Vous êtes ici :   Accueil » Calogero - Pomme C
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calogero

 

le site

4ème album studio du Calogero solo, après la période Charts.
Avec ces trois premiers disques, il a réussi le grand pont entre la variété la pop et le rock. Compositeur redoutablement efficace, on ne compte plus ses succès, porté par une voix de tête dans la lignée des Polnareff, Obispo, Balavoine et surtout, le son de ses disques, très travaillé, élaboré, pouvait regarder la concurrence anglo-saxonne droit dans les yeux sans rougir.
Bref, un exemple à suivre, l’un de ceux dont la sortie d’un album déclenche l’achat immédiat sans me poser de question.
Passons sur la pochette, portrait de l’artiste qui me paraît plus être une couverture de Têtu que la pochette d’un album, mais bon, les goûts et les couleurs …
Les textes ont tous été écris par Zazie, un auteur que j’apprécie particulièrement également.
Calogero.jpg
L’album s’ouvre sur Pomme C, du Calogero pur jus, un single efficace, guitares aux vents, sans surprise mais prenant, tendance pop rock prononcée , de bonne augure pour le reste de l’album, accrocheur, bref une ouverture réussie.

Le second titre est le premier single de l’album, le saut de l’ange. Le son est là, une constante sur tout l’album d’ailleurs, ça sonne vraiment bien. Le refrain, sans être géant, est entêtant, c’est ce qu’on lui demande.

Game over, chanson sur un accro du jeu video est ordinaire. Les ruptures rythmiques et la basse ronflante, ne masquent pas le peu d’intérêt du titre.

Suis-je assez clair est la réussite de l’album, un texte inspiré sur un immigré, une mélodie rentre dedans, une combinaison gagnante efficace, la voix qui emmène le tout, chapeau.

Drôle d’animal, texte bateau et insipide, musique du même métal, à oublier.

Me dit elle suit le même schema tactique que les titres précédents. Un départ retenu, maîtrisé, pour tout lâcher ensuite. Calogero fait du Calogero, et le fait bien, une tendance tout de même à traiter tous les titres de la même manière qui est un de mes regrets sur ce disque
Sans l’amour est bâti de la même manière, alternance de caresse et de griffures rageuses de guitares. La basse est omniprésente, et rappel que c’est l’instrument de base du bonhomme.

Danser encore est la première ballade de Pomme C. On oscille entre J’envoie valser de Zazie et du Souchon. Dispensable.

calogero2.jpg Mélodies en sous sol, sur un thème similaire à Voyou de Michel Berger, une intro de plus d’une minute dont je me demande l’intérêt sur un album. Le tout ne m’accroche pas plus que ça.

Un petit moment de douceur avec Je sais, peut être le titre le plus Zazie de l’album dans son traitement musical.

Hyponcondriaque clôt officiellement l’album, sans laisser de souvenir impérissable, et oh surprise, un douzième titre vient compléter la collection, un instrumental dont je ne connais absolument pas le nom et qui ne changera rien à l’idée que l’on peut se faire de l’album.

Alors au final ?
Je suis circonspect. J’étais très déçu initialement. En le réécoutant attentivement pour cette chronique, je m’aperçois que finalement, la plupart des morceaux passent bien. Alors pourquoi cette impression de ratage ? ou en tout cas de peut mieux faire .

La collaboration avec Zazie ne change rien à l’univers du bonhomme, c’est un trou noir qui avale la lumière et transforme tout en Calogero.

Je crois que c’est ce manque de surprise, d’audace qui plombe. Tous les titres de Pomme C auraient pu se trouver sur un album précédent sans dénoter. La structure similaire de nombre de titres est également agaçante. La voix est là, la patte Calogero omniprésente, c’est bien le moins, le gros son de basse, les guitares, la dimension scénique de cet album sera certainement énorme, mais il me laisse néanmoins un sensation d’inachevé, de facilité, comme s’il pouvait en faire 10 comme cela.

L'impression que le tout est conçu comme une poignée de singles basés sur un moule identique. En fait le titre de l'album est révelateur et incomplet, Pomme C ok, mais suivi d'un Pomme V dévastateur.


Date de création : 07/07/2007 @ 12:24
Dernière modification : 14/06/2008 @ 18:53
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-C
Page lue 9403 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Calogero - Pomme C