Plamondon, canadien, pour le livret. Que dire d'un tel album ? Il marque un avant et un après. Une impressionnante collection de titres qui deviendront plus que des hits mais des standard de la chanson francophone, une véritable rampe de lancement pour nombre d'artistes (Daniel Balavoine, Fabienne Thibeault). Sa présence en tant que chanteur est assez discrète, mais France Gall et Balavoine explosent littéralement. Un monument tant dans sa carrière que dans la chanson française. De multiples reprises, sous des versions plus ou moins ré arrangées et réussies ont depuis vu le jour, la rançon du succès. Incontournable.
1980-Beausejour.jpg 1. La groupie du pianiste
2. Y'a vraiment qu'l'amour qui vaille la peine
3. C’est pour quelqu’un
4. Celui qui chante
5. Tout est possible
6. Attendre
7. Quelques mots d’amour
8. Jouer du banjo
9. La fille des années 2000
10. C’est difficile d’être un homme aussi
1980. C'est en cherchant qu'on trouve. L'auteur compositeur n'a plus grand chose à prouver. L'interprète tout ou presque. Et l'été 80 va remettre les pendules à l'heure, c'est qui le patron ? Le 3eme album de France Gall, sortit quasi simultanément squatte le haut des top 50 et La groupie du pianiste premier single extrait de Beausejour suit le même chemin. Impossible d'échapper au couple cette année là. Et ce coup d'éclat n'est pas une pépite perdue sur un album. Celui qui chante enfonce le clou, Quelques mots d'amour, Y a que l'amour qui vaille la peine en font à ce moment son album le plus consistant. Même les titres moins tubesques sont de bonnes factures, et s'il reste quelques faiblesses, (C'est difficile d'être un homme aussi) on le sent en pleine maîtrise de ses moyens. En prime cette année là, consécration ultime, Elton John le contacte pour enregistrer ensemble . Ce qui donnera deux hits de plus à la collection, Tout donner et Les aveux.
1981-Beaurivage.jpg 1. Mademoiselle Chang
2. Ballade pour une Pauline triste
3. Déjà je suis loin
4. Antoine
5. Tant d’amour perdu
6. Maria Carmencita, sourde et muette
7. On n’est pas seul
8. Fais comme t’aimes
9. C’est pas la peine de vivre
Une année d'écart seulement sépare Beauséjour de Beaurivage. Malgré la similitude de nom les albums ne se ressemblent guère. Photo en noir et blanc pour un album plus sombre plus grave. Plus mature aussi. Un unique, mais gros tube, Mademoiselle Chang, et retour du piano comme instrument prédominant.  Mais c'est à mon avis son meilleur disque. Celui ci ne contient pas de morceaux un ton en dessous, toutes les mélodies sont de petits bijoux, les textes commencent à s'ouvrir sur l'extérieur, ils y parlent de personnes qui partagent ou ont partagé sa vie (Melle Chang, Pauline, Antoine, Maria Carmencita). S'il ne fallait retenir qu'un seul album de toute sa discographie, c'est celui ci qui aurait ma préférence.
