Cover Image

Sucrepop - Album Nouvelles routes pour de vieilles chaussures

avril 20, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

Couleur de peau

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Du creux d'un trente de vinyl noir, monte le chant d'un peuple, sa mémoire. Un rythme bleu, un rythme noir, le son d'une guitare dit sa couleur de peau, sa couleur de peau.

Un homme une femme main dans la main et foi dans le monde de demain, l'européenne et l'africain, s'aiment et ne font qu'un mais deux couleurs de peau, deux couleurs de peau mais deux couleurs de peau, deux couleurs de peau

Afrique Afrique Afrique tu es notre berceau, Afrique, Afrique, Afrique, hier ensemble égaux, noire était notre peau , noire était notre peau.

Dans les ghettos de Soweto, au fond d'un bouge downtown Chicago, frappent les tambours, blues les saxos Pour dire bien haut, leurs couleurs de peau , leurs couleurs de peau

Du creux d'un trente de vinyl noir, monte le chant d'un peuple, sa mémoire. Un rythme bleu, un rythme noir, le son d'une guitare dit sa couleur de peau, sa couleur de peau .

Afrique Afrique Afrique tu es notre berceau, Afrique, Afrique, Afrique, hier ensemble égaux, noire était notre peau , noire était notre peau.

J'aime la couleur de ta peau , ta couleur de peau.


Paroles & musique: Phil
Guitare: Gary
Chant: Julie


Le rêveur solitaire

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Dans l’aube qui s’achève, le rêveur solitaire emporté par sa fièvre, dort sans s’en faire. A l’ombre d’un rêve, dans les vapeurs d’éther, bulle de savon qui crève, se réveille en enfer. Dans son sommeil il vole vers elle c’est son sommeil qui la réveille.

Un autre jour se lève pour le rêveur solitaire, un jour de plus sans son Eve, de plus dans son désert. Un soupir soulève son corps sans partenaire, un sourire sur ses lèvres cache un coeur qui se serre. Dans son sommeil il vole vers elle c’est son sommeil qui la réveille.

Wo oh oh oh, Wo oh oh oh, seul sans elle. Wo oh oh oh, Wo oh oh oh, seul sans elle, en deuil d’elle

Il quête sans trêve le rêveur solitaire, la vie d’Eve fut si brêve, ses souvenirs si fiers. En songe il s’élève, vers celle qui lui est chère, mais quand ceux-ci s’achèvent, retombe dans la poussière. Dans son sommeil il vole vers elle, c’est son sommeil qui la réveille.

Wo oh oh oh, Wo oh oh oh, seul sans elle. Wo oh oh oh, Wo oh oh oh, seul sans elle, en deuil d’elle.

La nuit n’attend plus que lui, le rêveur solitaire, et du fond de son lit il rêve d’un cimetière.


Auteur compositeur: Phil Interprète: Julie


Si ça te dérange

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Si ça te dérange un monde ou tu dois rire quand tu pleures en dedans. Si ça te dérange, si ça te dérange, de cacher tes sentiments, si tu veux qu'ça change. Si tu crois en l'amour pour nous sauver d'nos tourments. Si tu veux qu'le monde change, la balle est dans ton camp.

Si il te dérange, ce monde ou tes rêves ne sont pas importants. Si ils te dérangent, ces discours, ces combats qui ne servent que les rois. Si tu veux qu'ça change, même si tu dois te battre contre des moulins à vents. Si tu veux qu'ça change, il te faudra du temps.

Si ça te démange, de pouvoir crier que l'on peux vivre autrement. Si ça te démange, de tout fracasser, d'éclater tous les carcans. Si tu veux qu'ça change, parce que tu le sais on a jamais trop de temps, si tu veux qu'les temps changent, n'attends pas trop longtemps.

Si ca se mélange dans ta tête tous ces choix qui en fait n'en sont pas. Si ca se mélange, si tu cherches un chemin et que tu ne trouves rien, et si quand tu y penses d'autres ont choisi ta vie, par ici la sortie. Si c'est c'que tu penses reprend la main il est temps.

Si ça te dérange, si tout autour de toi le monde ne te convient pas. Si ça te dérange, et si tu sens en toi l'envie de casser tout ça. Si tu veux qu'ça change proposer d'autres routes, mener d'autres combats pour qu'enfin tu déranges, alors n'attend pas demain.


Auteur compositeur: Phil
Interprète: Julie


Tout donner

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

D'un regard adolescent, à la limite indécent, naît le sentiment troublant, de n'être plus moi vraiment et cette envie de m'ouvrir, et cette envie de m'offrir cette envie de dire ce que je ressens.

