Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques
 
Lucy, Racquel and me

Le nouvel album est en écoute et téléchargement gratuit ici.

Discographie
Notes de musique
Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Blog - Chroniques

Chroniques

Dick Rivers - Mister D  -  par sucrepop

Dick_Rivers.jpgDick Rivers - Mister D

Alors lui reste, pour moi, une énigme. Alors que tant d'anciennes gloires sont passées aux oubliettes, le niçois s'accroche, alors que cela fait bien 40 ans qu'il n'a pas sorti un titre qui ait du succès. Le disque sort avec un livre ou le Dick balance sur à peu près tout le monde. Vu de loin, à lire ses interviews, le gars n'a pas l'air d'être un tendre, ni même agréable et frôle souvent le détestable avec un ego démesuré, qui explique probablement d'ailleurs sa longévité. Mais parlons musique. Si l'on compare Mister D avec les deux derniers albums d'Eddy et Johnny,  ses frères ennemis, c'est encore lui qui s'en sort le mieux, pas compliqué allez vous répondre, et vous n'auriez pas tort.wink Rocker jusqu'au bout des griffes, il revisite ses fantasmes américains par la grâce d'Oli le Baron, omniprésent ici, aux compos et à la plupart des instruments. Rockabilly avec Automatic, ou l'echo slapback sur la voix nous ramène aux aurores du rock and roll, blues suintant avec Johnny  - rien à voir avec son célèbre rival - Pub rock façon Dr FeelGood et harmonica endiablé sur Demain (They say), ou collé au fond du bayou avec la fièvre. Bref un album très roots ou sa voix grave se prélasse à l'aise. Pas un album grand public, à l'évidence, mais dans lequel la plupart des amateurs de rock originel devraient trouver leur bonheur.

Dick_Rivers.jpgDick Rivers - Mister D

Alors lui reste, pour moi, une énigme. Alors que tant d'anciennes gloires sont passées aux oubliettes, le niçois s'accroche, alors que cela fait bien 40 ans qu'il n'a pas sorti un titre qui ait du succès. Le disque sort avec un livre ou le Dick balance sur à peu près tout le monde. Vu de loin, à lire ses interviews, le gars n'a pas l'air d'être un tendre, ni même agréable et frôle souvent le détestable avec un ego démesuré, qui explique probablement d'ailleurs sa longévité. Mais parlons musique. Si l'on compare Mister D avec les deux derniers albums d'Eddy et Johnny,  ses frères ennemis, c'est encore lui qui s'en sort le mieux, pas compliqué allez vous répondre, et vous n'auriez pas tort.wink Rocker jusqu'au bout des griffes, il revisite ses fantasmes américains par la grâce d'Oli le Baron, omniprésent ici, aux compos et à la plupart des instruments. Rockabilly avec Automatic, ou l'echo slapback sur la voix nous ramène aux aurores du rock and roll, blues suintant avec Johnny  - rien à voir avec son célèbre rival - Pub rock façon Dr FeelGood et harmonica endiablé sur Demain (They say), ou collé au fond du bayou avec la fièvre. Bref un album très roots ou sa voix grave se prélasse à l'aise. Pas un album grand public, à l'évidence, mais dans lequel la plupart des amateurs de rock originel devraient trouver leur bonheur.

Fermer Fermer

Publié le 06/11/2011 @ 16:22   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Réaction n°1 

 par fernand le 13/11/2011 @ 21:29

l'ami Dick!
en 74 je jouais avec lui, guitare et voix. Je suis resté un an. Je suis assez moyen à la guitare, mais Dick aimait bien me garder parceque je faisais les choeurs et je bougeais beaucoup avec lui sur scène. Il me damndais d'aller faire les télé avec lui (avec un masque de chat) pour faire le cinéma !
Quand on joue avec un chanteur showbiz on ne sais jamais si on sera au prochain concert. Un an est déjà assez long pour qu'on pense être plus qu'un simple musicos. On se voyait assez souvent. Assez passionné d'ésotérisme, on avait de grande discution. Il m'a fait découvrir la "cosmogonie d'Urantia" livre assez connu des ésotéristes.....
Je n'avais pas l'esprit showbiz.
Exemple: nous étions relativement bien payé, mais devions payer notre chambre d'hotel. rapidemment, j'ai préféré me prendre une chambre dans un hotel pas cher plutôt que de dépenser la moitié de mon cachet pour être au Novotel avec la star. J'ai vu passer pas mal de gens. Tommy Brown le batteur de Johnny, André Sécarelli etc .....
Dick m'a aidé à quitter Paris pour quinze ans de campagne:
Nous devions partir, en plein hivers, au Canada. Dick s'était occupé de m'avoir rapidemment un visa pour les états-Unis pas loin, les bagages était fait.
48h avant le départ je reçois un coup de fil de sa femme qui m'annonce sans explication que je ne partais pas. Dick était injoignable...... J'ai fait tous les studios de répet de Paris pour le retrouver entrain de répèter avec deux autres musicos (nous étions deux copains guitaristes à jouer avec lui depuis un an) : Pierrot Fanen et le percu guitariste de Johnny F. Billon. Le bassiste avait décidé Dick de nous virer pour prendre ses deux copains ............................ toute la beauté du showbiz !!
ça m'a aidé à quitter Paris. J'y suis revenu en 90, mais n'ai aucune envie de cotoyer de près ou de loin ce milieu sans âme ............
c'était juste une petit histoire sur l'ami Dick ;o)

Rubriques

Déplier Fermer lyrics Video

Déplier Fermer Videos

Déplier Fermer Théâtre

Déplier Fermer The Voice 2

Déplier Fermer Sortie d'albums

Déplier Fermer Santé

Déplier Fermer Reprises

Déplier Fermer Promo

Déplier Fermer Promo Weangstles Avenue

Déplier Fermer Photos

Déplier Fermer Petites Annonces

Déplier Fermer Livres

Déplier Fermer Live

Déplier Fermer LRAM

Déplier Fermer Infos-News

Déplier Fermer Humour

Déplier Fermer Hommage

Déplier Fermer Court métrage

Déplier Fermer Coup de coeur

Déplier Fermer Copinage

Déplier Fermer Concerts

Déplier Fermer Chroniques

Déplier Fermer Caritatif

Déplier Fermer Billet dh'umeur

Derniers billets
26/07/2016 @ 10:45
The jukebox ...
18/06/2016 @ 16:08
En streaming ...
13/06/2016 @ 16:22
Lucy, Racquel and me ...
Derniers commentaires
Archives
04-2018 Mai 2018
L M M J V S D
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Vous êtes ici :   Accueil » Blog » Chroniques