1982-Dreams_in_stone.jpg 1. JFK [Overture]
2. American Island (David Palmer)
3. Walking through the Big Apple (Bill Champlin & Lynn Carey)
4. Street Sonata
5. Living under the gun (Jennifer Warnes)
6. Apple pie (Bill Withers)
7. Rooftops
8. Anything can happen here (Max Gronenthal & Tom Kelley)
9. Innocent eyes (Roseanne Cash)
10. Parade
Après avoir croqué la francophonie, Michel Berger souhaite s'attaquer au marché américain. Il co-écrit donc un album en anglais, avec la crème des musiciens de studio américain de l'époque, dont une bonne part de la bande à Toto biggrin. Les morceaux chantés alternent avec quelques intermèdes instrumentaux. A sa sortie, je me rappelle avoir été déçu par cet album, jamais ré écouté avant la rédaction de cette chronique et finalement, bon, ça passe. Pas un grand disque, les chansons manquent d'envergure, mais un titre comme Anything can happen here, ou la patte Berger est reconnaissable entre 1000 aurait pu marcher. Ce Dreams in stone est resté à l'état de rêve pour ce qui est de la  conquète du marché ricain, un poil trop lisse. Avec Tycoon, reprise anglaise de Starmania, Luc Plamondon et Michel Berger tenteront à nouveau l'aventure, Michel ne vivra pas assez vieux pour voir le demi succès ou demi échec de cette ultime tentative
1982-Tout_feu_tout_flamme.jpg 1. Générique [Début]
2. Découverte du casino par Pauline
3. Between you and me (Yvonne Jones)
4. Le thème de Victor
5. Radio de bord
6. La colère de Pauline
7. La menace
8. Générique [Fin]
Lentement mais surement, le cinéma intéresse de plus en plus Michel Berger, sa passion de la musique ne s'essouffle pas encore mais glisse progressivement vers autre chose. Il avait déjà signé la BO du film plus confidentiel Sérieux comme le plaisir en 1975, dispensable, et s'y recolle donc avec Tout feu tout flamme, au succès nettement plus marqué, la présence d'Isabelle Adjani et Yves Montand n'y étant pas pour rien. Jolie mélodie que le thème principal, mais bon, pas de quoi se relever la nuit non plus.
1983-Voyou.jpg 1. Voyou
2. La minute de silence
3. Incorrigible
4. Mandoline
5. Les princes des villes
6. Lumière du jour
7. Squatter
8. Diego, libre dans sa tête
L'échec de Dreams in stone, l'insolente réussite de France Gall conduisent Michel a revenir au marché francophone pour un album de chanteur. Voyou sort en 1983. Je me rappelle encore découvrir le titre éponyme à la radio sur l'autoroute et trouver qu'il se parodiait un peu. La pochette avec la casquette, le mot Voyou, tout ça sonnait désuet, daté. Le temps, qui remet tout en perspective corrige finalement cette impression. 8 titres seulement, c'est un peu court jeune homme, mais hormis Incorrigible et dans une moindre mesure Squatter, les 6 autres titres sont de haute volée. Le poignant La minute de silence en duo avec Daniel Balavoine, quasi prémonitoire, le superbe et lumineux Lumière du jour, nouvelle déclaration à France, la reprise d'un titre qu'il s'était écrit mais que France avait annexé, Diego (que Johnny reprendra à son tour), L'ambitieux Prince des villes que Véronique Sanson se ré appropriera avec talent, que de l'or en barre. Le piano s'estompe pour laisser la place aux synthétiseurs qui vont prendre une place de plus en plus importante, tant dans sa musique que celle de France.
1984-Rive_droite_rive_gauche.jpg 1. Générique
2. Paul et son fils
3. Conférence de presse
4. Les retrouvailles
5. Piano dans Paris
6. Paul et Sacha
7. Hard Rock Radio
8. FM impressions
9. Les premiers mots
Et un autre générique, Rive droite rive gauche, avec Nathalie Baye et Gerard Depardieu, bande son annecdotique mais je suppose que c'est de là que vient le rapprochement avec l'idole des jeunes.
1985-Differences.jpg 1. Si tu plonges
2. Chanter pour ceux qui sont les loin de chez eux
3. Quand on est ensemble
4. Il vient de toi
5. L’ange aux cheveux roses
6. Splendide hasard
7. Y’a pas de honte
8. Plus de sentiments
9. Ça la fait pleurer pour un rien
10. Et nulle part ailleurs
1984 étant une année France Gall, 1985 se devait d'être une année Michel Berger. et quelle  ! Deux albums au compteur. Le sien Différences frappe fort. Orchestrations riches, mélodies imparables, un son un peu plus musclé que sur Voyou, pas rock, non mais plus novateur néanmoins. Un impressionnant quota de tubes, potentiels ou réels, l'album consacre Michel Berger. Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux reprend le thème de Diego sous un autre angle avec la même réussite. Splendide Hasard ou le single d'ouverture Y a pas de honte font le bonheur de la bande FM. Un beau carton.
