Vous êtes ici :   Accueil » Déja vu
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Déja vu

 

le site

Pochette Déjà vu, groupe rock d'influences Beatles/Kinks/Oasis sort ce 1er album dont les frères Gallagher feraient bien de s'inspirer

Pour les gens de ma génération amateur de pop/rock, Déjà vu évoque, de prime abord, un mythique album des années 70 enregistrépar le quatuor Crosby, Stills, Nash & Young.

Autant le dire tout de suite, il y a autant de rapport entre ce premier album de ce groupe Lyonnais et nos californiens qu'entreSincever le site de la SNCF. Même media utilisé, pas le même effet.

Déjà vu se positionne clairement du côté rock de la force. Format guitares/basse/batterie, classique et efficace, Influences revendiquées Beatles, Kinks mais aussi Supergrass et Oasis nous sommes en terrain de connaissance. Là ou la différence se marque avec la foultidude de groupes oeuvrant dans un domaine similaire, c'est dans la qualité des compos. Car l'énergie ne supplante pas pour antant la finesse d'écriture. Ils n'y font jamais référence sur leur site , http://www.dejavurock.com/ mais il y a chez Déjà Vu un irrésistible parfum pop. Tous les titres tournent autour des 3'30, font mouche et se tapent l'incruste dans vos oreilles sans problèmes.

L'album s'ouvre sur le titre Nu. Une dizaine de secondes de silence, une intro tout en puissance, puis entre la voix, dont je n'ai pas encore parlé, mais qui a ce grain, cette rock attitude perceptible immédiatement, entre feulement rock et caresse pop, écorché et à caractère. Ca sonne tout de suite, ca accroche en moins de temps qu'il ne le faut pour l'écrire.

Le 1er single, La grande évasion, n'est que l'un des titres pouvant prétendre à ce titre, péchu, il emballe tout sur son passage, tout est dit en 2'34

2'34 ! Ils sont combien aujourd'hui ceux qui arrivent à tout dire, de manière concise, sans rien élaguer, en 2'30 ? C'est l'essence même de Déjà vu, arriver à l'os, sans fioritures inutiles, l'efficacité au service du rock, des boules d'énergie qui doivent faire Strike en live.

Arrivé au douzième et dernier titre, une évidence s'impose, si ces mecs tiennent sur scène la promesse qu'ils font sur disque, on tient là des grands. Comme manifestement ils se sont donné les moyens de faire plus qu'une simple carte de visite, enregistrement au Studio Bleu à Lyon, qui, au vu du résultat présenté ici, ne rigole pas avec le son rock, masterisé à Londres, on peut légitimement supposer que ce n'est pas le simple fruit du hasard et qu'un vrai projet professionnel est derrière, avec une vrai ambition, c'est tout le mal que je leur souhaite

Je n'ai pas encore parlé des textes. Grave erreur, ces rockers sont aussi intelligents, de l'humour de 30 millions d'amis (mon titre préféré, le futur single ?), du prémonitoire Les carottes sont cuites, de l'anti américain God bless you ou du vachard et presque punk dans la forme Petite conne.

En résumé, cet album est l'un des tout meilleurs que j'ai pu écouter sur le net depuis un bout de temps, pas un titre de remplissage, c'est du tout bon, il peut s'acheter en ligne sur leur site ou dans les FNAC/VIRGIN de Lyon.

Déjà vu oui, mais pas encore entendu !


Date de création : 07/07/2007 @ 12:07
Dernière modification : 14/06/2008 @ 18:56
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-D
Page lue 6496 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Déja vu