D'un regard incandescent, à la limite dément, naît un sentiment violent, incontrôlé,déroutant, et cette envie de mourir, et cette envie de souffrir, cette envie de dire, ce que je ressens, ce que je ressens.

Je veux tout donner et ne rien garder que mes sentiments. Je veux tout donner et déshabiller mon âme d'enfant. Je veux tout donner, tout te donner, est-ce que tu prends ?

Un regard vide de sens, à la limite de l'étrange, un sentiment d'impuissance, qui grandit me fait violence, et cette envie de partir, et cette envie de m'enfuir, cette envie de rire tout comme avant, avant.

Je veux tout donner et ne rien garder que mes sentiments. Je veux tout donner et déshabiller mon âme d'enfant. Je veux tout donner, tout te donner, est-ce que tu prends ?

Et cette envie de mourir et cette envie de souffrir, cette envie de dire ce que je ressens, ce que je ressens.

Je veux tout donner et ne rien garder que mes sentiments. Je veux tout donner et déshabiller mon âme d'enfant. Je veux tout donner, tout te donner, est-ce que tu prends ? Je veux tout donner et ne rien garder que mes sentiments. Je veux tout donner et déshabiller mon âme d'enfant. Je veux tout donner et ne rien garder que mes sentiments. Je veux tout donner et déshabiller mon âme d'enfant. Je veux tout donner, tout te donner, est-ce que tu prends ?


Paroles & musique: Phil
Chant: Nathalie


Personne

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Personne, dans ces yeux verts ouverts non, personne, pas l'ombre d'une lumière, non, personne mais l'espace d'un désert, tu n'es pas là.

Personne, derrière ce visage fermé, personne, y a t'il quelqu'un d'emmuré ? ou personne une prison sans prisonnier qui habite là ?

Mais où es tu mon amour ? perdu dans quel pays sans retour si c'est bien ton corps mon amour, tu n'es plus là. Mais où es tu mon amour ? sur quel long chemin quel long détour et s'il n'est pas mort notre amour, il n'est plus là.

Personne, lèvres entrouvertes mais scellées, personne, sur un silence plombé, personne gardien d'un temple déserté tu n'es plus là.

Personne, que des machines qui sonnent, personne, plus âme qui vive plus personne, c'est comme un livre aux pages blanches en somme qui le lira ?

Mais où es tu mon amour ? perdu dans quel pays sans retour si c'est bien ton corps mon amour, tu n'es plus là. Mais où es tu mon amour ? sur quel long chemin quel long détour et s'il n'est pas mort notre amour, il n'est plus là.


Paroles & Musique: Phil
Chant: Julie


Va (je suis là)

avril 20, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

Va, avance sans crainte je suis là. Va, ou que tu ailles je serais là. Va, même si tu ne me vois pas, là, dans l'air tout autour de toi.

Si je te manque parfois, regardes au dedans de toi, je suis là.

Va, de là-haut je veille sur toi. Va, je te protège guide tes pas. Va, et si tu doutes de toi parfois, Va ,si tu ne sais plus en quoi tu crois

Regardes au dedans de toi. Regardes tu me verras, je suis là.

Va, je suis là, Va, je suis là, Va, je suis là, Va, je suis là.


Paroles & Musique: Phil
Orchestration et chant, Regis Delbroucq
Pour Christine, Elodie et Adeline


Offrir des pleurs

avril 20, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

Détruire d’un seul coup 24 années de vie, mettre fin dans cette oeuvre à 20 ans d’apparence. Ne rien laisser de soi qu’un souvenir immense, ainsi s’ouvrir la voie d’un nouvel infini.

Le courage n’est pas de trancher sa lumière, de renier ainsi la chaleur de sa chair. Il réside dans tout ce que l’on abandonne, et puis dans ce cadeau ultime que l’on donne, offrir des pleurs à l’autre en simple confidence, offrir des pleurs à l’autre en simple confidence.

Partir sans trop penser au mal que l’on induit, sans se préoccuper des multiples souffrances. De l’entaille profonde évidée par l’absence, soudaine, si brutale, écorchée, comme un cri.

Le courage n’est pas de trancher sa lumière, de renier ainsi la chaleur de sa chair. il réside dans tout ce que l’on abandonne Et puis dans ce cadeau ultime que l’on donne, offrir des pleurs à l’autre en simple confidence, offrir des pleurs à l’autre en simple confidence.


Paroles: Laurent Perelman
Musique: Phil
Chant: Julie


Peur

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

eur du temps qui passe, maudites heures qui nous effacent. Peur du temps passé, de ses secrets inavoués, peur des rêves brisés, toutes ses vies cassées.

