Cover Image

Sucrepop - Album Parallaxe

août 13, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

La métamorphose

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Oh je marchais dans la rue, quand soudain je ne vis plus rien, transformée en oiseau, je volais là haut. Et je me sentais légère, transparente comme l'air, transformée en oiseau tout était si beau.

Les villes sous moi, coulaient comme un torrent tourmenté et violent. Les bruits citadins disparaissaient, fondus au firmament, et je restais libre, heureuse de vivre seule dans les cieux, seule avec les dieux.

Délivrée de toutes chaînes, libérée calme et sereine transformée en oiseau, je volais plus haut. L'horizon m'attirait et le printemps m'attendait transformée en oiseau rien n'était plus beau.

brumes fugaces, dans le soleil le monde s'efface au milieu du ciel tout s'évanouit, l'espace est grand, l'espace est infini je ferme les yeux, me laissant bercer par le vent au gré de ses voeux et enfin, je m'endors, ravie de mon sort.

Oh je volais dans les nues, quand soudain je ne vis plus rien transformée en humain, je n'y comprends rien se sentir lasse et lourde, et ces bruits qui me rendent sourdent transformée en humain, tel est mon destin.

Mais je garde au fond de moi, ces quelques instants là que j'avais vécu, l'oiseau soudain, que j'étais devenue quand, je m'sentais libre, heureuse de vivre seule dans les cieux, seule avec les dieux.


Plus haut

août 13, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

J'ai depuis des années cette idée de cingler vers d'autres horizons d'me tirer, d'me casser une envie qui ne fait qu'augmenter, empirer une envie qui me ronge et me fait délirer

Même les plus fortes chaînes je saurai les briser je suis vide de haine n'ai rien à regretter ce n'est pas un problème que de tout quitter car enfin je m'emmène ou je rêvais d'aller

Plus haut plus haut plus haut plus haut que les plus haut nuages plus haut, plus haut, si haut si haut que de ce voyage jamais je ne reviendrai et c'est ce qui me plaît

C'est pas que je sois mal ici mais je m'ennuie j'ai vue d'autres pays ailleurs c'est comme ici je lève les yeux au ciel vers l'espace infini je l’entends qui m'appelle, je m'envole vers lui

Plus haut plus haut plus haut plus haut que les plus haut nuages plus haut, plus haut, si haut si haut que de ce voyage jamais je ne reviendrais et c'est ce qui me plaît.


Auteurs : Laurent/Philippe
Musique: Philippe
Arrangements et réalisation: Atom


Jamais deux sans toi

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Quand dans ma tête résonnent, trop de mes chansons, quand par ma voix, c'est l'habitude qui s'époumonne, je me murmure tout bas jamais deux sans toi.

Et quand je me sens trahie, qu'une autre me semble vivre ma vie, quand mes passions passent à l'ennemie, quand même sur scène je m'ennuie, jamais deux sans lui.

Discrète alchimie entre mes mélodies et son prénom qui reste dans l'ombre, une simple addition, une équation dont tu es l'inconnue, le compte est bon. Secrète et noire magie qui m'allie à lui c'est mon alibi, la chanteuse a une vie privée aussi, jamais deux sans lui.

Quand mes souvenirs s'emmèlent, recouvrant d'un brouillard autrefois , quand mes désirs s'en mêlent et vogue ma mégalomania jamais deux sans toi.

Quand je pars le coeur battant, que je reviens le corps battu, quand je me rappelle trop souvent qu'un jour de moins c'est un jour de plus , jamais je sans tu.

Discrète alchimie entre mes mélodies et son prénom qui reste dans l'ombre, une simple addition, une équation dont tu es l'inconnue, le compte est bon. Secrète et noire magie qui m'allie à lui c'est mon alibi, la chanteuse a une vie privée d'ennui.


Auteur compositeur; Philippe Perelman
Chant : Isabelle


La charmeuse de serpent

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Lovée au creux de son nid la bête est encore endormie réveilles la
Une main doucement l’étreint une caresse de satin réveille toi
Lentement l’animal se redresse réponse à celle qui l’agresse prend garde à toi

La charmeuse de serpent son savoir faire venu du fond des temps face à l’animal rouge sang duel à l’issue évidente

Sa tête oscille doucement au gré du rythme envoûtant qui est la proie ?
la flûte irrésistiblement l’happe hypnotiquement abandonne toi
La charmeuse de serpent son savoir faire venu du fond des temps face à l’animal rouge sang duel à l’issue évidente
Alors crache crache crache ton venin ta morsure au suc divin alors crache crache crache ton venin la petite mort qui s’en vient

le goût salé de la victoire baiser du vaincu à Cesar Reine de Saba

Un drôle de combat qui prend fin toi la victime moi l'assassin et vice versa

La charmeuse de serpent son savoir faire venu du fond des temps face à l’animal rouge sang duel à l’issue évidente

Du 7eme ciel au nirvana qui du fakir de la geisha a pris le pas.
Un drôle de combat qui prend fin toi la victime moi l'assassin et vice versa.