1985-rock_n_roll_attitude.jpg1985-rock_n_roll_attitude.jpg 1. Le chanteur abandonné
2. Qui ose aimer
3. Quelque chose de Tennessee
4. Equipe de nuit
5. La blouse de l'infirmière
6. Rock 'n roll attitude
7. Seul mais pas solitaire
8. Parker connais pas
9. Aimer vivre
10. Pendue à mon coup
Mais il ne s'arrête pas là. En 1985, Johnny Hallyday est au fond du trou. La bête de scène est toujours là mais ses disques ne se vendent plus, la faute à des chansons médiocre. Via Nathalie Baye, le rockeur propose au poppeur de lui écrire un album. Le Chanteur abandonné remettra en selle le belge et restera l'un de ses albums phare, ouvrant la porte à un Jean-Jacques Goldman ou un Pascal Obispo. 3 Titres en or, Rock 'n roll attitude, Le chanteur abandonné et l'époustouflant Quelque chose de Tennessee. Les autres titres en sont pas en reste, l'auteur a su adapter son discours à la personnalité de l'interprète et Michel sera même responsable de la mise en scène du spectacle suivant.
1990-Ca_ne_tient_pas_debout.jpg 1. Ça ne tient pas debout
2. A quoi il sert ?
3. Les enfants chantent toujours
4. Privé d’amour
5. Le paradis blanc
6. Danser sur la glace
7. L’un sans l’autre
8. Chanson pour Man Ray
9. L’orange bleue
France Gall a souhaité lâcher l'affaire après l'énormissme succès de Babacar, sans mesurer l'impact de sa décision sur son compositeur de mari. En 1990, retour de ce dernier pour ce qui s'avèrera son ultime album solo, Ca ne tient pas debout. Omniprésence des synthés, un album mélancolique, même si le titre qui donne celui de l'album, est plein d'optimisme. Quelques bijoux,  A quoi il sert ? l'une de ses plus belles chansons, Le paradis Blanc, L'orange bleue, L'un sans l'autre. Les autres titres paraissent falot en comparaison, sans âme, presque du remplissage. D'un autre côté, 5 titres de cette qualité sur un même disque c'est chose rare, quand ses concurrents peine le plus souvent à en placer un par album. 
1990-La_legende_de_Jimmy.jpg 1. La beauté du Diable (Nanette Workman & Renaud Hantson)
2. Mourir comme lui (Renaud Hantson)
3. All American boy (Tom Novembre)
4. Cool cat (Diane Tell)
5. Silversreen (Renaud Hantson)
6. Eternel rebelle (Diane Tell)
7. Les trottoirs de Los Angeles (Nanette Workman, Diane Tell, Renaud Hantson & Tom Novembre)
8. Cinq (Tom Novembre)
9. Swimming-pool parties (Renaud Hantson, Diane Tell, Tom Novembre & Nanette Workman)
10. Jimmy love me (Nanette Workman)
11. La légende de Jimmy (Diane Tell)
12. New York City nineteen fifty (Tom Novembre)
13. Mon démon (Renaud Hantson & Tom Novembre)
14. Mon seul amour, mon seul ami (Diane Tell & Renaud Hantson)
15. Tonight is the night (Nanette Workman & Renaud Hantson)
16. Le cinéma (Nanette Workman)
17. La corrida (Renaud Hantson)
18. Miss Pizza (Tom Novembre)
19. Requiem pour un frère humain (Nanette Workman)
20. L’amour qui tue (Tom Novembre)
21. Géant (Renaud Hantson)
22. Aime-moi pour qui je suis (Diane Tell & Renaud Hantson)
Son interprète fétiche étant forfait, Michel Berger se lance dans une nouvelle comédie musicale, avec son partenaire de Starmania, Luc Plamondon, sur le thème de James Dean. Au générique, deux des interprètes les plus talentueux, Diane Tell et Renaud Hantson. Le public n'est pas vraiment au rendez-vous, même si La légende de Jimmy, le morceau, obtient un beau succès radio. la guerre du Golfe, concomitante, est avancée en guise d'explication.  Faute d'avoir vu le spectacle, je ne me prononcerais pas. Objectivement, il y a nombre de bons titres ici, et Diane et Renaud font merveilles, peut être que le thème choisi n'est tout simplement pas assez fédérateur, pas assez porteur pour ré éditer le succès de Starmania.  
