Vous êtes ici :   Accueil » Jil Caplan - Derrière la porte
 
Lucy, Racquel and me

LRme__cover_-_small.png

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
 ↑  
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Jil Caplan

Le site
Un nouvel album de Jil Caplan.
Avec Jay Alanski.
De l’ordre de l’improbable, je n’aurais pas misé un kopek dessus il y a quelques mois et pourtant …

Derrière la porte déboule donc en cette mi 2007. Avec ce tandem qui avait composé une trilogie d’albums, décroissante en qualité, glissant du sublime premier A peine 21, au quelconque, en passant par le succès commercial de La charmeuse de Serpent

Il faut reconnaître à la belle d’avoir su s’apercevoir que l’alchimie ne fonctionnait plus et ensuite d’avoir su s’entourer de belles manières pour faire, entre autres, un album avec chacun des deux guitaristes des Innocents, avec un insuccès total à la clef même si les dits albums contenaient d’honnêtes choses.

Hors donc, hasard provoqué ou réel, la miss contact le sieur, ça refait tilt et hop, un album s’ajoute à la collection. Pour être franc, plus que Jil, c’est ce que Jay nous proposerait qui m’attirait dans cette histoire,le bonhomme ayant par le passé réalisé de bien belles choses passées à la trappe dont le grandissime et je pèse mes mots, Price of love, dont il faudra bien que je me décide à parler dans ces pages.
jilcaplan.jpg
Derrière la porte donc. En gros, Jay à la musique et Jil aux paroles. La voix n’a rien perdu de sa personnalité, identifiable dès les premières mesures, d’a Peine 21 à un juste un peu plus que 40, rien n’a bougé, et c’est un plaisir. Côté atmosphère musicale, priorité aux sons de synthèse, Monsieur Alanski évoluant avec talent dans cet univers depuis un bail. Les textes sont d’une tonalité plutôt sombre, voire noire et définitivement intimistes, les musiques qui les enchâssent font également dans le demi teinte. Pas de morceau up tempo, plutôt du lent et du mélancolique. Bref un album couleur d’automne qui sort au printemps, mauvais timing ?

Le single , De toutes petites choses, accroche les tympans juste ce qu’il faut, afin de montrer que le Jay a garder la patte. La plupart des titres passent la barre des 4’ , sans ennui mais sans grandes surprises non plus.

Ce qui me chagrine le plus en fait, dans cet album plutôt bien tourné par ailleurs, c’est le manque de mélodies chatoyantes. Je situe ce disque entre la charmeuse et avant qu’il ne soit trop tard. Après 5 à 6 écoutes, je serais incapable de vous en siffloter la moindre bribe, ce qui, de mon point de vue, est tout de même un signe. S’il est agréable à écouter, je doute qu’il suffise à remettre en selle Valentine. Ecrit, selon ses dire, en à peine 1 mois ½, dans l’envie, peut être que cette « précipitation » née du désir de retravailler ensemble a desservi le disque. Mais ma déception est peut être de mon fait. J’attendais un album pop d’une gamine de 20 ans et que c’est un disque de femme, un album de la maturité qui m’arrive. Aurais je aussi vieilli sans m’en apercevoir ?

Quelque chose va venir, quelque chose, vient toujours nous murmure la demoiselle dans son titre A la fenêtre.
Comme elle je l’espère.

PS : Maintenant, ce que j’attends, c’est un nouvel album solo pop de Jay Alanski. Allez, au boulot !

  • 01- Des toutes petites choses
  • 02- J'aime.. Je déteste
  • 03- A la fenêtre
  • 04- Un âne sur la route
  • 05- Sous le sable
  • 06- Chez moi
  • 07- Finalement
  • 08- L'heure sombre
  • 09- On n'entre plus chez toi
  • 10- Jamais là où il faudrait
  • 11- Tout l'azur du monde

 


Date de création : 22/08/2007 @ 22:16
Dernière modification : 14/06/2008 @ 18:55
Catégorie : Notes de musique - Chroniques CD-C
Page lue 6995 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Jil Caplan - Derrière la porte