On a tous peur, tous une peur au fond du coeur.

Peur d'un monde ou violence, larmes et souffrances sont pain quotidien. Peur qu'un monde sans défense, par inconscience, ne soit réduit à rien. Peur qu'il ne soit trop tard, atomisé l'espoir.

on a tous peur, tous une peur plantée dans le coeur.

Peur d'une vie sans amour, chacun pour soi, seuls dans nos tours. Peur d'une vie ou l'amour flirte avec la mort à chaque détour. Peur de l'enfer tragique des paradis chimiques.

On a tous peur, tous une peur, et on en meurt.

On est tous pareil, tous les mêmes, bonhomme de neige au soleil. On joue tous les fiers, durs comme pierre, on pleure dès qu'il n'y a plus de lumière, on crie on appelle notre mère. On a peur, peur.

On a peur. On a tous peur, tous une peur, plantée dans l'coeur et on en meurt.

Peur d'un monde noir et blanc ou nos différences baignent dans le sang. Peur d'un monde ou l'enfance, dans l'indifférence, s'éteint doucement. Peur d'un monde ou renaissent ces ombres gammées qu'on croyait enterrées. Peur d'un monde ou les dieux, lassés de nos jeux, nous ont laissé tomber. Peur d'un monde ou la peur règnerait en seigneur.

On a tous peur, tous une peur au fond du coeur.

On est tous pareil, tous les mêmes, bonhomme de neige au soleil. On joue tous les fiers, durs comme pierre, on pleure dès qu'il n'y a plus de lumière, on crie on appelle notre mère.

On a peur, peur, on a peur, peur On a peur.


Paroles & musique: Phil
Chant: Julie


Le jouet

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

A force de t'attendre, dans sa bouche un goût de cendres, et puis tu es venue le prendre, comme il allait pour se pendre un jouet à vendre, un jouet si tendre.

A force de t'attendre, sur l'étagère de ta chambre il a tenté de descendre et sur ton lit de s'étendre, le jouet à vendre, ne peut comprendre qu'un jouet même tendre, personne ne peut l'entendre.

Ton jouet tu l'as cassé, désarticulé, histoire de t'amuser tu l'as laissé tomber. Ton jouet tu l'as brisé, tête et coeur déchirés il se serait bien passé de t'avoir rencontré.

A force d'être oublié, sous la poussière des étés il en est venu à regretter la vitrine ou il t'attendait Il t'espérait, t'imaginait

A force d'être oublié sous ses couleurs délavées Son bel habit tout déchiré et son regard décoloré Il pleure le jouet des larmes de bois Mais des larmes de jouet, ça ne se voit pas

Ton jouet tu l'as cassé, désarticulé Histoire de t'amuser tu l'as laissé tomber Ton jouet tu l'as brisé tête et coeur déchirés Il se serait bien passé de t'avoir rencontré

Sans force abandonné au fond d'un tiroir relegué Il sait que ta prochaine pensée pour lui sera de le jeter La tête penchée il semble étonné Mais ou donc est passée la reine des fées ?

Ton jouet tu l'as cassé, désarticulé Histoire de t'amuser tu l'as laissé tomber Ton jouet tu l'as brisé tête et coeur déchirés Il se serait bien passé de t'avoir rencontré.

Ton jouet tu l'as cassé, désarticulé Histoire de t'amuser tu l'as laissé tomber Ton jouet tu l'as brisé tête et coeur déchirés Il se serait bien passé de t'avoir rencontré.

Ton jouet tu l'as cassé, désarticulé Ton jouet tu l'as brisé Il se serait bien passé de t'avoir rencontré.


Paroles : Isabelle
Musique: Phil
Chant: Julie


Annie Nymphomanie

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Annie, 13 ans et demi, premier petit ami. Baisers lèvres scellées, ont le goût du péché. Annie, dans son petit lit, a la nuit des rêves interdits, Annie a peur de lui, sa maman lui a toujours dit, sa maman lui a toujours menti.

Annie 16 ans aujourd'hui, se trouve dans un autre lit, Annie avec un ami de sa soeur elle sourit, de sa frayeur, de sa pudeur, et de cette douce langueur et ce jour là, le souvenir, d'avoir voué sa vie au plaisir, l'amour à n'en plus finir.

Billet doux d'une femme infidèle à ses royaux amants sensuels, rendez-vous pour péché charnel, cinq à sept, hôtel habituel, confidentiel.

Annie a des amants qu'elle trompe impunément. Annie a tant d'amants profite de ses 20 ans. Annie nymphomanie ne modère pas son appétit, Annie lits après lits reste toujours inassouvie, chaque soir elle change de mari.