1992-Double_jeu.jpg 1. Laissez passer les rêves
2. Bats-toi
3. Superficiel et léger
4. La petite de Calmette
5. Toi sinon personne
6. La lettre
7. La chanson de la négresse blonde
8. Les couloirs des Halles
9. Les élans du cœur
10. Jamais partir
Deux ans plus tard, 1992, le dernier disque Double Je. Porté à bout de bras par France Gall, par sa volonté, il est conçu comme un album non pas de  duos mais à deux voix. Mais est ce son emprise à elle, pour la première fois aussi importante sur l'un de ses albums, la lassitude du compositeur dont la passion pour la musique s'émousse au profit de l'image ce disque est froid, sans âme, artificiel. Ironiquement et tragiquement le dernier morceau de ce dernier album s'intitule Jamais partir. Michel mourra à l'aube d'une tournée commune, lâché par ce coeur qui l'auras tant inspiré.
2002-Anthologie.jpg Cette édition nommée "Pour me comprendre" réunit l'intégralité des chansons de Michel Berger dont les titres et versions ne figurant sur aucun de ses albums.
Anthologie clos l'aventure, reprenant l'intégrale de Michel Berger y ajoutant quelques inédits et autres titres rares . Il reste probablement des tonnes de titres à l'état de maquettes plus ou moins avancées dans les cartons,  la rumeur dit même qu'un album pour une nouvelle muse, un jeune mannequin allemand, Beatrice Grimm aurait été enregistré peu avant son décès. Même si c'était une réalité, les chances que France Gall publie un jour ce disque avoisinent le zéro absolu.
Bien entendu de nombreux best of sont sortis qui permettent de découvrir la carrière exceptionnelle de Michel Berger. je vous propose quand à moi cette sélection en guise d'entrée en matière tirée de ces albums solo, suivez le guide :
Pour me comprendre
Ecoute la musique
Seras-tu là ?
Celui qui chante
Quelques mots d’amour
Déjà je suis loin
C’est pas la peine de vivre
La minute de silence
Lumière du jour
Diego, libre dans sa tête
A quoi il sert ?
Splendide hasard
Ça la fait pleurer pour un rien
Le paradis blanc
L’orange bleue
Jamais partir

Date de création : 20/04/2010 @ 13:49
Dernière modification : 24/04/2010 @ 17:02
Catégorie : Notes de musique - DiscoPhil-Michel Berger
Page lue 13369 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par electrocompanion le 26/06/2012 @ 15:38
Excellente page avec des commentaires justes et intéressants. Je partage l'avis que son apport musical est encore un peu sous-estimé aujourd'hui. Je ne vois pas de relève, pas vraiment de filiation - on peut dire la même chose de Véronique Sanson-, son influence harmonique et mélodique étant peut-être dispersée un peu partout dans nombre de musiques d'aujourd'hui. D'accord aussi pour dire que Beaurivage est son meilleur album solo. Un album sobre, ou on entand le piano, pas encore envahi par les synthétiseurs et la production ampoulée typique des années 80. Contrairement à beaucoup de ses disques, avec quelques tubes et du remplissage autour, c'est un album plein et dense,avec beaucoup de très bons titres méconnus (déjà je suis loin, c'est pas la peine de vivre...) . Malgré une oeuvre discographique inégale et parfois brouillonne, peu d'auteurs compositeurs peuvent se targuer d'avoir marqué d'une empreinte aussi forte, aussi personnelle, la chanson Française, et plus largement la pop. Enfin, pour un pianiste, et j'en suis modestement un, poser ses mains et sa voix sur les accords et les mélodies de Michel Berger relève de l'expérience magique. Un immense talent caché derrière l'apparente simplicité de ces chansons, un peu comme pour les Beatles, si vous voyez ce que je veux dire...

Vous êtes ici :   Accueil » Discographie