Auteur-Compositeur: Philippe Perelman
Chant Stéphanie


Fuir

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Fuir toujours s'enfuir toujours courir aucune foi en l'avenir et pour seule certitude que ça va mal finir et aucune solution pour m'en sortir

Fuir, toujours s'enfuir toujours courir sachant comment ça va finir devant un fusil dans une mire sans rien voir venir et mon corps dans la poussière face contre terre dehors une dernière fois dans la lumière

Je sais, ce que je suis je l'ai cherché j'ai tué, pillé, brûlé, volé dans les journaux à la télé, on me dit sans pitié Et maintenant l'ennemie publique est traquée comme une bête féroce et enragée l'ennemie publique est fatiguée

Ma jeunesse n'est pas une excuse je sais oui tous ces crimes dont on m'accuse je les ai commis et si je ne m'abuse j'ai toujours souhaité en arriver là

Plutôt que d'accepter en silence j'ai préféré faire parler la violence pour briser votre sale indifférence j'ai toujours souhaité en arriver là

Et pourtant, ce soir, au fond de moi tous ces cris, ce sang, ca rime à quoi ? Si c'était ma voie, elle mène à quoi ?

Ma vie m'a parue si courte si chienne les causes qui m'ont donné tant de peines si futiles si vaines

ou donc ai-je trouvé tant de haine ? ennemie publique mon sort est scellé oh ho ennemie publique cas désespéré oh oh ennemie publique en train de crever


Auteur compositeur: Philippe Perelman
Chant Corinne Perelman
Guitares: Slobo


Le second cercle

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Un jour, c'est sur, je me lasserais d'attendre de compter les moutons au ciel de notre chambre toi le lac endormi moi les gouttes de pluie qui frappent à ta surface sans jamais briser la glace

Un jour, c'est sur, je me laisserais surprendre dans les bras d'une blonde qui aura su comprendre à ses braises plus qu'à tes cendres je réchaufferrais mes décembres Je leverais l'embargo autour de ma libido

goodbye faut que j'm'en ailles goodbye faut que j'me taille

Un jour, c'est sur, de la carte du tendre je f'rais des confettis juste histoire de t'apprendre à ce lit ou il gèle à pierre fendre foutre le feu sans plus attendre et que brûles l'ennui et que brûles mes nuits

goodbye faut que j'm'en ailles goodbye faut que j'me taille Rendez-vous second cercle dans l'enfer de Dante Rendons-nous second cercle ensemble

Un jour, c'est sur je finirais par rendre les armes et tu crieras à qui veut bien l'entendre trahison, mais à tout prendre il ne faut pas s'y méprendre il n'y a que des enfants pour croire qu'une belle dort 100 ans

goodbye faut que j'm'en ailles goodbye faut que j'me taille goodbye sous d'autres sky goodbye j'te dis bye-bye

Un jour, c'est sur, je me lasserais d'attendre


Auteur compositeur Philippe Perelman
Chant et guitares Luc Gaignard


Restons couchés

août 13, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

Prend ma main, ferme les yeux en chemin pense à nous deux

la route est si longue, 1000 lieues et l'orage qui gronde 1000 feux

laisse passer toutes les secondes écoute les tomber dans la ronde

Pose tes mains, là sur mes seins soit certain le reste est vain

il m'a paru si long le chemin si souvent fait faux bond le destin

et à choisir, puisque il faut choisir autant laisser à d'autres le pire

Il pleut dehors, nous sommes si bien Restons couché ce matin nous rattraperons le monde demain ou en juin 2020

Fragile bulle au temps compté funambule au fil cassé je voudrais figer le temps je voudrais fixer l'instant

et qu'un Vesuve en éruption nous pompéïse à sa façon

Il pleut dehors, nous sommes si bien Restons couché ce matin nous rattraperons le monde demain ou en juin 2020.


Auteur compositeur Philippe Perelman
Chant Nathalie Giudicelli


3 petits tours

août 13, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

rois petits tours et puis s'en vont

Passent les jours, l'eau sous les ponts

Les gens qu'on aime, quand ils s'en vont

Laissent tant de peine tant de questions.


Auteur compositeur Philippe Perelman


A simple love song

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

A simple love song One that i've made on my own Just my way to stay around even when you're gone

A simple love song One that you can sing along one you can rely upon when you feel alone

It says I love you and I know some said it better It says I need you But i'm not a gifted writer It asks what about you ? I wrote this simple song for you

A simple love song Like a Paul Mc Cartney's song with simple words I can't be wrong that's all i've found

A simple love song cause when all is said and done This music whisper you're the one and says to everyone

It says I love you and I know some said it better It says I need you But i'm not a gifted writer It asks what about you ? I wrote this simple song for you

who says I want you and I know some said it better who says I love you I know i'm not a gifted writer I hope you love me too that's why I wrote this song for nous.