Billet doux d'une femme infidèle, à d'éventuelles maîtresses sensuelles, habillez vous sexy mes belles pour nouvelles caresses au pluriel, pour sensations exceptionnelles, pour sensations ascensionnelles, rendez-vous au 7 ème ciel, reconquête du plaisir éternel, confidentiel.

Annie seule dans son lit s’ennuie et se languit Annie seule dans sa vie vieillit en catimini Annie il est bien fini le temps des sucettes à l’anis annie ex reine de la nuit, tous tes amants qui te fuient solitude à l’infini

billet doux d’une femme modèle cherche liaisons occasionnelles rendez vous pour pécher véniel avec amant même infidèle billet doux d’une femme modèle paierait chère pour lune de miel billet doux d’une femme modèle billet doux d’une femme modèle


Paroles & musique: Phil
Chant: Julie
Guitares: Alvaro
Arrangements: Pablo & Phil


Les métastases de l'amour

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Les métastases de l'amour, c'est une métaphore j'avoue qu'elle n'est pas du meilleur goût mais il ronge tout autour.

Les métastases de l'amour, c'est une métaphore j'avoue qu'elle n'est pas du meilleur goût mais il ronge tout autour.

Et tout commence par un regard, une silhouette qui sort du brouillard, un feu dans les reins se déclare, le mal étrange est dans la place.

Les métastases de l'amour, c'est une métaphore j'avoue qu'elle n'est pas du meilleur goût mais il ronge tout autour.

Les métastases de l'amour, c'est une métaphore j'avoue qu'elle n'est pas du meilleur goût mais il ronge tout autour.

L'infection ne cesse de s'étendre, c'est le coeur qui se laisse prendre, la tête tombe sans plus attendre, le corps et l'âme demandent grâce.

C'est l'abandon, de toutes raisons, la reddition sans conditions, Wo wo hoo

Les métastases de l'amour, c'est une métaphore j'avoue qu'elle n'est pas du meilleur goût mais il ronge tout autour.

Les métastases de l'amour, c'est une métaphore j'avoue qu'elle n'est pas du meilleur goût mais il ronge tout autour.


Paroles: Laurent Perelman
Musique: Phil
Chant: Laura et Didier
Réalisation et tous instruments Slobo d'Atom


Merci

avril 20, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Arrive toujours, ce triste moment, il me faut vous quitter. Comme la nuit, inexorablement, le rideau va tomber. Les lumières vont se rallumer, le spectacle est terminé, la salle doucement va se vider. Chacun de son côté va s 'en aller.

Arrive toujours, ce triste moment, l'artiste vient saluer. Chaque nuit, immanquablement, avant de se retirer. Le silence va reprendre ses droits, il va régner. Le rêve un temps aura gagné, c'est un peu notre métier de le distribuer.

Je suis venue vous dire merci, merci d'être venu jusqu'ici, avant de partir, quelque chose à vous dire du fond du cœur merci pour ce plaisir.

Avant de vous laisser, une dernière fois, vous regarder. Garder ces moments partagés l'espace d'une soirée, ma route va continuer, nos chemins se recroiser, car revenir, faut y compter, je ne peux pas oublier, On vous doit tout ce que l'on est

Je suis venue vous dire merci, merci d'être venu jusqu'ici, avant de partir, quelque chose à vous dire du fond du cœur merci pour ce plaisir.

Je suis venue vous dire merci, merci pour toute cette énergie et pour tous ces sourires ces cris qui me font vivre allument au fond de moi un feu qui me rend ivre.

Il est venu, finalement le moment d's'en aller. Et pour moi, sur la pointe des pieds, de m'éclipser. Mais de ces heures, passées ensemble, je vais garder un sentiment d'amour intense, je vais planer heureuse, comblée.

Je suis venue vous dire merci, merci d'être venu jusqu'ici, avant de partir, quelque chose à vous dire du fond du cœur merci pour ce plaisir.

Je suis venue vous dire merci, merci pour toute cette énergie et pour tous ces sourires ces cris qui me font vivre allument au fond de moi un feu qui me rend ivre.

Je suis venue vous dire merci, Je suis venue vous dire merci, Je suis venue vous dire Merci.


Paroles & musique: Phil
Chant: Julie
Arrangements et réalisation: Phil et Pablo


À Propos

Des chansons composées par votre serviteur, qui en signe parfois les textes, un titre par mois depuis 1999 jusqu'en 2013, enregistrées avec des personnes de passages, croisées sur le net, bref, du travail d'amateur, au sens 1er du terme.