Vous êtes ici :   Accueil » Emmanuel Weil - Espace Kiron
 
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Emmanuel Weil

Espace Kiron - 27 novembre 2010

Emmanuel_Weil.jpgLe relatif anonymat d'Emmanuel Weil reste pour pour moi l'un des grands mystères de l'univers, au même titre que la disparition des dinosaures, l'existence de Dieu ou l’absence d'eau en poudre dans les supermarchés.
Deux albums gorgées de mélodies ensorcelantes, des textes ciselés ou la nostalgie dispute la première place à l'amour dans ces thèmes de prédilections et silence radio, c'est le cas de le dire. Pour fêter dignement la sortie de Sous les astres mouvants, son second disque le voici donc qui sort du bois pour nous proposer un concert à l'espace Kiron, à paris dans le 11ème. L'espace Kiron, j'y avais déjà vu Regis Delbroucq, c'est une chouette salle de 120 places disposées en gradin comme un théâtre, confortable, accueillante, bref un joli écrin pour les perles d'Emmanuel. Il fallait au moins cela pour me sortir de ma caverne
Une première bonne chose, la salle est pleine. Bon, ok, sur un seul concert, sur Paris un samedi soir, en convoquant parents, amis et fans, ce n'est pas un exploit. Mais quand même. je me rappelle une pénible expérience personnelle ou dans le même cas de figure je n'avais pas eu 20 personnes, mais je n'ai pas le talent d'Emmanuel non plus.
21h00 et des poussières, les lumières s'éteignent, une ligne de basse, entrée de notre hôte du jour qui s'installe au piano et pour ouvrir la soirée le titre qui donne son nom au second album. Cette soirée étant le prétexte au lancement de celui ci, l'ossature du concert repose principalement  sur celui ci. 
Emmanuel et Paolo le bassiste sont rapidement rejoint par Romuald à la guitare et Yves à la batterie et aux percussions. Un 5ème larron les rejoindra peut après, Pierre à l'accordéon et au sax.
Si logiquement, le groupe semble un peu tendu sur les premiers titres, l'accueil chaleureux de la salle, évidemment totalement acquise à leur cause, fini par les décrisper. Sans être très disert, Emmanuel communique avec son public, présentant les chansons, plaisantant un peu, presque sur scène comme chez lui. Pas une bête de scène, à l'évidence, mais son répertoire ne s'y prête guère, tout en douceur et intimiste.
Le groupe qui l'entoure assure très efficacement, mention spécial au batteur qui semble rayonner et impulse une bonne humeur communicative et au sax, dont l'ajout sur certains titres apporte une réelle plus value.
Le moment le plus fort à mon sens fut, au milieu du spectacle Emmanuel, seul au piano électrique, interprétant Sans toi, hommageEW01.png à sa maîtresse la musique. rejoint ensuite dans une formation presque acoustique par Yves et son udu, amenant ainsi une dimension nouvelle et très accrocheuse, peut être une direction à creuser.
Emmanuel nous a fait un joli cadeau en présentant 3 titres totalement nouveaux, et avait amené un invité en la personne de Laurent Foulon, totalement inconnu de mes services, mais qui oeuvre apparemment avec Michel Delpech, gage de qualité. Je n'ai pas plus accroché que cela à la compo Etretat qu'ils ont joué ensemble, et leur version Des torrents d'amour, écrite pour Line Renaud ne m'a pas rendu ce titre plus intéressant que par elle, mais c'était un belle idée que de partager son univers avec une tierce personne. 
Côté frustration, aucune cover, mon pêché mignon, et  un seul rappel, le single Elle parle d'un autre terre, déjà joué au cours du spectacle, qui emballe tout le monde, et qui laisse à penser qu'ajouter un ou deux titres plus enlevés pour maintenir la tension dans la salle serait une bonne idée.
Plus d'une heure 30 de concert, pas vu le temps passer, une excellente soirée, que demande le peuple. Le monde d'aujourd'hui, si dur, brutal et froid a besoin d'artistes de cette trempe qui tentent de réintroduire un peu de douceur et de tendresse, de jolies mélodies pour nous accompagner toute la journée et c'est tout le paradoxe, comment s'y faire une place sans, à un moment, hausser le ton. 
2 extraits pris sur un téléphone portable, d'ou une qualité exécrable. RdV sur le facebook d'Emmanuel ou je suppose photos et videos seront mis en ligne prochainement




 

Date de création : 28/11/2010 @ 11:58
Dernière modification : 28/11/2010 @ 18:12
Catégorie : - Chroniques CD-Concerts
Page lue 4445 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Emmanuel Weil - Espace Kiron