Auteur compositeur Philippe Perelman
Guitares Luc Gaignard
Chant Sylvie Roman


De quelque chose

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Le temps n'y change rien l'argent n'y change rien je ne peux trouver un meilleur plan l'atmosphère est si lourde en y pensant

les drogues n'y changent rien la vie n'y change rien même l'amour n'y change rien aucune influence ne n'atteint

de quelque chose j'ai besoin pour te faire changer d'un rien et je cherche, cherche en vain et je cherche toujours plus loin de quelque chose j'ai besoin pour te faire changer d'un rien et je cherche, cherche en vain et je cherche toujours plus loin

l'alcool n'y change rien même Dieu n'y change rien a croire que rien ne sert à rien et tu t'enfonces et moi je n'y peux rien

de quelque chose j'ai besoin pour te faire changer d'un rien et je cherche, cherche en vain et je cherche toujours plus loin de quelque chose j'ai besoin pour te faire changer d'un rien et je cherche, cherche en vain et je cherche toujours plus loin

La mort n'y change rien et ce rouge à peine carmin sous ton corps trace comme des dessins Comme des idéogrammes du destin

de quelque chose j'avais besoin pour te faire changer d'un rien j'ai cherché, cherché en vain j'ai cherché toujours plus loin de quelque chose j'avais besoin pour te faire changer d'un rien j'ai cherché, cherché en vain tu as eu le mot de la fin


Auteurs Erick Bigorne/Philippe Perelman
Compositeur Philippe Perelman
Chant Minorev


Ça ne ressemble à rien

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Ca ressemble a une route, dont on n'voit pas la fin, dès l'aube se mettre en route, il est long le chemin. Ca ressemble aux voyages aux siècles des grands marins Un océan de courage, l'inconnu pour voisin

ca n'ressemble à rien

Ca ressemble à l'espace, l'immensité sans fin ca ressemble à un spasme, un instant puis plus rien ca ressemble a l'automne, ou domine le brun un été de décembre, un lac gélé en juin

ca n'ressemble à rien

Mais quelle importance la vie s'écoule dans les deux sens elle penche la balance la vie s'écoule dans tous les sens tu peux tourner ça comme tu veux philosopher tant que tu peux

ca ressemble à tout ce que nous aurions pu devenir si nous l'avions voulu, si nous avions su choisir ca ressemble à ce sable qui glisse de nos mains qui jamais ne remonte, qui jamais ne revient

ca n'ressemble à rien

Mais quelle importance la vie s'écoule dans les deux sens elle penche la balance la vie s'écoule dans tous les sens tu peux tourner ça comme tu veux philosopher tant que tu peux

Ca ressemble à ces étoiles, dont la lumière parvient jusqu'à nos yeux profanes, longtemps après leur fin Ca ressemble à la mort, l'idée qu'on s'en fait du moins un mauvais coup du sort ou la délivrance enfin

ca n'ressemble à rien

Mais quelle importance la vie s'écoule dans les deux sens elle penche la balance la vie s'écoulesans qu'on y pense tu peux tourner ça comme tu veux philosopher tant que tu peux

Mais quelle importance la vie s'écoule dans les deux sens elle penche la balance la vie s'écoule dans tous les sens tu peux tourner ça comme tu veux philosopher tant que tu peux.


Auteur Compositeur: Philippe Perelman
Chant Marijane
Guitare solo: Benoît Boulet


Cette musique

août 13, 2018 - Temps de lecture: 2 minutes

Cette musique, petite fille du rock britannique cette musique et son complexe d'Oedipe problématique Tellement longtemps que l'on s'enivre de Liverpool, aujourd'hui à Paris je me défoule même si ça sonne plus soul en version originale moi j'la joue pop version bopper en larmes

Si cette musique, sonne un peu trop clean pour être jouée par des rebelles si cette musique ne sacrifie pas sur l'autel des décibels et si mon look n'est pas un look de punk et si ce rythme n'est pas un rythme de funk Je suis rocker de coeur et flash sur la Rickenbaker around the clock ou around the bunker

Jamais assez sauvage pour être rock dommage j'aurais bien aimé être considéré jamais assez sauvage toujours un peu trop sage étiquette variété pop c'est la porte d'à côté.

Cette musique, n'est qu'un dérèglement de votre sens mélodique non cette musique, ne vient pas des Etats Désunis d'Amérique. Si pour être crédible il faut venir de London alors désolé je ne chante que pour le fun mais dans l'espoir de squatter jours et nuits la bande FM bye bye everybody we love you quand même.

Jamais assez sauvage pour être rock dommage j'aurais bien aimé être considéré jamais assez sauvage toujours un peu trop sage étiquette variété pop c'est la porte d'à côté.

Jamais assez sauvage pour être rock dommage j'aurais bien aimé être considéré jamais assez sauvage toujours un peu trop sage étiquette variété pop c'est la porte d'à côté.


Paroles et musique Philippe Perelman
Chant Laura Perelman


À Propos

Des chansons composées par votre serviteur, qui en signe parfois les textes, un titre par mois depuis 1999 jusqu'en 2013, enregistrées avec des personnes de passages, croisées sur le net, bref, du travail d'amateur, au sens 1er du terme.